Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

 

Les éditions H&O : une référence dans le paysage littéraire.

Avec plus de 100 titres à leur catalogue, Les Editions H&O s’imposent aujourd’hui dans le paysage éditorial
grâce à des auteurs qui, malgré leur talent, malgré la qualité de leur écriture, malgré la richesse de leur imaginaire
ou de leurs recherches, ne trouvaient pas d’espace pour s’exprimer. En 7 ans d’existence, les éditions
H&O n’ont cessé de captiver de nouveaux lecteurs en France mais aussi à l’étranger et l’aventure ne fait
que commencer !
Grâce à plusieurs titres «phares», les Editions H&O ont su, en 2007, prouver aux professionnels du Livre,
qu’on pouvait être à la fois un éditeur digne de ce nom tout en mettant en avant une littérature dite «spécialisée
» pour le plaisir du plus grand nombre.

RAPPEL HISTORIQUE :
Depuis les années 80, le mouvement vers l’égalité des droits dans le champ social, pour les lesbiennes et les gays s’est
accompagné d’une libération de la parole et de la création, mais sans que les éditeurs existants alors donnent toute sa
place à l’expression de cette différence. Aujourd’hui, l’homophobie a cessé d’être un comportement banalisé mais, en
France, dans la littérature dite générale, l’homosexualité n’est encore trop souvent abordée que sous un angle anecdotique
ou caricatural, à moins qu’elle ne soit toujours traitée comme un «douloureux problème».
Aussi, depuis 1999, avec le souci constant de la qualité littéraire et en se tenant éloigné aussi bien de la provocation
gratuite que du «politiquement correct», H&O a su créer un espace de liberté éditoriale afi n que puissent s’exprimer les
romanciers, sociologues, essayistes qui ont choisi d’explorer d’autres dimensions de l’homosexualité.

EDITEUR GAY OU EDITEUR TOUT COURT ?
Proust ou Wilde, Tondelli et Navarre, Gore Vidal ou Sarah Waters ; “Corydon”, “Alexis ou le traité du vain combat”,
“Maurice” ou “Les Chroniques de San Francisco” ne se sont-ils adressés qu’aux gays ? Pourquoi ce qui est vrai d’auteurs
devenus classiques et qui ont mis, en leur temps, l’homosexualité au coeur de leur oeuvre, même si la morale dominante
les a parfois conduits à travestir ou à dissimuler, ne le serait-il pas aujourd’hui d’écrivains que ne menace plus la censure,
que l’évolution de la société a libérés dans leur expression ? Pourquoi ce qui provoque l’engouement dans la littérature
étrangère serait-il, dans les lettres françaises, l’expression d’un communautarisme borné ? Pourquoi écrire à partir d’un
vécu, d’émotions sensuelles et de sentiments amoureux différents de ceux de la majorité empêcherait-il d’atteindre à
l’universel, de passionner, bouleverser, faire réfl échir qui n’a pas la même sexualité que soi ?
Les éditions H&O n’ont pas voulu créer un ghetto littéraire d’ouvrages écrits par des gays à l’usage exclusif des
gays. Bien au contraire, les livres qui, publiés, écrits par des auteurs homosexuels ou non, peuvent passionner, bouleverser
ou faire réfl échir tous les publics parce qu’une personne homosexuelle ne se réduit pas plus à sa sexualité
qu’un livre bâti autour d’un personnage homosexuel à cette seule dimension, parce que la société d’aujourd’hui, les
tourments de l’histoire et du monde, les sentiments, la complexité humaine y sont également présents, parce que l’exploration
de l’altérité est un des ressorts majeurs de la lecture.

ET LE SEXE DANS TOUT ÇA ?
H&O édite aussi une collection d’érotiques parce que l’érotisme est une dimension de la littérature depuis que la
littérature existe. Mais tous les livres d’H&O n’ont pas un propos érotique. Oui, il est question dans ces livres d’amours
entre personnes du même sexe ; oui, la sensualité homosexuelle y est présente, mais ni plus ni moins, ni plus ni moins
crûment que la sensualité hétérosexuelle dans la littérature générale. Et de manière plutôt moins scabreuse, provocante,
ou potentiellement choquante pour certains publics, que dans bien des succès de librairie de ces dernières années.
Pourquoi alors la visibilité des uns serait-elle acceptable quand celle des autres serait scandaleuse ? À l’heure
où, partout en Europe, se développe la lutte contre les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle, pourquoi la littérature
qui prend pour sujet l’homosexualité devrait-elle être reléguée dans un coin sombre ou, pire encore, ignorée ?

ENTRETIEN AVEC OLIVIER TOURTOIS, FONDATEUR DES EDITIONS H&O :

Olivier, pourriez-vous vous présenter et nous parler de l’origine des Editions H&O ?
Je suis né le 22 juin 1971 en région parisienne (Choisy-le-Roi) et suis arrivé à l’édition par passion
après un parcours que je qualifi erai de «tortueux». L’idée de créer en 1999 les Editions H&O s’est imposée
comme une évidence, comme le résultat d’une association de plusieurs contastation : ma passion
pour le livre et l’édition en général ; mon parcours personnel pour vivre pleinement mon homosexualité
et la frustration, à l’époque, de ne pas trouver des livres correspondant à mes désirs... Les fondations
de H&O étaient posées, il ne me restait plus qu’à me lancer.

Peut-on dire des Editions H&O qu’elles sont «traditionnelles» ?
Elles sont traditionnelles dans leur fonctionnement éditorial : recherche de la qualité littéraire avant tout.
Elles sont atypiques dans leur positionnement : c’est la première fois en France qu’existe une maison
d’édition entièrement consacrée à la culture gay (avec une réelle ambition littéraire et artistique).

Qu’est ce qui vous différencie des autres maisons d’éditions «gays» apparues ici et là depuis ?
S’il m’est permis d’être juge et partie, et s’il faut absoluement ajouter le terme «gay» : je parlerai d’une
démarche plus professionnelle, plus ambitieuse aussi en terme de qualité... Seul l’avenir dira si nous
avons réussi.

Les éditions H&O sont-elles impliquées dans les différents combats homosexuels en France ?
A sa manière. En faisant certains livres (sur la prostitution masculine, sur le suicide des jeunes gay, etc.), mais nous réfutons l’appellation
d’éditeur militant (ce n’est pas notre travail). La simple existence de H&O fait, d’une certaine façon, partie de ce combat. Aussi,
nous ne sommes pas affi liés à aucun syndicats professionnels gays, comme il en existe en France. Nos problèmes professionnels sont
ceux d’un (petit) éditeur, pas d’un établissement gay.

Avec qui travaillez vous régulièrement quant à la fabrication et la diffusion de vos ouvrages ?
Nous travaillons avec 3 ou 4 imprimeurs différents, en France et à l’étranger, selon le type de livres. Notre diffusion, elle, est assurée
par VILO distribution-diffusion et leurs 9 commerciaux à travers la France. Nos livres sont disponibles dans toutes les bonnes librairies...
sur le principe. Souvent dans les grandes enseignes ayant créé et développé un rayon gay.

D’où viennent vos auteurs ?
La plupart nous contactent d’eux-mêmes (nous commençons à être connus !). Parfois, c’est nous qui allons au devant d’eux (souvent
par internet). Ils nous choisissent par nécessité (refus d’autres éditeurs) ou par affi nité (ils se reconnaissent dans notre démarche et notre catalogue).

Dernièrement, nous avons pu découvrir au cinéma l’adaptation d’un roman paru aux Editions H&O: «Boy culture». Qu’en estil
de vos rapports avec l’étranger ?
Nous avons vendu des titres en Allemagne, en Italie, en Espagne, aux USA. Nous avons repris certains titres d’autres maisons d’édition
(en particulier Robert Laffont) dans notre collection de poche. Nous sommes en contact avec de nombreux éditeurs dans le monde
(USA, Japon, etc), c’est un secteur assez nouveau, en développement, beaucoup reste à faire.

2006 a vu émerger dans la presse littéraire des auteurs tels que Jourdan, Delorme, Foerster, etc. Certains sont aussi publiés
dans d’autres maisons d’édition. Qu’en est-il de l’exclusivité chez H&O ?
Chacun sa liberté, nous de refuser un livre, même d’un auteur que nous aimons, s’il nous semble faible ; l’auteur, d’aller voir ailleurs,
s’il pense que son livre ne correspond pas à notre ligne éditoriale.

2006 a vu naître de nouvelles collections, une nouvelle chartre graphique… Qu’en est-il de l’actualité 2007 ?
Le monde change très vite, l’offre est vaste, les lecteurs sont de plus en plus volatiles, versatiles... Il faut donc sans cesse chercher de
nouvelles idées, améliorer la présentation, inventer, innover. Ça nous convient plutôt bien.
Quant à 2007, ce sera plus une année de continuation qu’une année de création de nouvelles collections. Il y aura d’abord un magni-
fi que roman d’Eric Jourdan : Aux gémonies, sous une nouvelle présentation, à la fois plus sobre et plus originale. A la même période,
sortira un livre coup-de-poing sur l’homophobie : Le chasseur d’antilopes d’un autre «grand auteur H&O», Jean-Paul Tapie, etc. Côté
BD, l’événement sera la sortie de trois mangas d’un total de plus 700 pages de Gengoroh Tagame, réunis dans un coffret. Il y aura
aussi des comics d’auteurs déjà publiés par H&O tels que Fillion, Logan, etc. Sans oublier quelques nouveaux auteurs... Le reste sera
à découvrir tout au long de l’année à venir.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les Editions H&O, entrer en contact avec l’éditeur,
n’hésitez pas à nous contacter, nous ferons tout notre possible pour répondre à vos attentes.

Tél. : 03 86 48 96 05 - Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.