Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Entre le diable de la récession et l'inflation

Deuxièmement, le vendredi, les marchés américains à l'unisson ont chuté de plus de 3% à cause de la panique qui a ravagé une fois de plus les marchés financiers. La semaine s'est terminé comment il avait commencé avec quelques points en commun entre les deux. Le principal catalyseur de la capitulation était la baisse salariale de masse au États Unis. Le taux de chômage de 5,5% était la plus forte augmentation depuis 1986 et le cinquième mois consécutif que les États-Unis avaient perdu    des  emplois. Le non-consensus sur la récession est maintenant sous une pression considérable dans les deux côtés de l'atlantique.

Le dernier clou dans le cercueil était le réveil temporaire du prix de pétrole de son sommeil. Les prix du pétrole brut a bondi de plus de $15 dollars dans les deux derniers jours de la semaine, l'ajout de  $ 11,31le vendredi pour clôturer à nouveau un niveau record de $.139,12. Les craintes de la guerre au Moyen-Orient et une récession aux États-Unis a créé la tempête parfaite.

Même avant l'ouverture des marchés boursiers pour la semaine Juin avait déjà commencé mal pour les marchés locaux. Au début du trading, la livre a fortement chuté contre la faiblesse du dollar à cause des données de fabrication. Ensuite, les marchés d'actions  ont ouvert à  un bain de sang sur les actions à Bradford et Bingley. Les nouvelles avait déjà circulé le week-end que la banque avait des problèmes; les prix de ces actions à 60 centimes ont confirmé cette rumeurs . La banque est maintenant en chute incroyable de 87% depuis son apogée en 2006. Barclays Bank a moins baissé en pourcentage depuis son apogée, mais la taille de la banque a fait son effondrement d'autant plus préjudiciable. La semaine dernière, Barclays a clôturé la semaine à son plus bas niveau depuis Mars
2003 à cause de l'adéquation des fonds propres:

Récemment, on a noté des signes d'un ralentissement de l' économie britannique, maintenant la situation est grave. Les prix des maisons sont en décadence, les consommateurs se sentent plus pauvres que les derniers six mois. Cela n'est pas trop dramatique, mais combiné avec la hausse des prix du pétrole et l'inflation de l'alimentation , les consommateurs non seulement se sentent plus pauvres, mais ils le sont en réalité.

La décision des taux  de la MPC la semaine dernière n' a pas été surprenante, mais la BCE a  ébouriffé quelques plumes en indiquant qu'ils devraient augmenter les taux Juillet prochain. DAX et le CAC ont sont en retard vis-a-vis les autres marchés car la perspective d'un taux plus élevé s'avère impopulaire auprès des investisseurs. Bernanke a donne des indices que la réserve fédérale va diminué les taux après un cycle d'assouplissement, mais les dernières données des salaires montrent que la Fed comme beaucoup d'autres banques centrales, est coincé entre la roche de récession l'inflation.

Cette semaine a le potentiel d'engendrer plus de misère sur un marché déjà déprimé. La semaine commence avec les données  de PPI au Royaume-Uni, et plus tard la balance des prix des logements de RICS. Mardi l'annonce des les chiffres de production industriels du Royaume-Uni et la balance commerciale des États-Unis. Les plus chaude billets de la semaine sont peut-être les données de vente en détail aux États Unis le jeudi. Si le consommateur américain commence à sérieusement serrer leur porte-monnaie, il pourrait y avoir des conséquences au niveau internationale.

Bespoke Investments ont  des données intéressantes sur la performance de l'indice Dow
Jones suivant les capitulations du vendredi. La variation moyenne suite à la chute de 3% a été de 0,11% le lendemain et 0,28% la semaine suivante. Au cours de la dernière décennie, le rendement moyen le lendemain a été 0,63%. En plus lorsque le marché augmente de 1,5% un jour, il sera en baisse de 1,5% le lendemain (comme Dow a fait le jeudi et vendredi), puis le lendemain est en moyenne 0,14% et 0,56% par rapport à la semaine suivante. Il y a certainement de grandes variations dans la réalisation de cette moyenne et l'on doit garder à l'esprit des conseils de Nassim Taleb de ne jamais traverser une rivière car il est en moyenne de 4 pieds de profondeur. Toutefois, il est y au moins le potentiel d'une hausse. Le Dow Jones a clôturé le vendredi à 12209,81. 0,5% de hausse durant une semaine serait à 12271,05. Le placement d'un pronostique hausse  prévoit que le Dow Jones (Wall Street) sera supérieure à 12271 en 10 jours, pourrait  générer un bénéfice de 126%  avec BetOnMarkets!
 .fr.





Contact Presse :
Personne de contact pour les journalistes :
Hanane Boujemi
 
Regent Markets
0035621339185
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
http://www.betonmarkets.com





Ce communiqué a été diffusé par et sur Categorynet.com (http://www.categorynet.com).
Ce communiqué de presse porte la référence UYW3XB0T