Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

ETUDE MONDIALE 2014 : Les grandes entreprises européennes ont encore amélioré leur BFR – Besoin en Fond de Roulement

AgefiREL

Les grandes entreprises européennes ont encore amélioré leur BFR – Besoin en Fond de Roulement


L’étude montre une diminution de 2,4% de leur BFR (DWC) à 39,6 jours de chiffres d’affaires en 2013, contre 40,5 jours un an plus tôt.


Le DWC est composé du DSO, DIO et DPO. En voici les composantes pour l’année 2013 sur l’ensemble du classement :

Le DSO** - Ratio de créance clients est de 47 jours (47,6 en 2012)
Le DIO**- Ratio de rotation des stocks est de 37,1 jours (37,4 en 2012)
Le DPO** - Délai de paiement fournisseurs est de 44,6 jours (44,4 en 2012)


Paris – le 2 juillet 2014 – La 16e étude annuelle du Cabinet REL, spécialisé dans l’optimisation du BFR et portant sur les résultats publics 2013 des 933 plus importantes entreprises européennes démontre une nette amélioration de leur BFR (Besoin en Fonds de Roulement) avec une diminution de 2,4 % de leurs besoins en fonds de roulement

La baisse des besoins en fonds de roulement correspond à 1 jours de chiffres d’affaires, indique l’étude REL publiée en exclusivité par L’Agefi lundi 30 juin 2013

La crise a favorisé en Europe pour la deuxième année consécutive un comportement plus vertueux des grandes entreprises dans la gestion de leurs besoins en fonds de roulement (BFR) l’an dernier, si l’on se réfère aux résultats de la seizième édition de l’étude du cabinet REL (groupe Hackett), publiée en exclusivité par l’Agefi. Portant sur les 933 plus grands groupes européens cotés en Bourse hors secteur financier, l’étude montre une amélioration de 2,4% de leur BFR à 39,6 jours de chiffres d’affaires en 2013, contre 40,5 jours un an plus tôt.

Même si ces performances paraissent faibles, elles l’ont été dans un contexte de repli global de 1,6% des chiffres d’affaires des entreprises retenues dans le panel, et de 40 points de base de leur marge d’exploitation à 9,2%.

Toutes les composantes du BFR ont contribué à cette performance avec des créances clients tombées de 47,6 à 47 jours, une rotation des stocks de 37,4 à 37,1 jours et une inflexion à la hausse des délais de paiments fournisseurs passant de 44,4 jours à 44,6 jours.

Parmi les secteurs les plus performants, les transports, la construction et l’agro-alimentaire, quant aux secteurs en dégradation, la haute-technologie, la production d’électricité et le gaz.

La diminution de 3,2% du BFR des 122 entreprises françaises analysées a été plus importante que celle de l’ensemble de l’échantillon, ce qui réduit l’écart entre les entreprises françaises et leurs équivalentes européennes.

Parmi les 10 plus importants groupes français, seul Airbus enregistre une dégradation significative de son BFR en raison d’une rotation plus lente de ses stocks.

Si les efforts entrepris pour diminuer les BFR européens contribuent à générer de la trésorerie supplémentaire – 9% de hausse des cash flow libres à 266 milliards d’euros en 2013 - « seulement 14% des sociétés du panel ont enregistré une amélioration de leur BFR ces trois dernières années.

Selon le porte-parole de REL « un alignement de l’ensemble des entreprises de l’échantillon sur les meilleures pratiques de chaque secteur permettrait de générer un gain supplémentaire de 890 milliards d’euros, soit 11,3% de leur chiffre d’affaires cumulé ou 8% du PIB européen en 2013 ».

Méthodologie

L’étude annuelle de REL, mesure les performances en matière de gestion de leur BFR des 933 premières entreprises européennes (en volume des ventes) pendant l’année 2013. Les données sont issues de sources publiques (CapitalIQ). Les industries sont définies par leur GICS (Global Industry Classification Standard) qui est une classification « Standard & Poor’s » qui rend ensuite possible une comparaison globale par secteur et par industrie. Les comparaisons sont faites d’une année sur l’autre en respectant le même périmètre d’étude, en prenant en compte l’entreprise puis sa classification GICS (59 classes), et enfin le rang qu’elle occupe sur le continent étudié.

Le BFR correspond au solde entre les ressources à plus d'un an (dites stables), et les immobilisations (emplois stables à plus d'un an). Positif, il traduit un excédent des premières sur les secondes. Négatif, il permet de constater que les immobilisations sont financées par les ressources de trésorerie ou par l'excédent des ressources d'exploitation sur les emplois (besoin en fonds de roulement négatif).


**Terminologie des termes employés

DSO - Ratio de rotation du crédit clients
Egal au rapport de l'encours clients au chiffre d'affaires journalier moyen TTC, il exprime en nombre de jours de chiffre d'affaires, la durée moyenne du crédit accordé par l'entreprise à ses clients (ou autrement dit le délai moyen de paiement de ceux-ci).

DPO - Ratio de rotation du crédit fournisseurs
Egal au rapport de l'encours fournisseurs aux achats journaliers TTC, il exprime en nombre de jours d'achats, la durée moyenne de crédit accordée à l'entreprise par ses fournisseurs (ou le délai moyen de paiement de celle-ci).

DIO - Ratio de rotation des stocks
Egal au rapport des stocks et travaux en cours au chiffre d'affaires journalier moyen HT, il donne le nombre de jours de chiffre d'affaires que représentent les stocks.

DWC – Egal au rapport du fonds de roulement au chiffre d’affaires journalier moyen. Plus le nombre de jours obtenus est bas, plus les performances sont jugées bonnes. Si dans les tableaux récapitulatifs les pourcentages sont en recul, c’est une amélioration (même si le chiffre est négatif).


A propos de REL :

REL, division de The Hackett Group est une activité de consulting d’envergure mondiale, agissant sur les problématiques d’amélioration durables des Besoins en Fonds de Roulement et cela au travers de toutes les divisions d’une entreprise. Via une méthodologie unique mettant en œuvre une présence sur le terrain, une rigueur analytique et une approche collaborative avec ses clients, nous avons permis de libérer plus de 25 milliards de dollars de cash flow, permettant aux entreprises de pratiquer des politiques d’acquisition, de développement ou de réduction de leur dette grâce à cette valeur retrouvée.
www.relconsultancy.com

Pour toute demande d’informations complémentaires, merci de contacter notre service de presse :

Agence PRformance – Laurent Durgeat – 01 56 03 55 47 / 06 03 00 36 03 – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.