Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

 

VERRE CASSE de Alain Mabanckou

Début novembre, le Théâtre de Poche de Bruxelles présentait en création mondiale à Kinshasa et Brazzaville l’adaptation théâtrale de Verre Cassé, le célèbre et truculent roman de l’auteur congolais Alain Mabanckou, qui vient tout récemment de se voir décerner le Prix Renaudot pour son dernier roman Mémoires de Porc-Epic.



En décembre, Verre Cassé était joué avec le même succès au Théâtre de Poche avant d’entamer une tournée congolaise de grande envergure. C’est devant des salles combles et un public enthousiaste que le Poche a présenté et continue de présenter aux Congolais son «spectacle 100% congolais».



On peut assurément qualifier d’exceptionnelle cette initiative de réelle coopération culturelle entre la Communauté française de Belgique et la RDC.



C’est toujours dans le cadre de Yambi 2007 que ce spectacle rassemblant 4 acteurs kinois sous la houlette d’un scénographe et d’un metteur en scène belges sera repris au Théâtre de Poche de Bruxelles du 13 avril au 5 mai prochain et tournera en Communauté française en septembre–octobre 2007.





Extaits de la presse lors de la création du spectacle à Kinshasa et Bruxelles:



« Beau spectacle, merveilleusement interprété… » Le Phare-RDC



« Superbe prestation, saluée frénétiquement par le public… » Sélection infos-RDC



« Un récit des plus savoureux et ironique sur l’Afrique contemporaine… » Antipodes-Belgique



« Tant de bonne humeur vous donne envie d’acheter le livre à la sortie… » RTBF La Première



« Une œuvre truculente, exubérante, drôle, mêlant le grotesque au sublime… » La Libre Belgique



« Le Théâtre de Poche de Bruxelles, l’une des scènes les plus innovantes de la capitale belge, réussit en ce moment un pari difficile : adapter pour le théâtre l’un des romans francophones les plus truculents de ces dernières années. Verre Cassé d’Alain Mabanckou est une farce métaphysique et le portrait tonitruant d’une Afrique qui, même si elle souffre, n’oublie jamais de sourire » Le Monde



« Verre Cassé : un sacré apéritif à Yambi !... » Le Soir