Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse
INA_CATEGORYNET_728x90 Les CEO visent la croissance dans une année à risques pour l'économie mondiale

Les CEO visent la croissance dans une année à risques pour l'économie mondiale

|--------------------------------------------------------------------------|
| Les CEO visent la croissance dans une année à risques pour l'économie |
| mondiale |
|--------------------------------------------------------------------------|

Un nouveau rapport de l'Economist Intelligence Unit révèle les prévisions
de croissance des entreprises en dépit d'une concurrence accrue et d'un
environnement économique imprévisible

Brussel, 08/02/2005


Au moins 88% des entreprises prévoient une augmentation de leurs revenus et

bénéfices en 2005, révèle un nouveau rapport publié par l'Economist

Intelligence Unit et sponsorisé par Dimension Data et Oracle. Bien

qu'inquiets d'un certain nombre de risques pesant sur le milieu des

affaires, les gestionnaires estiment que des améliorations au niveau du

service après-vente, du rapport coût-efficacité et des innovations leur

permettront de réaliser une croissance importante dans les trois prochaines

années.



Ce rapport, dénommé CEO Briefing, reprend les résultats d'une enquête

globale réalisée auprès de 500 cadres supérieurs, dont près de la moitié

étaient directeurs généraux. Cette étude s'inscrit dans le cadre d'un

programme de recherche annuel mené par l'Economist Intelligence Unit et qui

analyse les problèmes stratégiques auxquels sont confrontés les chefs

d'entreprises dans le monde.



Dans l'enquête de cette année, 34% des dirigeants prévoient une solide

croissance pour 2005, contre 26% l'année dernière. Les principales

stratégies permettant de réaliser cette croissance consisteront à établir

des relations plus solides avec les clients (pour 50% des dirigeants), à

développer de nouveaux produits et services (35%) et à pénétrer de nouveaux

marchés clients (32%). L'enquête montre également que l'innovation fait son

grand retour à l'ordre du jour des entreprises, et que la délocalisation

gagne du terrain : 57% (contre 51% l'année dernière) des dirigeants

considèrent la délocalisation comme une force décisive qui remodèle le

marché mondial.



Cette croissance prévue devra toutefois tenir compte du climat

d'incertitude qui règne aujourd'hui sur le monde des affaires. L'Economist

Intelligence Unit prévoit un ralentissement de la croissance de l'économie

mondiale, de quelque 5% estimés en 2004 à 4,1% en 2005 et 4% en 2006.

D'autres risques du marché encore pourraient également constituer en frein

à cette croissance, parmi lesquels le glissement du dollar, les "déficits

jumeaux" (twin deficits) de l'économie américaine et le risque d'un

'atterrissage brutal' dans l'économie chinoise sont particulièrement

préoccupants pour les chefs d'entreprise. Les entreprises sont également

confrontées à d'importants risques internes : l'impossibilité de faire face

au changement est un souci majeur pour 40% des personnes interrogées.



Parmi les éléments clés mis en exergue par le rapport, citons :



La Chine est le meilleur marché pour la croissance, mais aussi une

importante source de risque. La Chine, qui prévoit pour 2005 aussi une

forte croissance, est citée par 35% des chefs d'entreprise comme le pays

qui offre les meilleures opportunités d'expansion commerciale.

Toutefois, les chefs d'entreprises craignent que la turbulence de

l'économie chinoise n'ait d'importantes répercussions sur l'économie

mondiale. L'inquiétude persiste également sur le fait de savoir si les

autorités chinoises sont capables d'organiser un 'atterrissage en

douceur' pour une économie en pleine surchauffe. Certains chefs

d'entreprise occidentaux pensent que les temps sont proches où les

entreprises chinoises se lanceront sur les marchés internationaux.



La technologie perturbatrice est de retour. Pour la première fois depuis

le lancement du CEO Briefing, les percées technologiques sont

considérées comme le moteur de changement le plus important en absolu.

Les dirigeants d'entreprise estiment que les nouvelles technologies

seront les facteurs de croissance dans les sciences biologiques, la

technologie de l'information et les industries télécom. La technologie

de l'information jouera un rôle vital dans l'interconnexion et la

gestion d'opérations complexes, globalisées ; les réseaux mobiles, les

solutions de business intelligence et les technologies d'intégration de

la chaîne logistique sont donc considérés comme des technologies de plus

en plus importantes pour les trois prochaines années.



La gouvernance devient globale. Un total de 45% des dirigeants

d'entreprise pense que l'on assistera à un renforcement de la tendance

au management de type commande et contrôle, tandis que 18% d'entre eux

prédisent une évolution en sens inverse. Les entreprises continueront à

faire face à leurs obligations relatives aux délais en matière de

conformité, mais accordent également une grande attention aux aspects

plus larges de la gouvernance. L'imposition d'une discipline financière

et de processus standardisés dans les opérations en pays lointains est

considérée comme un défi majeur. Un autre de ces défis est de contrôler

les relations avec les fournisseurs, en particulier aujourd'hui qu'un

nombre de plus en plus grand de fonctions et processus commerciaux sont

délocalisés.



"Les leaders du marché devront innover et générer une plus grande valeur

client dans les quelques années à venir, tout en contrôlant de près les

coûts, le risque et la gouvernance de l'entreprise. Ce sera une difficile

question d'équilibre", déclare Daniel Franklin, directeur de la rédaction

de l'Economist Intelligence Unit.



"Les entreprises continuant à développer des initiatives permanentes en vue

de réaliser une croissance et de se recentrer sur le client, il est

important qu'elles adaptent et adoptent la technologie comme moteur clé du

changement", déclare Brett Dawson, CEO de Dimension Data.



"Les meilleurs CEO du monde ont placé l'innovation et les investissements

en nouvelles technologies en tête de leur ordre du jour, les considérant

comme des mesures essentielles pour assurer la croissance et minimiser le

risque d'entreprise dans une économie incertaine", commente Alfonso Di

Ianni, Senior Vice President, Oracle EMEA. "L'investissement dans des

technologies nouvelles peut à son tour aider les entreprises à stimuler

l'innovation et à combattre la très réelle crainte d'être dépassé par la

concurrence."

|--------------------------------------------------------------------------|
| END |
|--------------------------------------------------------------------------|
Note pour les éditeurs :

Pour plus d'informations, veuillez prendre contact avec :
Economist Intelligence Unit
Relations avec la presse : Sheila Allen +44 (0)20 7830 1010 ou
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Auteur du rapport : Gareth Lofthouse : +44 (0)20 7830 1150 ou
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Prenez contact avec Sheila Allen pour obtenir une copie du rapport CEO
Briefing.

A propos de CEO Briefing

CEO Briefing est un programme de recherche annuel de l'Economist
Intelligence unit destiné à identifier les principaux défis auxquels sont
confrontés en permanence les dirigeants d'entreprises dans le monde. CEO
Briefing est sponsorisé par Dimension Data et Oracle.

Le rapport de cette année s'articule autour de trois axes de recherche
principaux :

L'Economist Intelligence Unit a mené en décembre 2004 une vaste enquête en
ligne auprès de cadres supérieurs du monde entier. Ont pris part à cette
enquête un total de 500 cadres supérieurs, dont 219 directeurs généraux.

Pour compléter les résultats de l'étude, l'Economist Intelligence Unit a
également procédé à des interviews en profondeur de plus de 20 CEO, CFO,
présidents et autres cadres supérieurs de grandes compagnies du monde
entier. Leurs réponses ont jeté une lumière supplémentaire sur les
tendances, défis et opportunités majeurs mis en évidence par l'enquête
globale de cette année.

En coopération avec Dimension Data et Oracle, l'Economist Intelligence
Unit a développé un nouveau modèle qui classe 60 des principales économies
du monde sur la base de leur attrait en tant que lieux de délocalisation.
Il prend en compte les neuf facteurs d'attraction suivants : proximité,
risque politique et sécurité, stabilité macroéconomique, cadre
réglementaire, régime fiscale, réglementation du travail, coût du travail,
compétences et infrastructure. Le rapport CEO Briefing décrit en détail la
classification et la méthodologie utilisées.

A propos de Dimension Data

Dimension Data plc (LSE:DDT) prestataire de services et de solutions
informatiques, aide ses clients pour la planification, la mise en place et
la maintenance de leurs infrastructures informatiques. L'expertise de
Dimension Data dans le domaine des réseaux, de la sécurité, des systèmes
d'exploitation, des solutions de stockage et des technologies de centre
d'appels, ainsi que ses compétences uniques en matière de consultance,
d'intégration de systèmes et de services gérés lui permettent de créer des
solutions sur mesure, adaptées aux besoins de chacun de ses clients.

Pour tout complément d'info :
Dimension Data Belgique - Catherine Vanhove, Maketing Manager Dimension
Data Belgium
Tél. : 32 2 745 04 45, Fax : 32 2 745 04 45, e-mail :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Contact presse :
NewsEngine PR - Sara Buytaert
Tél. : 32 3 260 96 47, Fax : 32 3.237 23 25, e-mail :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Ref.:DIDATA0033-35423A