Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

 

Un livre évènement: AILES ET SERRES

"Les temps actuels ne sont pas propices à la vérité, mais c’est dans le noir qu’il faut allumer la lumière. L’océan de folie a besoin d’un îlot de sagesse.
Et même si tout brûle autour de moi, que ma vie ne tient à rien, que le danger est partout, il faut combattre le chaos.
A nous, témoins bénis et apostats, qui disparaîtront bientôt, de passer le témoin à nos enfants, nos continuateurs, afin qu’ils nous croient, et qu’ils assument leur statut de descendants d’élus.
Les mots objectivité, impartialité sont devenus des insultes aujourd’hui.
Car nous en sommes encore à extrapoler. L’extrapolation est un mal humain. La Révélation est un mal divin.
D’un mot, avant de vous laisser à votre époque, afin que vous compreniez bien la nôtre dans son entière folie : il est probable que si le moindre mot couché sur ces pages devait être lu par les membres du Comité, je n’aurais plus que quelques heures à vivre.
Vivant caché, dans la crainte perpétuelle d’une dénonciation, je publie ce journal, comme un acte de résistance, comme on lance une bouteille à la mer."
Extrait du Journal de L.
Le Comité était un mouvement basé sur la force. Dans les semaines qui suivirent la Révélation, il subjugua les anciens Etats, leurs auxiliaires, religions et polices, puis les autres bandes, dont les motivations se limitaient à la destruction de l’existant, et enfin les peuples, cette masse informe et mouvante.
Sa naissance avait été spontanée, et il se partageait pour unique héritage la volonté de vengeance.
Il offrit aux hommes, comme en pâture, le remboursement des souffrances millénaires que les représentants des anciennes religions n’en finissaient pas de payer.
Du haut de ses tours, il ne voyait pas qu’en son sein, qu’en ses caves, quelques individus, embryons d’une résistance occulte, se préparaient à le renverser, avec pour seule arme un livre. Le Journal de L., ainsi qu’ils le nommèrent, était devenu leur Bible. Il était leur bonne nouvelle. Leur foi était la liberté. Ils s’en étaient fait les apôtres. Car il retraçait l’Histoire vraie de la Révélation.
Mais la Résistance n’était pas seule.
Le pays de L., celui de tous les hommes libres fuyant l’ancien monde, avait eu vocation d’accueillir les inadaptés de la société, les idéaux minoritaires du monde.
Et il suffisait à la liberté qu’une seule de ses cellules subsistât pour que le pouvoir, ce virus mortel, n’exterminât point les hommes.

Ouvrage disponible sur www.livre-rare-book.com/Livre-dhistoire.htm