Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

 

BERKELEY INTERNATIONAL BELGIUM - ‘CHASSEUSES DE L’AMOUR’ Les couples se rencontrent différemment...



A l’aube de la Journée de la Femme - ce 8 mars - faire des rencontres amoureuses (avec des partenaires proches de chez soi ou à l'étranger) pour trouver l’âme sœur est dans l’ère du temps. La société Berkeley International Belgium est en train de revenir aux bonnes vieilles méthodes des ‘entremetteuses’ d’autrefois, par un repérage hautement ciblé et professionnel. Entre coaching amoureux et méthodologie romantique, un mélange de raisonnement et d’intuition, place aux ‘chasseuses’ de tête surdiplômées qui mettent leur expertise au service des esseulés. Berkeley International est géré en Belgique par trois femmes mais possède des équipes dans le monde entier dont le Luxembourg, la France, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. Place à la recherche de l’amour entre 25 et 75 ans pour des entrepreneurs, artistes et professionnels accomplis. Explications.





Des ‘chasseuses’ de tête internationales…

On connait le chasseur de tête qui recrute pour les entreprises, le coach en séduction, les agences matrimoniales, etc.… mais un nouveau métier qui mélange les genres est apparu depuis quelque temps: la chasseuse de tête amoureuse ou la ‘matchmaker privée, qui est dotée d’une grande intelligence émotionnelle et connaissance de l’humain’. Son objectif ? Trouver l’âme sœur de ses clients en appliquant des méthodes professionnelles de recrutement.
Cette petite équipe de trois femmes peut se vanter d’être la référence en Belgique, grâce à sa dimension internationale, son accompagnement privé et son éthique, alliant discrétion et conseils sur mesure.

De plus, c’est la seule entreprise belge de ce genre depuis presque 10 ans sur le marché de la rencontre amoureuse. Sa maison mère à Londres existe déjà depuis plus de 20 ans avec une réputation solide. Berkeley Belgique prône l’égalité des sexes en faisant payer le même tarif aux hommes comme aux femmes. C’est un aspect essentiel pour sa clientèle féminine et masculine, tout comme la discrétion et l’aspect privé du service.

Selon une étude de l’équipe féminine belge, un homme serait plus axé sur le physique qu’une femme. Il s’agirait de biologie. Sa personnalité, son intelligence ainsi que son ouverture d’esprit sont des critères tout aussi importants. Une femme, quant à elle, serait plus axée sur le charisme d’un homme. Elle peut certes avoir beaucoup de responsabilités dans la société, mais une fois chez elle, a surtout besoin de se sentir aimée et protégée.


« Ce sont 970 membres en Belgique, 18.000 à l’international (45% d’hommes/55% de femmes) qui 'outsourcent' la recherche de leur partenaire de vie chez Berkeley. Grâce à la qualité de nos connections, environ 75% des membres arrivent à trouver l’amour » affirme Myriam Dassonville, CEO de Berkeley Belgium.


Face à la pandémie, place à la nouvelle tendance du ‘SLOW DATING’

Avec la pandémie, tout est plus lent et plus authentique que jamais, laissant place à ce qui est essentiel et prioritaire. Le ‘slow dating’ consiste à faire des rencontres amoureuses en prenant son temps et en découvrant lentement son prétendant. La ‘'matchmaker privée’ de Berkeley se démarque, en exclusif et en direct, par rapport à l’hypermarché d’Apps et de sites Internet.

"A l’heure où les algorithmes s’infiltrent partout dans nos vies, où les relations humaines deviennent ‘flexibles’ plutôt que ‘durables’ et où le lien social s’effrite, nous remettons l’humain au cœur de la relation amoureuse. Les applications pour Smartphone ne sont plus dans l’air du temps. Nous nous dirigeons vers la fin de l’hypermarché du ‘date’. Marre de rester à la maison ? Il est temps de vouloir être à l'extérieur et de penser à des randonnées et aux pique-niques plutôt qu’aux restaurants et aux spectacles" affirme Marjorie Libourel, Private Matchmaker et Responsable de la région Bruxelloise.

Aujourd’hui, face à une société de surconsommation et de l’immédiateté, cette nouvelle tendance va répondre à une demande de certains célibataires qui souhaitent ralentir le rythme des ‘matchs’ sur les Apps de rencontres et laisser place à une rencontre privilégiée en ‘laissant le temps au temps’…


Forte de son expertise, l’entreprise Berkeley International prône l’amour comme condition nécessaire au bonheur : la qualité de nos relations détermine notre qualité de vie. Alors que la vie sociale manque et que les restrictions liées à la pandémie durent trop longtemps, les futurs amoureux veulent faire avancer les choses et recherchent un canal limitant le temps de recherche et augmentant la probabilité d’amour durable.

Le ‘private matchmaking’ a un bel avenir devant lui !

www.berkeley-international.be

--
Contact Presse :

Metaphore Agency
Muriel GILBERT
+32 475 412 413
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
https://metaphore.be/FR/

--
Communiqué envoyé le 2021-03-04 15:45:43 via le site Categorynet.com dans la rubrique Féminin

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com

______