Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

 

Caroline Barré a le vent dans les voiles!

(Drummondville, 2 mai 2007) – Après la parution de son premier roman Assassine, un suspense recommandé par le Groupe Culturel de Radio-Canada en 2005, cette jeune romancière drummondvilloise de 34 ans, native de Saint-Dominique, près de Saint-Hyacinthe, nous présente aujourd’hui son second roman L’héritière de Salem où le destin de Megan basculera soudainement. Seule descendante d'une lignée de sorcières, elle pourra choisir d’ignorer ses racines ou de les faire siennes et ainsi vivre avec la malveillance des citoyens de Salem.

Caroline Barré était notamment présente au Salon du Livre de Trois-Rivières, au kiosque « Auteurs d’ici ». Elle y a présenté ses deux romans, Assassine (en seconde édition) et L’héritière de Salem et a pu échanger avec ses lecteurs. Notons ici que L’héritière de Salem a soulevé beaucoup d’enthousiasme lors de ces événements. Elle sera au Salon de l’Écrivain de Victoriaville le 5 mai prochain.

Pour ceux qui souhaiteraient se procurer un exemplaire de l’un ou l’autre de ses romans, consultez le site de l’auteur : www3.sympatico.ca/cbarre, des liens vous dirigeront vers Trafford, Amazon ou autres. Également disponibles dans toutes bonnes librairies, demandez-les!

Pour les inconditionnels qui se demandent si cette jeune romancière a d’autres projets d’écriture en cours malgré un emploi à temps plein occupant déjà beaucoup de son temps, soulignons que sa grande fille de 15 ans et elle-même se rendront au Pérou cet été afin d’y visiter Cusco et le Machu Picchu, lieux où se déroulera son troisième roman Renaissance au pays de l’Inca. Caroline Barré connaît déjà les lignes directrices de celui-ci, mais elle souhaite par-dessus tout s’imprégner de l’ambiance qui se dégagera des différents sites qu’elle y visitera avant d’en amorcer l’écriture. Elle travaille également à la traduction de son second roman avec l’aide d’une amie afin que celui-ci puisse atteindre un public plus vaste. Assassine, pour sa part, est en cours de traduction par Madame Rita Cloghesy et sa sœur qui lui ont généreusement offert leur temps et leur talent.