Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

 

Journée internationale de la langue maternelle (21 février)

Avis aux médias n° 2007-10

Journée internationale de la langue maternelle (21 février)

Débats sur le multilinguisme à l'UNESCO,
avec Assia Djebar, de l'Académie française

Paris, 19 février - Le multilinguisme est le thème retenu cette année pour
la Journée internationale de la langue maternelle (21 février). A cette
occasion, l'UNESCO organise une série de débats. Le 21 février, Assia
Djebar, de l'Académie française, interviendra sur le thème « Une mère à
écrire ». Deux autres débats auront lieu le même jour : « La philosophie au
crible des mots » et « Le multilinguisme dans les pays latins ». Le
programme du 22 février sera consacré au multilinguisme dans le cyberespace.


Dans son message lancé à l'occasion de la Journée internationale de la
langue maternelle 2007, Koïchiro Matsuura, Directeur général de l'UNESCO,
prône une approche « éloignée de toute conception purement identitaire des
langues ». « L'UNESCO s'efforce de promouvoir le multilinguisme, notamment
dans le système scolaire, en encourageant la reconnaissance et l'acquisition
d'au moins trois niveaux de compétences linguistiques pour tous : une langue
maternelle ou primaire, une langue nationale et une langue véhiculaire »,
déclare-t-il. « La promotion de la diversité linguistique et culturelle
s'accompagne d'un engagement en faveur du dialogue entre les peuples, les
cultures et les civilisations », ajoute-t-il, avant de lancer un appel «
pour que des stratégies nationales et régionales d'aménagement harmonieux
des langues soient promues et mises en place partout, dans un cadre
respectueux des cultures de tous ».

Aujourd'hui le multilinguisme demeure encore un idéal plus qu'un acquis :
- 96% des 6 000 langues du monde ne sont parlées que par 4 % de la
population ;
- moins d'un quart sont utilisées à l'école et dans le cyberespace, pour la
plupart de façon sporadique ;
- moins de cent langues sont présentes dans le monde informatique.

A l'heure actuelle, il n'existe pas encore de méthodologie universelle
permettant de mesurer systématiquement et avec exactitude la présence des
langues sur internet. Néanmoins, les différentes méthodes existantes
permettent d'identifier les 7 langues les plus utilisées dans le cyberespace
: anglais, chinois, japonais, espagnol, allemand, français et coréen. Selon
toutes les statistiques, l'anglais occupe la première position, mais sa
présence varie de 35% à 72% selon les sources.

Selon l'Index Translationum de l'UNESCO - unique bibliographie
internationale des traductions, toutes disciplines confondues, contenant
1.650.000 références (littérature, sciences sociales et humaines, sciences
exactes et naturelles, art, histoire...) - entre 1979 et 2004, les sept
langues les plus traduites au monde sont toutes occidentales : anglais,
français, allemand, russe, italien, espagnol et suédois. En revanche, le
japonais figure parmi les langues vers lesquels on traduit le plus souvent :
il vient en cinquième position après l'allemand, l'espagnol, le français et
l'anglais, et avant le néerlandais et le portugais.

Différents aspects du multilinguisme seront débattus au cours de rencontres
organisées à l'UNESCO les 21 et 22 février, à l'occasion de la Journée
internationale de la langue maternelle.

Le mercredi 21 février, Ernesto Bertolaja, Daniel Prado et François Zumbiehl
de l'Union latine débattront avec Manuel Tost de l'Université autonome de
Barcelone, et Delicia Villagra, de l'Ambassade du Paraguay en France, du «
Multilinguisme dans les pays latins ». Ils analyseront les relations entre
les langues parlées dans certains Etats latins plurilingues et les moyens
permettant leur promotion (interprétation anglais, français). Salle XII,
10h15-12h30.

Assia Djebar, la première romancière d'origine maghrébine élue membre de
l'Académie française, s'exprimera sur le thème « Une mère à écrire ».
Mireille Calle-Gruber, écrivain et professeur à l'Université Paris 3,
l'interrogera sur l'impact de ses langues maternelles que sont le berbère et
l'arabe dans sa langue d'écriture, le français (interprétation anglais,
français). Salle X, 13h45-15h30.

Au cours de la même journée, plusieurs philosophes et écrivains - Barbara
Cassin, Ali Benmakhlouf, Michel Deguy, Robert Maggiori, Xavier North et René
Zapata - débattront sur le thème « La philosophie au crible des mots ». Ce
débat est inspiré par l'ouvrage Vocabulaire européen des philosophies :
Dictionnaire des intraduisibles (Le Seuil/Le Robert, 2004), un ouvrage de
type nouveau qui traite de la difficulté de la traduction des textes
philosophiques (interprétation anglais, français). Salle X, 15h15-17h30.

« The Challenges of Bridge Building: From Mother Tongue to Multilingual
Education » est le thème d'un débat organisé par l'ONG américaine SIL
International (débat en anglais). Salle VIII, 15h45-17h00

Le jeudi 22 février, l'atelier « Mesurer les langues dans le cyberespace :
expériences récentes » sera une occasion de passer en revue et de comparer
des projets récents de mesure de la présence des langues dans le
cyberespace, particulièrement en Afrique et en Asie. Y participeront
notamment Adama Samassekou, de l'Académie africaine des langues (ACALAN) et
Yoshiki Mikami, de l'Observatoire des langues (LOP). Frederic Monràs, de «
Linguamón - Maison des langues » (Catalogne), parlera à cette occasion sur
le thème « Comment bien définir le multilinguisme dans l'Internet ». La
version française de l'ouvrage Comment assurer la présence d'une langue dans
le cyberespace, sera présentée par son auteur, Marcel Diki-Kidiri. Au cours
de la journée sera projeté le court-métrage « The Dragon speaks with Two
Tongues » de Gwyneth Edwards (15', anglais et gallois), qui a pour sujet la
« cohabitation harmonieuse » de l'anglais et du gallois au pays de Galles.
Salle XVI, UNESCO, 1, rue Miollis, Paris 15e, 10h-18h00.

La Journée internationale de la langue maternelle vise à promouvoir la
reconnaissance et la pratique des langues maternelles du monde et
particulièrement celles des minorités. Elle a été proclamée, en 1999, lors
de la 30e session de la Conférence générale de l'UNESCO.

****

Contact :
Jasmina Sopova, Bureau de l'information du public, Section des relations
avec la presse
Tél. : +33 (0)1 45 68 17 17 ; Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.