Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

55% DES ENTREPRENEURS VONT BIENTOT CESSER LEUR ACTIVITE !

Observatoire de la petite entreprise de la FCGA* n° 26,
en partenariat avec la Banque Populaire

Motifs avancés par les dirigeants de TPE, proportion des départs en retraite, importance des projets de transmission, profils des repreneurs potentiels… : l’enquête menée par la Fédération des centres de gestion agréés (FCGA) analyse en profondeur les mécanismes de la cessation d’activité dans les petites entreprises.

http://www.fcga.fr/pages/etudeseco/etudeseco.php

C’est un véritable choc démographique qui se prépare dans les petites entreprises !
Et il n’est pas sûr que les professions du commerce, de l’artisanat et des services puissent sortir indemnes du tsunami générationnel qui se profile à un horizon très proche…


Dans 1 à 3 ans seulement

Premier enseignement de l’étude réalisée par la FCGA : 55,3% des entrepreneurs actuellement en activité cesseront leur activité dans les 10 prochaines années.
Mais attention : une majorité d’entre eux (39,5%) arrêtera de travailler dans seulement 1 à 3 ans.
Et près d’un tiers dans les 7 à 10 ans à venir.

Première cause : la retraite

Pyramide des âges oblige, le premier motif de cessation d’activité (68,4%) est le départ en retraite. Pas étonnant puisque l’âge moyen des dirigeants de TPE interrogés est de 52 ans.
Deuxième cause de fin d’exploitation : la cession de l’entreprise (9,6%).
La moitié des cédants n’a cependant pas d’idée précise sur l’identité du repreneur potentiel. Près d’un tiers la transmettrait plutôt à un tiers et seulement un quart à un membre de l’entourage familial ou professionnel immédiat.
Troisième motif avancé par 7,1% des entrepreneurs : le changement d’activité.
Dernière explication, qui concerne 6,3% des chefs d’entreprise questionnés : les contraintes économiques liées à un environnement défavorable (concurrence, difficultés personnelles…).

Inquiétudes sur la transmission

La transmission de l’entreprise apparaît comme une opération de plus en plus improbable pour les dirigeants de TPE. Près de 5 sur 8 la considèrent comme difficile (52,4%), voire impossible (10,5%). Un tiers seulement des entrepreneurs n’éprouve aucune inquiétude quant à leur projet de cession.

Plus de la moitié des exploitants individuels sondés estime ne pas disposer d’informations suffisantes pour chiffrer précisément la valeur de leur entreprise. Ils ne sont pas loin de 70% à reconnaître ne pas être informés des mesures fiscales qui s’appliquent en cas de cession. La moitié des chefs d’entreprise estime d’ailleurs qu’il serait utile de suivre une formation à la transmission.
Pour trouver un repreneur, 57,9% d’entre eux envisagent d’utiliser un moyen de communication. Les agences spécialisées dans la vente de fonds de commerces (49,3%) et la presse professionnelle (43,4%) remportent la majorité des suffrages.

AVIS D’EXPERT
Perrette REY, Président du Tribunal de Commerce de Paris,
Président de la Conférence Générale des Juges Consulaires de France
« La France compte deux millions et demi de TPE. On mesure l’ampleur du phénomène et le risque pour l’économie française quand près des deux tiers des patrons de TPE jugent difficile et même impossible pour 10% d’entre eux, la vente ou la transmission de leur entreprise».

Méthodologie de l'Observatoire
Tous les mois, près de 70 centres de gestion agréés (CGA), répartis sur l'ensemble du territoire national, transmettent les chiffres d'affaires, rendus anonymes, de leurs adhérents à la Fédération. Les indices d'activité sont calculés chaque trimestre, à partir des chiffres d'affaires d'un échantillon de 15 000 petites entreprises de l'artisanat, du commerce et des services. L'évolution des activités est pondérée par le nombre d'entreprises recensées par l'INSEE dans chaque secteur considéré. Un questionnaire est parallèlement adressé chaque semestre à près de 2 000 petites entreprises représentatives, permettant d'établir le baromètre du moral des dirigeants et de leurs intentions d'investissement et de recrutement.

À propos de la Fédération des centres de gestion agréés (FCGA)

Créée en 1978, la Fédération des Centres de Gestion Agréés est une structure associative régie par la loi du 1er juillet 1901. Elle regroupe 114 centres de gestion agréés qui comportent :
- 400 000 entreprises
- 2 000 000 d'emplois salariés et non salariés
- 70 milliards d'euros de chiffre d'affaires
- 6 000 experts-comptables correspondants.
La FCGA forme ainsi le réseau d'information et d'assistance aux petites entreprises le plus dense du territoire national et capitalise une expertise économique et sociale unique de la TPE. Elle dispose d'outils d'observation et d'analyse particulièrement fiables qui alimentent régulièrement une base de données statistiques sans équivalent.

Contact journalistes : Guylaine Bourdouleix Tél : 01.42.67.80.62 email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.