Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Les salariés de Pfizer, tous solidaires face aux licenciements annoncés.

Communiqué
12 mars 2007

C.E. Pfizer
Les salariés de Pfizer,
tous solidaires face aux licenciements annoncés.

Pour la toute première fois, les 7 syndicats réunis au sein du Comité d’entreprise ont décidé, en réunion extraordinaire le 22 février dernier, d’exercer leur droit d’alerte face aux 500 licenciements annoncés par la direction. Dans un communiqué officiel adressé à l’ensemble des salariés, le 28 février 2007, les représentants solidaires ont précisé leur intention : réfuter la politique de destruction d’emplois et faire prévaloir les compétences de chaque salarié, sans exception.

En dépit d’un chiffre d’affaires éthique mondial de 48.4 milliards de dollars et d’un bénéfice qui, en 2006 a excédé 15 milliards de dollars, la direction de Pfizer France, en la personne de M. Couillard, a annoncé un plan social qui entraînerait la suppression de plus de 500 postes avec la fermeture définitive du centre de recherche d’Amboise.

« Une situation qui fragilise encore plus une population déjà durement touchée par les restructurations successives à la suite des fusions de Parke Davis, Pharmacia et des nombreuses réorganisations passées comme ATS et ACE. » souligne Thierry Lannes – Secrétaire du C.E.-.

L’objectif affiché des représentants du personnel est d’éviter tout licenciement contraint et de privilégier toutes les mesures favorisant un reclassement rapide des salariés.

Une logique boursière au détriment d’une politique industrielle
Depuis plusieurs années, le C.E. conteste les différents plans de restructuration ; il a mis en garde les dirigeants français sur les choix stratégiques de l’entreprise. Ces choix semblaient déjà, à l’époque, mettre en danger la pérennité de l’entreprise.

Les représentants du personnel solidaires ont transmis à la direction une série de 14 questions dont les réponses sont indispensables pour enfin éclairer les raisons réelles de cet énième plan social.

On peut résumer les questions ainsi :

Pourquoi avoir favorisé le rachat de ses propres actions plutôt que d’investir dans le développement ou l’acquisition de nouvelles molécules ?

Pourquoi avoir privilégié la stratégie du «Tout blockbuster» ?

Pourquoi avoir refusé de rentrer dans le marché du générique ?


En filigrane, une certitude s’impose selon l’ensemble des représentants du personnel : le premier groupe mondial a sacrifié son développement industriel sur l’autel des exigences de court terme de la bourse américaine.

C’est pourquoi, le Comité d’Entreprise se propose de présenter des solutions alternatives au nouveau plan social à compter de la mi-avril.
Dans cette optique, les représentants du personnel solidaires, comptent faire entendre leurs voix. Ils le feront d’autant mieux qu’ils bénéficieront du soutien des salariés.

 
CONTACTS
Relations-presse
Marie-Pierre Medouga-Ndjikessi*- 06 22 78 71 38Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. *(se prononce Jikessi)
CE Pfizer
Thierry Lannes, Secrétaire du CE - 23/25 avenue Lannelongues - 75668 Paris cedex 14
Tél. : 06 08 33 61 37

Télécharger le communiqué au format pdf

Télécharger la photo du Secrétaire du CE de Pfizer