Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

 

NextiraOne ex Acatel condamné en appel pour discrimination syndicale

Discrimination syndicale chez Nextiraone France ex-Alcatel: condamnation en appel devant le tribunal correctionnel de Lyon le 14 février 2007

La cour d'appel de Lyon a confirmé mercredi la condamnation pour discrimination syndicale de la société Nextiraone (ex-Alcatel), d'un de ses dirigeants, et d'un consultant qui était intervenu dans la société en 2002 et 2003 afin de diminuer l'influence de la CGT, a-t-on appris jeudi auprès de ce syndicat.

Le directeur régional Sud-Est de Nextira One, Richard Cordonnier, et le consultant Philippe Lecat ont été condamnés, comme en première instance, à une amende de 3.500 euros chacun, et à verser solidairement 10.000 euros de dommages et intérêts à la CGT, partie civile dans ce dossier.

Le syndicat avait saisi la justice de deux courriers, indiquant que la société avait organisé une opération de "coaching" au sein du siège régional de Nextiraone à Bron (Rhône), dans la banlieue de Lyon.

M. Cordonnier avait indiqué aux inspecteurs du travail chargés de l'enquête qu'il avait fait appel à M. Lecat afin d'améliorer le dialogue social, passant selon lui par une "réduction de l'influence de la CGT".

Le consultant, rémunéré plus de 7.000 euros entre octobre 2002 et avril 2003, avait organisé des interventions auprès des cadres de Nextiraone. Il avait aussi aidé la direction à faire "du lobbying social", lui conseillant d'informer le personnel de "la vacuité de l'action de la CGT" et de "faciliter l'émergence" de vocations au sein de la CGC, selon les mots employés dans les compte-rendus

Une autre enquête est en cours , sur la discrimination syndicale a Marseille, ça devient une habitude pour Nextiraone France de cibler le syndicat CGT et ses militants.