Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Les entreprises françaises accentuent leurs approvisionnements dans les pays à bas coûts

L’étude commanditée par Ariba souligne que les biens et services sourcés dans les pays à bas coûts vont plus que doubler d’ici 2010. La France s’inscrit dans cette tendance. Ses trois zones de sourcing majeures pour ses approvisionnements directs seront : la Chine, la France elle-même et la Pologne. Pour atteindre leurs objectifs, les Directeurs des Achats devront renforcer leur expertise et leur visibilité locales au sein des pays à bas coût.





Ariba, Inc. (code Nasdaq : ARBA), éditeur mondial des solutions de maîtrise des dépenses (SM - Spend Management), en association avec le Supply Management Institute (SMI) de l’European Business School (Allemagne), dévoile les résultats d’une étude commune sur le volume et l’ampleur du sourcing dans les pays à bas coûts menée notamment au sein des entreprises françaises. L’analyse des réponses de 200 responsables des Achats des plus grandes entreprises européennes révèle un bouleversement spectaculaire en faveur des fournisseurs dans les pays à bas coûts et montre que les responsables des Achats s’engagent activement dans l’acquisition d’une expertise spécifique indispensable.





Principales conclusions de l’étude



Cette étude souligne véritablement l’importance croissante du sourcing dans les pays à bas coûts comme un moyen qu’utilisent les entreprises françaises pour augmenter leurs profits et rester compétitives sur un marché de plus en plus mondialisé.



· Le sourcing dans les pays à bas coûts va augmenter de manière spectaculaire d’ici 2010 – D’ici cinq ans, le montant des biens sourcés dans les pays à bas coûts va augmenter de 70%. Celui des services va augmenter de 64%.



· La Chine est aux avant-postes – La Chine est aujourd’hui le pays le plus important pour le sourcing dans les pays à bas coûts. Cette position est amenée à s’intensifier encore davantage d’ici 2010. Les entreprises françaises classent la Chine comme pays fournisseur significativement plus important que la France elle-même (49% contre 32% pour les dépenses directes et 45%contre 37%pour les dépenses indirectes). Le fossé entre les deux pays va encore s’intensifier au fil des cinq prochaines années, avec un sourcing en Chine qui devrait augmenter de plus de 30% d’ici 2010.



· Des connaissances locales limitées – Seules 25% des entreprises possédant des fournisseurs dans les pays à bas coûts ont construit une relation de travail étroite avec ces fournisseurs.Moins d’un tiers d’entre elles sont capables d’analyser leurs dépenses d’achats par fournisseur ou par catégorie de dépenses.



· Une priorité au niveau de la direction de l’entreprise – La moitié des entreprises interrogées impliquent leur Directeur Général ou leur Directeur Financier dans les décisions stratégiques relatives au sourcing dans les pays à bas coûts.



· Criminalité versus qualité – L’instabilité politique et la criminalité ainsi que la corruption viennent en tête de liste des inquiétudes des entreprises. Les inquiétudes liées à la qualité n’arrivent elles qu’en fin de liste.

Une augmentation exponentielle en vue



« Du simple point de vue du volume et de l’ampleur, le sourcing dans les pays à bas coûts atteint aujourd’hui des niveaux stupéfiants. D’ici 2010, ce sourcing sera devenu une réalité pour la plupart des entreprises. Sous l’égide de la fonction Achats, avec le mandat du Conseil d’Administration, les entreprises se doivent d’améliorer continuellement leur efficacité d’un bout à l’autre de la chaîne logistique », déclare Gérard Dahan, Directeur Marketing Europe du Sud d’Ariba. « Mais il est très difficile de réussir dans les régions à bas coûts. Les grandes entreprises multinationales prennent des décisions stratégiques, conscientes des difficultés inhérentes au sourcing dans les pays à bas coûts afin de rester compétitives ; mais malheureusement la chaîne logistique pourtant cruciale n’a pas assez voix au chapitre. Le sourcing dans les pays à bas coûts a un impact très fort sur les fournisseurs locaux qui doivent s’adapter à la demande des entreprises déployant de telles stratégies. »



Selon l’étude, la quantité d’approvisionnements directs sourcés dans les régions à bas coûts va augmenter en moyenne de 64% au cours des cinq prochaines années. Les dépenses indirectes dans les régions à bas coûts devraient également augmenter de 34% en moyenne à travers tous les pays européens considérés par l’étude.



« Il ne fait aucun doute que les cinq prochaines années vont voir le sourcing dans les pays à bas coûts devenir une fonction de plus en plus importante dans l’entreprise, » déclare le Dr Christopher Jahns, directeur exécutif du Supply Management Institute de l’European Business School. « La mondialisation croissante, Internet, les technologies de sourcing et les pratiques de travail collaboratives ont fait du commerce une nécessité mondiale. Mais nos recherches montrent qu,e même si les intentions de sourcing dans les pays à bas coûts sont claires, un manque étonnant d’expertise subsiste dans les entreprises concernant les difficultés que peut générer le recours à des fournisseurs à l’étranger. »





Quels sont les pays à bas coûts « phares » pour la France ?



L’étude révèle que la Chine est aujourd’hui la zone la plus importante pour le sourcing dans les pays à bas coûts, position amenée à se consolider à l’horizon 2010. Les autres principaux pays à bas coûts distingués sont : la Pologne, la République Tchèque, la Slovaquie et la Turquie. De manière surprenante, l’Inde ne revêt qu’une importance minime pour les Responsables des Achats interviewés.

Il est à noter que 48 % des répondants classent leur propre pays parmi leurs trois plus importants pays de sourcing. Preuve que la géographie locale, la culture et la langue continuent de jouer un rôle important dans les filières d’approvisionnement.



« Alors que la Chine et l’Extrême-Orient sont les favoris évidents pour le sourcing dans les pays à bas coûts, les entreprises européennes ne doivent pas pour autant passer à côté des avantages que présente l’élargissement de l’UE, avec notamment l’ouverture des marchés des pays de l’ancien bloc de l’Est. » ajoute Steve Muddiman.



Pour la France, ce sont les pays voisins que sont l’Allemagne, l’Italie, et le Royaume-Uni qui souffrent le plus du déplacement de son sourcing vers la Chine. Ainsi, ces pays vont tous connaître une diminution du sourcing des approvisionnements directs de la part des entreprises françaises au cours des cinq prochaines années. D’ici 2010, la Chine, la France elle-même et la Pologne seront les trois plus importantes zones de sourcing des entreprises françaises pour leurs approvisionnements directs.





Criminalité vs qualité de fabrication, et de l’importance de la stabilité politique



Le sourcing dans les pays à bas coûts par les entreprises est probablement l’un des moyens les plus efficaces pour qu’elles réduisent les coûts. Toutefois, traiter avec une culture étrangère ne va pas sans risques. Ainsi, les conclusions de cette étude soulignent que le crime organisé, la corruption et l’instabilité politique sont aujourd’hui des risques aussi importants que la qualité de la fabrication.



« Alors que les risques externes sont bien plus difficiles à évaluer, la façon la plus efficace de réduire ce risque est de limiter ses opérations dans les régions où l’instabilité politique est monnaie courante », déclare également le Dr Jahns. « Nous constatons néanmoins que la stabilité politique se renforce dans des régions éloignées parallèlement à l’augmentation du sourcing dans ces pays à bas coûts. Prenons l’exemple de la Chine : son ouverture aux entreprises du monde entier au cours de la dernière décennie, conjointement à son entrée dans l’OMC, s’est effectuée en parallèle de l’amélioration significative de sa stabilité politique, alors que l’on voyait se réduire les incertitudes des entreprises étrangères. »





L’internationalisation et l’externalisation des achats, remèdes contre une visibilité locale insuffisante ?



Cette étude révèle également que le niveau de connaissances générales de différents sujets liés au sourcing dans les pays à bas coûts est étonnamment bas. Plus de 65% des entreprises interrogées pour cette étude indiquent qu’elles ne savent pas bien comment développer des stratégies de sourcing dans les pays à bas coûts. Seules 24% d’entre elles considèrent bien connaître les problématiques commerciales liées au sourcing dans ces pays, telles que l’économie, la culture et la politique.



« Le sourcing dans les pays à bas coûts représente à présent le défi n°1 auquel sont confrontés les Directeurs des Achats. La pression du marché mondial va continuer à leur imposer cette réalité. De surcroît, le sourcing dans les pays à bas coûts exige de la part de la fonction Achats le développement d’un plus large éventail de compétences . Celle-ci doivent être prises en charge par les ressources du pays d’origine pour que ces opérations soient couronnées de succès », précise Steve Muddiman. « Fondamentalement, la plupart des problèmes découlent d’un manque de visibilité sur les dépenses : que dépensez-vous et où se trouve votre base de fournisseurs actuelle ? Ces questions sont déterminantes pour déterminer quelles catégories de dépenses se prêtent le mieux à une stratégie de sourcing dans les pays à bas coûts. Il est très inquiétant de constater que les deux tiers des entreprises ici interviewées ne disposent pas d’une véritable visibilité de leurs dépenses à l’échelle mondiale. »



Seules 13% des entreprises sourcent actuellement leurs fournisseurs par l’intermédiaire d’un service des Achats internationaux (IPO – International Procurement Office). Néanmoins, l’étude révèle que l’externalisation des opérations d’achat non stratégiques ne cesse de se développer. Elle vise alors le recentrage de l’entreprise sur ce qui constitue son cœur d’activité, ainsi que l’amélioration de l’efficacité de ses processus des achats jusqu’au règlement.







L’intégralité de cette étude est disponible sur simple demande auprès de :

Chrystel Libert - Agence Point Virgule - 01 41 11 82 27 / 06 17 33 10 51 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.





A propos d’Ariba, Inc.

Leader des solutions de maîtrise des dépenses (ESM - Enterprise Spend Management), Ariba, Inc. aide les entreprises à développer et à intégrer la gestion des dépenses au cœur de leur activité, afin d’optimiser leurs résultats financiers. Ses logiciels d’ESM et ses services permettent aux entreprises de se concentrer réellement sur leurs dépenses et de mettre en place des processus en circuit fermé leur permettant d’accroître leur efficacité et de réduire durablement leurs coûts. Pour de plus amples informations : www.ariba.com.



A propos du Supply Management Institute SMI

Le Supply Management Institute est le plus important institut de recherche spécifiquement dédié aux domaines des achats, de la logistique et de la gestion de la chaîne logistique. En connexion avec la Chaire des Achats, de la Logistique et de la Gestion de la Chaîne Logistique de l’ebs (European Business School) de Wiesbaden (Allemagne), l’Institut dispense son enseignement aux étudiants du campus et organise des formations pour cadres ; en outre, il construit et entretient un réseau mondial de représentants du monde universitaire et du monde de l’entreprise.





Contact presse Agence Point Virgule

Chrystel Libert – 01 41 11 82 27 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Solenn Morgon – 01 41 11 82 16 – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.