Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Boîte à outils du 21è siècle : des instruments intellectuels et des TICS

TICS. STRATÉGIES D'ACCÈS

Maîtriser l'information, le "nerf de la guerre"

www.eidparis.com

eid-univ-lille Boîte à outils du 21è siècle : des instruments  intellectuels et des TICS

Société de l'information > Technologies de la plasticité

Néa Bernard. D'après Fabrice Papy ~~ Sciences de l'information et de la communication

Documents numériques et usages
"Technodocumentation des machines informationnelles aux bibliothèques numériques." Ed. Hermès

FORMATION CONTINUE ~~ à chacun sa boîte à outils numériques

Où trouver les informations utiles ? Comment décider au mieux ? Comment trouver la bonne formation pour rester dans la course ? Chacun construit son tableau de bord intelligent à l'aide de différents outils numériques à sa disposition
Les Journées de formation de l'EID à l'Hôpital Américain illustrent parfaitement l'utilisation des outils numériques qui s'ajoutent aux méthodes d'enseignement faisant appel aux techniques les plus sophistiquées.
Lors des chirurgies en direct, le Centre International d'Echanges Médicaux C.V. Starr permet de relayer les moments forts des actes chirurgicaux. En travaillant sur plusieurs blocs opératoires, les différents chirurgiens transmettent à l'auditoire leurs méthodes, leurs choix stratégiques et leurs tours de main, en mettant ce public de professionnels devant des situations concrètes.
Les résumés des cas cliniques de ces journées de formation et chirurgies en direct sont conjointement présentés sur le site Internet de l'EID.
Dans cette boîte à outils numériques, le moteur de recherche interne permet d'effectuer une recherche sémantique sur les différents termes scientifiques, qui sont contextualisés à l'aide d'un glossaire relié aux cas cliniques richement illustrés et commentés.

Toute la diversité des activités humaines ~~ dématérialisée en flux numériques

L'évolution numérique transforme profondément nos sociétés, plongées dans un monde massivement interconnecté. Les civilisations émergentes centrées sur l'information introduisent de nouvelles formes d'économie, de gouvernance, de sociabilité. Cette révolution digitale qui nous époustoufle déjà tous les jours, n'en est qu'à ses débuts, à ses balbutiements !

NOUVELLES TECHNOLOGIES >NOUVEAUX USAGES

LA TOILE ~~ SOCIÉTÉ MONDIALE

Les technologies numériques se placent en filigrane dans toutes les activités humaines, qu'elles soient privées, publiques, personnelles, familiales ou professionnelles

CITOYEN DU MONDE ~~ PASSEPORT = COMPÉTENCES NUMÉRIQUES

Toute la complexité des activités humaines se déploie dans le canal uniformisateur du "grand tout numérique"
Les compétences numériques et informationnelles deviennent d'indispensables passeports pour tous les citoyens impliqués dans le fonctionnement d'une société en voie de dématérialisation

INTEROPÉRABILITÉ DES SYSTÈMES D'INFORMATION ~~ LE FREIN DES STRATÉGIES INDUSTRIELLES

Les systèmes informationnels élaborés pour faciliter notre quotidien et améliorer les décisions que nous prenons dans nos stratégies de tous les jours, professionnelles ou personnelles, restent encore largement obscurs pour les usagers non-avertis
Ces sytèmes techniques, indéniablement fonctionnels mais artificiellement disjoints, enferment encore l'usager dans des scénarios d'utilisation trop souvent inopérants et frustrants
Les dérives des enjeux économiques et financiers, en voulant transformer les usagers en consommateurs captifs, instrumentalisent l'utilisateur au détriment de l'usabilité des dispositifs

TECHNOCENTRÉ ~~ Vs. ANTHROPOCENTRÉ

La logique anthropocentrée place les utilisateurs, individuellement ou collectivement, au centre des dispositifs techniques
Les systèmes informationnels complexes et sophistiqués, conçus de façon technocentrée, cèdent peu à peu la place au web social.

WEB 2.0 >WEB SOCIAL

COLLECTIF CONNECTÉ ~~ LE RÉSEAU

Le web 2.0, face sociale du web technologique, synonyme de collaboration et de partage des données, fait émerger de nouveaux usages
La notion de réseau est une émergence forte de la nouvelle culture.

LOGIQUE ANTHROPOCENTRÉE ~~ NOTION D'USAGE DES UTILISATEURS

Les méthodes de conception commencent à intégrer la notion d'usage et de profil cognitif des futurs utlisateurs ainsi que le contexte social et professionnel d'utilisation

AU-DELÀ DE L'APPRENTISSAGE DES CONTENUS ~~ APPRENTISSAGE DES MÉTHODES POUR MANIPULER DES CONNAISSANCES

Ces procédés dynamiques de réorganisation doivent privilégier la réflexion face à l'information, la confrontation des savoirs et des idées
Le 20ème siècle fut le siècle des technologies, le 21ème sera celui des méthodologies.

MAÎTRISE DES TICS ~~ UN "ALLANT DE SOI" QUI NE VA PAS DE SOI

La capacité de l'individu à appréhender et s'approprier cette masse d'information est loin d'être acquise. Les modes d'organisation des systèmes d'informations et de connaissances exigent un apprentissage
Il revient à chacun d'adapter ses habiletés et stratégies d'accès afin d'utiliser au mieux ces environnements techniques

TICS et STRATÉGIES D'ACCÈS ~~ IDENTIFIER LES CONTRAINTES JURIDIQUES ET SOCIALES

Les outils et les services web banalisés utilisés aussi bien dans la sphère privée que dans la sphère professionnelle brouillent les cartes
L'utilisateur doit développer de véritables stratégies d'accès, mais aussi un esprit critique, afin d'identifier les contraintes juridiques et sociales qui accompagnent l'usage de ces environnements informatiques (messagerie, téléchargement ...) dont les conséquences peuvent s'avérer dommageables pour le salarié ou l'entreprise.

Du talent de haut vol

demeler-info Boîte à outils du 21è siècle : des instruments  intellectuels et des TICS Transformer une masse informe d'informations-messages en une pertinente information-structure, porteuse de sens est chose difficile, très difficile
Expertise documentaire

TIC >Maîtriser l'information, le "nerf de la guerre"

ENTREPRISES et ORGANISATIONS ~~ CONSERVER, PRODUIRE, DIFFUSER

La richesse actuelle d'une entreprise, et de toute organisation, est l'ensemble de ses connaissances, son patrimoine immatériel (métiers, informations, compétences etc.).
La mémoire des informations et savoirs est donc vitale pour assurer son fonctionnement et sa pérennité.
Les informations disséminées dans l'entreprise, et, parfois, peu accessibles doivent être rassemblées, classées en fonction de leur nature et en prévision des situations internes et externes favorables, ou au contraire, qui risquent de poser problème
Il s'agit de conserver les données de telle manière à pouvoir les retrouver aisément, et de les protéger suffisamment pour qu'elles ne puissent impunément être détruites ou pillées ou falsifiées. (Dominique Annet)

FAIRE L'INVENTAIRE DES INFORMATIONS DISPONIBLES MAIS ÉPARSES ~~ PUIS STRUCTURER L'INFORMATION (EXPERTISE DOCUMENTAIRE)

Les compétences clés pour interpréter, comprendre le sens et le contexte de ces données et les valoriser impliquent de fortes capacités de synthèse.
Transformer une masse informe d'informations-messages en une pertinente information-structure, porteuse de sens est chose difficile, très difficile
Cette transformation requiert du génie et appelle du talent de haut vol. Et génie et talent sont chers parceque rares (Marc Halévy).
Le métier de documentaliste se rapproche davantage du poste d'assistant du PDG que de celui de classeur 

DONNEES ÉPARSES ~~ VISION GLOBALE et INTELLIGENCE OPÉRATIONNELLE

L'organisation, la mise en cohérence et la valorisation des informations (de ce patrimoine immatériel) permet de les rendre accessibles, et d'élaborer une vision globale
Le traitement numérique de ces données qui s'ensuit nécessite de concevoir des descriptions complémentaires (invisibles aux visiteurs) qui assurent une recherche et mise à dispostion cohérente / pertinente des documents (images, textes, vidéos etc).
Ce traitement des données permet, par ailleurs, de palier aux incompétences numériques des usagers hétéroclites au moment de la diffusion numérique

DÉPLOYER L'INFORMATION ~~ ASSURER L'ATTRACTIVITÉ et LA VISIBILITÉ DES INFORMATIONS

À l'heure du numérique, le notion de "lieu physique idéal" (the place to be) tombe naturellement en désuétude. La première place où se placer est désormais la Toile.
Système d'information et système informationnel : une nouvelle alliance est à créer entre informaticiens et communicants (Dominique Annet)

ERP, INTRANET etc. >LA SOLUTION ?

DES ENVIRONNEMENTS INFORMATIQUES ~~ PEU EN ADÉQUATION AVEC LES BESOINS DES UTILISATEURS

GED, GEIDE, ERP, Intranet, IntraWeb, Groupware, Peer to Peer etc. prétendent apporter des évolutions significatives mais sont en réalité souvent des variations d'un même thème technique.
Ces environnements informatiques destinés à proposer coopérations et organisations d'informations numériques existent depuis de nombreuses années

ERP ~~ COMPLIQUÉ, COUTEUX ?

Ce progiciel destiné à améliorer les performances de l'entreprise dans l'ensemble de ses fonctions essentielles a connu ses heures de gloire dans les années 2000
Après la fièvre de l'ERP, tant désiré par les directions pour les solutions qu'il était censé apporter, ont succédé les "ça ne marche jamais" "c'est la faute à l'ERP" et autres désillusions.

DYSFONCTIONNEMENTS ~~ HOMME OU MACHINE ?

- Les utilisateurs (les employés), sont formés en fonction de la position professionnelle qu'ils occupent dans l'entreprise et ne perçoivent donc qu'une (petite) partie de l'ERP.
- "L'entité entreprise", sa réalité, est souvent modélisée à partir d'à priori sociaux et culturels lacunaires voire incorrects. Il en résulte des dispositifs implémentés de manière erronée (par l'équipe projet, intégrateur ...). Même si le cahier des charges a été respecté, les déconvenues, elles, ne tardent pas à se manifester.
Enfin, ne pas oublier que les technologies ne peuvent résoudre des problèmes que les hommes, en s'organisant, ne savent pas ou mal, régler eux-mêmes.
Ce n'est pas à l'entreprise de s'adapter aux fantasmes des concepteurs-informaticiens, c'est à ceux-ci à se mettre humblement au service de l'entreprise qui sait, bien mieux qu'eux, ce dont elle a réellement besoin.

LA MODE MANAGERIALE DES ERP ~~ ET APRÈS ?

La bulle ERP ? Trop cher et trop compliqué ? ERP, un objet rempli de mythes ? Les ERP sont pleins de promesses..."qui seront tenues plus tard" ...
Des réponses ou des pistes ici : "Tout sur les ERP"
"Les salariés ont besoin de comprendre l'univers de rationalité dans lequel ils sont pour travailler". La mise en place d'un ERP peut être acceptée si les acteurs lui donnent sens, s'il apporte un plus et s'il est nécessaire. Mais du fait de la complexité du paramétrage de l'ERP, cela se révèle difficle, voire impossible.( Francis Pavé)

CHEF D'ENTREPRISE >STRATÈGE

DONNER LE CAP ~~ MAIS APPRENDRE À VIVRE HORS CERTITUDE

Avec la complexification croissante de tout, c'est aujourd'hui le principe même de standardisation par qui le bât blesse. Puisque tout devient de plus en plus imprévisible, puisque toutes les prévisions deviennent de plus en plus fausses, puisque ce qui a été prévu se réalise de moins en moins, puisque l'essentiel, de plus en plus souvent, n'a été prévu par personne, les exercices de prévision sont stériles, inutiles, et parfois débiles ! (Marc Halévy).
L'entreprise est forcée d'inventer et d'improviser plutôt que de dupliquer et d'imiter.
Le dirigeant doit donner le cap et apprendre à vivre hors certitude, même et surtout dans la gestion de l'entreprise

MONDE COMPLEXE ~~ NON MATHÉMATISABLE

Les modélisations techniques ne peuvent être qu'imparfaites en raison même du nombre inflationniste de paramètres à intégrer, et des relations qui interviennent entre ces paramètres.
Tous les modèles de gestion basés sur un regard mécaniste, cartésien, analytique, linéaire, mathématique, prévisionnel et atomiste, sont devenus caduques et doivent être remplacés par d'autres regards.
Des stratégies nouvelles s'imposent : en plus des dimensions quantitatives classiques, il faut intégrer l'immatériel, c'est à dire la connaissance, l'information, le sens, les valeurs, l'intelligence, la créativité. Cet immatériel qui ne pourra jamais rentrer dans les moules comptables et financiers ... et leur rassurance artificielle.
On l'a bien compris, ces progiciels de gestion théoriquement conçus pour améliorer la performance en terme de qualité, de coûts et de délais ne peuvent pas faire l'impasse sur l'activité humaine sous ses multiples formes (cognitive, psychologique, émotionnelle, sociale etc.)
C’est pourquoi, en dépit des apparences, l’outil informatique a moins à voir avec le monde transparent de la raison qu’avec le monde obscur des susceptibilités, des ambitions, et des passions en tout genre. (F. Pavé)

OUTILS NUMÉRIQUES >Une illusion de facilité

SURABONDANCE D'INFORMATION et COMPLEXITÉ ~~ EXPERTISE DOCUMENTAIRE

L'effort parfois considérable que les usagers/utilisateurs/clients doivent encore faire aujourd'hui pour tirer véritablement profit des informations mises à leur disposition démontre combien l'efficience technologique ne peut totalement se substituer à l'expertise documentaire. (expertise méthodologique et structuration des données)

DEMANDE MAL FORMULÉE = BRUIT OU SILENCE

Les internautes qui utilisent les SRI ou Systèmes de Recherche d'Information (moteurs de recherche principalement) ont de plus en plus de mal à apprécier la qualité et la pertinence des résultats de leur recherche d'information.
Voir aussi : Défi numérique, Journée d'étude
Et : web sémantique, un web qui manipule des concepts et non plus seulement des mots.

VISIBILITÉ SUR LA TOILE = RÉFÉRENCEMENT

"A l'heure du numérique, la vraie vitrine de l'entreprise c'est son site Internet et sa visibilité est dans le référencement qu'en font les moteurs de recherche" (Marc Halévy).
Les algorithmes de filtrage des principaux moteurs de recherche externes visent à renforcer la pertinence des résultats et à éliminer le "bruit" afin de promouvoir les sites proposant des contenus de qualité.

ADHÉSION ~~ N'EST PAS SYNONYME DE QUALITÉ

Les stratégies commerciales des entreprises ont tendance à négliger les logiques d'usages, en interprétant l'adhésion d'un grand nombre de clients comme la preuve de la qualité du dispositif.
Il en est de même avec le trafic des sites web. "Nombre de Visites" ne signifie pas systématiquement adéquation de l'information avec les attentes des visiteurs
Enfin, il existe d'innombrables méthodes artificielles pour générer du faux trafic, sans compter les faux compteurs de visites, les vendeurs de trafic et donc des visiteurs pas du tout réceptifs

MARCHÉ DE L'IMMATÉRIEL >INFORMATION et CONNAISSANCE

MARCHÉ DE L'INFORMATION ~~ MARCHÉ DE LA CONNAISSANCE

Le marché de l'information est un marché flou dont Internet accapare 80% de son développement
Le marché de la connaissance est aujourd'hui principalement le marché des contenus de sites Internet (Université ou Bibliothèque universitaire (voir ci-dessous), Grandes écoles, blogs de passionnés, entreprises qui exposent leurs produits techniques ou méthodologiques, Associations et/ou formations scientifiques (par exemple l'EID) etc.

MÉCANIQUE ~~ ORGANIQUE

Le passage du marché matériel aux marchés immatériels est aussi un passage du mécanique à l'organique, de l'élémentaire au complexe, avec d'insoupçonnables propriétés émergentes qui sortent de nulle part, du planifiable à l'imprévisible, de la rationalité à l'intuitivité

INVENTION TECHNIQUE ~~ SUCCÈS OU ÉCHEC

On l'a vu, les modélisations techniques sont imparfaites en raison du nombre inflationniste de paramètres à intégrer, et des relations qui interviennent entre ces paramètres (complexité)
C'est donc en amont de l'invention technique que doit être considérée l'activité humaine sous ses multiples formes (cognitive, psychologique, émotionnelle, sociale, etc.)
L'adéquation ou l'inadéquation de l'invention technique avec les activités humaines (donc anthropocentré) conditionne son succès ou son échec.
Face à la complexité croissante, il faut mettre au point une stratégie adéquate que seule l'intelligence humaine peut appréhender. Cette stratégie s'appelle la simplicité !

"BIBLIOTHÈQUES NUMÉRIQUES" >POUR QUI ?

PLÉTHORE D'INFORMATION ~~ MAIS SI PEU DE VISIBILITÉ

D'innombrables réalisations de "bibliothèques numériques" ont vu le jour.
Néanmoins, ces diffusions électroniques composées d'ouvrages numérisés (livres, revues, enregistrements audio et/ou vidéo, etc) et/ou de documents originellement numériques se sont installées sans pilotage global
Si la valeur scientifique et cognitive des ouvrages offerts à la consultation ne peut être remise en question, les difficultés que les usagers rencontrent pour y accéder renvoient à des problèmes complexes de visibilité et de représentation

DES BUDGETS COLOSSAUX ~~ SANS MODÈLE ÉCONOMIQUE

Les "bibliothèques numériques" qui prolifèrent à travers Internet représentent des investissements colossaux fréquemment élaborés sur des impulsions politiques, mais leur "modèle d'utilisabilité" n'est pas établi
Ainsi, ces bibliothèques numériques et leur non-usage sont considérées par les professionnels de l'information comme un gaspillage de temps et d'argent

DES SYSTÈMES DE SYSTÈMES, FINANCÉS PAR LES FONDS PUBLICS ~~ QUI PEINENT À REMPLIR LEUR MISSION

Sans réel pilotage public, la diversité de ces projets est source d'un éparpillement des ressources et des structures, générant une complication toujours plus grande
La confiance aveugle en l'efficience technologique fait l'impasse sur l'essentiel : l'expertise documentaire (expertise méthodologique) en matière d'organisation des connaissances et la pertinence des descriptions complémentaires des ressources pour qu'elles s'inscrivent dans un ensemble suffisamment visible pour les usagers

CAS D'ÉCOLE ~~ PROJET PHARAONIQUE DE LA BNF

L'informatisation de la Bibliothèque nationale de France fournit également un cas d'école. Le système informatique qui est au coeur de ce projet pharaonique a été conçu sans qu'aucun informaticien se soucie jamais de savoir comment un chercheur ou un lecteur ordinaire travaillait dans une bibliothèque. Les seules expérimentations qui ont été faites l’ont été avec des magasiniers de la bibliothèque, dont le rapport au livre est forcément très différent de celui d’un lecteur.
Là encore, l’usager a été ignoré, méprisé, au mieux fantasmé, pour privilégier des arguments d’ordre intellectuel, rationnel et abstrait. (F. Pavé)

CLIQUER ~~ N'EST PAS TROUVER

À l'instar du comptable "contraint" qui compte sur Excel lorsque les fonctionnalités de ce "maudit ERP" sont défaillantes (ce qu’il est bien incapable de faire), les équipes des services de documentation se retrouvent dans certains cas, dans la nécessité de contourner l'obstacle constitué par le système informatique pour satisfaire aux demandes des usagers.
Preuve flagrante : retour à la commande sur fiches papier remplies à la main pour parer aux demandes inaccessibles par le biais du catalogue informatisé
Dans ce même processus paradoxal résultant d'un imaginaire technique, nombre d'étudiants ne comprennent pas ce qu'ils font quand ils manipulent les machines. Mais à force de répéter les mêmes gestes ils réussissent à les reproduire et, en cliquant au hasard, ils parviennent à se débrouiller.

VISUAL…CATALOG >MÉDIATION

APPRENDRE À APPRENDRE ~~ COMPREHENSION SYSTÉMIQUE

La capacité à tirer le meilleur parti d'une bibliothèque a toujours nécéssité un apprentissage, parfois formel, mais très souvent informel.
La familiarisation progressive avec les outils bibliograhiques est le nouveau creuset immatériel (spatio temporel) de notre société de l'information.
Tel que l'exprime le rapport mondial de l'UNESCO sur les Sociétés du savoir : "l'entrée des bibliothèques dans une logique de réseau les place au coeur des enjeux économiques liés au nouveau paradigme de l'information..."
Dans cette effervescence culturelle, économique et politique, il apparaît plus que nécessaire de cesser de privilégier la seule piste technologique et de s'engager dans un processus conceptuel qui réutilisera efficacement l'expertise professionnelle des documentalistes et des bibliothécaires en matière d'organisation des connaissances.

RÉFLEXION SUR L'ADÉQUATION DES RESSOURCES PROPOSÉES ~~ AUX BESOINS DES USAGERS

Généralement, le nouvel arrivant en milieu universitaire aborde le système documentaire global de la bibliothèque à partir de référents inadaptés hérités de la bibliothèque municipale ou du CDI du lycée
L'enjeu consiste à améliorer la connaissance de l'organisation intellectuelle de la bibliothèque, permettant à l'usager de (re)construire une représentation adéquate de cet espace dématérialisé.
C'est tout l'objet du Visual…Catalog
Ce dispositif, élaboré dans le cadre de recherches universitaires en sciences humaines, et plus particulièrement, en sciences de l'information vise à améliorer la visibilité des collections des bibliothèques universitaires et à augmenter l'autonomie des usagers
Visual…Catalog un observatoire des habiletés instrumentales des usagers.

VALORISATION DE LA RECHERCHE ~~ Une passerelle documentaire pour les universités publiques de la région Nord-Pas de Calais.

Depuis le 1er septembre 2011, le site Web du Pôle de Recherche de l'Enseignement Supérieur Université Lille Nord de France propose aux usagers un Visual Catalog permettant d'interroger simultanément les catalogues des bibliothèques des universités d'Artois, du Littoral, de Lille 1, de Lille 2, de Lille 3 et de Valenciennes

DOSSIER DE PRESSE COMPLET

Programme de la journée : 5 CHIRURGIES EN DIRECT + CONFÉRENCES.
Intelligence et complexité : Tirer parti de la vague, partager une vision
Economie numérique Société en réseau, maillage planétaire
Apprentissage numérique Nouvelles technologies, nouveaux usages
SPONSORS L'art de faire converger. Processus de collaboration

Contact presse :
NEA DIGITAL
Remplissez le formulaire ci-dessous

{{cpresse}}