Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

ip-label et Secteur Public publient les résultats de l’accessibilité en ligne des données publiques

ip-label et Secteur Public présentent les résultats du baromètre de l’accessibilité en ligne des données publiques à l’attention des acteurs économiques

Ce second baromètre révèle des progrès et montre qu’il reste encore des efforts à réaliser par la plupart des collectivités.

Levallois-Perret, le 10 avril 2008 – ip-label, Institut neutre et indépendant de mesure de la qualité perçue des services numériques, et Secteur Public, société d'études et de services spécialisée dans les relations d’affaires entre le secteur public et le secteur privé, présentent les résultats du deuxième baromètre national relatif à l’accessibilité des données publiques sur les sites de 490 collectivités locales. L’analyse porte sur les sites Internet des Régions, des Départements, des Communes de plus de 50 000 habitants, des communautés d’agglomérations et principales communautés de communes.

Principaux résultats de l’accessibilité technique
L’accessibilité technique a consisté pour ip-label à programmer un robot pour qu’il se connecte sur la page d’accueil du site et simule le comportement d’un internaute parcourant le site afin d’accéder à la page des offres de marchés publics.

Parmi les principaux résultats, on peut mettre en évidence que :
- 15 % des collectivités affichent des taux de succès du scenario testé inférieurs à 97 % (soit plus de 42 heures par mois) ;
- si l’on estime que l’objectif de succès hors période de maintenance doit être de 100 % :
o 200 sites de collectivités atteignent les objectifs de qualité ;
o 174 sites ont jusqu’à 26 heures d’insuccès ;
o 57 sites totalisent plus de 42 heures d’insuccès.
- Les horaires enregistrés pour les dysfonctionnements techniques les plus longs et de type inaccessibilité sont souvent situés en soirée, période classique de forte affluence. Ceci semble indiquer que les procédures de supervision, d’alertes et/ou d’escalade pour rétablir un service web ne sont pas considérées comme prioritaires et/ou que les ressources pour réaliser ce type de tâches ne sont pas clairement identifiées ou allouées (non prise en compte des périodes de pointe).

« Les mesures effectuées montrent qu’il reste encore du chemin à parcourir pour que l’ensemble des sites des collectivités puissent répondre aux normes de qualité des standards du privé », commente Eric Varszegi, président et fondateur d’ip-label. « Les problèmes techniques et de performances observés proviennent principalement de dysfonctionnements issus de la conception et du poids des pages, trop lourdes. La principale raison reste l’insuffisance des moyens techniques révolus à l’architecture. »

Principaux résultats de la présence des contenus
Le secteur public est un marché considérable pour les entreprises qui peuvent s’appuyer sur un certain nombre de données publiques pour réaliser leur veille amont, détecter les marchés et analyser l’achat public. L’outil le plus efficace pour accéder à ces informations est le site web de la collectivité. Mais encore faut-il que les données publiques y soient présentes. C’est ce qu’a mesuré Secteur Public sur un échantillon de 490 collectivités.

Parmi les résultats les plus notables on peut citer :
- Sur les 18 indicateurs de mesure, 14 montrent une évolution entre 2007 et 2008. L’augmentation la plus significative porte sur la mise en ligne des décisions, de l’organigramme et des avis d’attributions.
- L’une des principales progressions concerne les données décisionnelles pour lesquelles 51 % des 490 collectivités publient leurs décisions (contre 36 % en 2007). Ce résultat provient certainement d’un effet « élections municipales » puisqu’une très forte progression est à noter sur les sites Internet des communes.
- La publication des données budgétaires reste l’un des principaux points d’amélioration. Seules 5,5 % des collectivités publient leur budget primitif, 3,3 % leur compte administratif alors que ces deux documents retracent la réalité des flux financiers prévisionnels et passés.
- Concernant les données relatives aux marchés publics, les intercommunalités accusent un retard pour l’accessibilité à la plate-forme de dématérialisation via leur site Internet. Seules 36,4 % des communautés de communes et 66,3 % des communautés d’agglomérations ou urbaines mettent un lien hypertexte vers leur plate-forme de dématérialisation. Si les collectivités locales font des efforts en direction des entreprises, il reste encore de nombreux points à améliorer :
o 75 % des collectivités ne permettent aucune relation directe avec le service marché par leur site Internet (formulaire ou simplement adresse électronique du service ou de la personne responsable) ;
o 66 % ne publient pas les avis d’attribution des marchés ;
o 44 % ne publient pas la liste des marchés conclus l’année précédente ;
o 30 % ne proposent aucun moteur de recherche dans les avis de marché ;
o 7,7 % seulement des collectivités sont exemplaires en offrant, par exemple, aux entreprises un service « push » afin de recevoir les avis de marché.

« Sans circulation de l’information, il n’y a pas de marché ni de citoyenneté active », déclare Marie-Lise Gauthier, Présidente de Secteur Public. « Elle est indispensable aux citoyens et aux acteurs économiques. Elle est LA condition première de la transparence et d’un meilleur accès des PME à la commande publique. Le volume des dépenses engagées par les collectivités a représenté 209,85 milliards d’euros en 2007. Il est donc essentiel de favoriser et de contrôler la transparence de ces données. »

Les enjeux sont donc importants. Si les Directeurs des Services d’Information (DSI) et les Directeurs de la Communication sont majoritairement conscients de ces problématiques, il reste encore un gros travail de sensibilisation à effectuer auprès des services et des élus.

L’intégralité des informations relatives au baromètre (méthodologies, résultats et les classements des collectivités par catégorie) est accessible sur les sites web d’ip-label (www.ip-label.net) et de Secteur Public (www.secteurpublic.fr).

A propos de secteur Public
Les acheteurs publics sont multiples. Leurs besoins varient et se sont complexifiés. La commande publique est évaluée à 120 milliards d’euros par an. Elle représente, aujourd’hui, un levier très important pour le développement des entreprises qui doivent progressivement adapter leurs actions commerciales et marketing aux spécificités de ce marché.
L’ambition de notre société est de participer à la professionnalisation des relations d’affaires entre le Secteur Public et les entreprises. Pour ce faire, nous développons trois activités principales :
 une activité d’édition plurimédia et de communication autour de notre site www.secteurpublic.fr ;
 une activité d’études et d’analyse de la commande publique ;
 une activité de conseil et de formation.
L’écoute et la rigueur de nos approches sont nos principes d’action. Nous nous engageons à travailler avec les entreprises et les décideurs publics dans l’esprit de la convivença et du paratge* qui caractérisent le Sud-ouest où notre siège social est implanté.

*Convivença et Paratge sont deux mots occitans chers aux troubadours. Ils défendent l’idée du vivre ensemble, l’accueil et l’écoute de l’autre, la possibilité de se dépasser dans le respect de la différence.

A propos de ip-label
Institut neutre et indépendant, ip-label mesure partout dans le monde, la qualité perçue des services et applications numériques : données (Internet/Intranet), VoIP/ToIP, Télévision sur IP et services sur les terminaux mobiles. Véritable tiers de confiance, ip-label est sollicité par plus de 1500 clients directs et indirects (opérateurs et fournisseurs d’accès Internet, grands comptes publics et privés, sociétés du e-commerce, hébergeurs, intégrateurs et SSII) pour lesquels sont réalisées quotidiennement près de 70 millions de mesures depuis plus de 25 pays dans le monde. Au delà de la mesure, ip-label offre aux directions informatiques et fonctionnelles son expertise de consulting pour les accompagner dans la gestion des risques et la réduction des coûts liés à la performance des applications métiers sur l’activité et le service client délivré.

La société est présente en France, au Benelux, en Espagne, en Allemagne et en Chine. Créée en 2000, son activité connaît une croissance de plus de 25 % chaque année.

L'institut ip-label est certifié EN ISO 9001:2000 sur son activité de métrologie et de conseil de la qualité perçue des services numériques.

Pour en savoir plus : www.ip-label.net



Contact Presse :
Personne de contact pour les journalistes :
Rémi Brossard
 
Open2Europe
01 55 02 14 74
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
http://www.open2europe.com





Ce communiqué a été diffusé par et sur Categorynet.com (http://www.categorynet.com).
Ce communiqué de presse porte la référence A0VMEUUB