Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

NIELSEN :Sommes-nous préparés financièrement pour l'avenir?

 

 

Nielsen : plus de 2/3 des consommateurs confiants dans la réalisation de leurs projets financiers mais seulement 28% d'entre eux pensent que leur épargne actuelle sera suffisante

Les personnes interrogées épargnent davantage pour les dépenses de santé ou des situations imprévues plutôt que pour la retraite ou autres objectifs de long terme

Cergy, le 24 mars 2014 - Une nouvelle étude menée par Nielsen sur les Stratégies d'Epargne et d'Investissement évalue comment les consommateurs du monde entier se préparent face aux frais financiers actuels et futurs. Nielsen a ainsi distingué 16 stratégies d'épargne et d'investissement différentes utilisées pour financer un ensemble de 14 objectifs financiers à long et court terme.

 

Près de 7 répondants sur 10 dans le monde (69%) sont convaincus qu'ils atteindront leurs objectifs financiers mais seulement 28% d'entre eux font confiance à leur plan actuel et 41% pensent qu'ils devront ajuster leurs investissements régulièrement. Près d'un consommateur sur 3 (31%) ne pense pas pouvoir atteindre ses objectifs avec ses seules rémunérations, actuelles ou futures.

 

«La préparation de son propre avenir financier a des implications qui vont au-delà des besoins personnels », indique Oliver Rust, vice-président, Global Financial Services, Nielsen. « En particulier dans les économies matures où la population vieillit, il y a des préoccupations croissantes quant à la capacité des Etats à soutenir les frais tels que la retraite, les soins de santé et l'éducation. Comprendre le sentiment des consommateurs sur les stratégies d'épargne utilisées nous renseigne sur la façon dont ces consommateurs réagissent aux difficultés de s'assurer une sécurité financière ».

 

Epargner : davantage un projet d'avenir qu'une activité en cours aujourd'hui
Quels que soient les objectifs poursuivis, les intentions pour épargner à l'avenir sont plus fortes que les activités d'épargne actuelles sauf en ce qui concerne les questions de santé (42% des épargnants actifs contre 41% des épargnants futurs).

 

Les projets d'épargne future sont encore plus importants en Asie-Pacifique, en Amérique latine et Moyen-Orient  / Afrique, en particulier pour financer l'avenir des enfants, les études supérieures, mais aussi l'acquisition d'une résidence principale ou secondaire, l'achat d'objets de luxe, la constitution d'un patrimoine financier ou encore une création d'entreprise. En Amérique du Nord et en Europe, les intentions d'épargne future sont relativement plus faibles pour le financement de l'enseignement supérieur, la création d'entreprise et la préparation de certains événements de la vie, comme un mariage ou une naissance.

 

« Le plus grand nombre de répondants prévoyant d'économiser davantage à l'avenir qu'à l'heure actuelle suggère que le moment est arrivé de mieux éduquer les consommateurs sur les stratégies d'épargne et d'investissement qui les aideront à atteindre leurs objectifs financiers», déclare Oliver Rust. «Il existe aussi un fort potentiel dans les régions en développement grâce à une accumulation croissante de richesses et de fortes aspirations pour une ascension sociale et un avenir financier plus sûr. »

 

Problèmes de santé et dépenses imprévues : la priorité pour les épargnants d'aujourd'hui
L'étude Nielsen montre que pour ceux qui épargnent déjà à l'heure actuelle, les questions de santé et les dépenses imprévues sont les priorités à travers le monde (respectivement 42% et 41% de répondants).

 

Pour ces épargnants actuels, épargner pour faire face à des situations imprévues récolte le score le plus élevé en Amérique du Nord (39%), en Amérique latine (38%) et en Europe (32%). Et le deuxième score le plus important en Asie-Pacifique (47%) et au Moyen-Orient / Afrique (40%). Pour financer cet objectif, l'argent liquide mis de côté est la première méthode utilisée quelle que soit la région : Europe (65%), Amérique du Nord (61%), Asie-Pacifique (56%), Amérique latine (49%) et Moyen-Orient / Afrique (47%).

 

55% des personnes interrogées en Asie-Pacifique affirment épargner pour les questions liées à la santé, de même qu'au sein de régions en développement telles que le Moyen-Orient / Afrique (41%) et l'Amérique latine (38%). Les répondants dans ces régions ont de surcroît davantage recours à des méthodes différentes, utilisant à la fois des comptes bancaires locaux, de l'assurance-vie et des plans d'épargne. Les Nord-Américains (33%) et les Européens (24%) sont moins enclins à économiser pour ces questions et sont moins diversifiés en matière de stratégie d'épargne.

 

«Le financement des dépenses de santé est une question capitale chez les consommateurs dans de nombreux pays en voie de développement où les plans de santé gouvernementaux ne sont pas suffisants ou pas assez fiables», explique Oliver Rust. « Ces consommateurs prennent leur santé au sérieux et n'hésitent pas à adopter les mesures nécessaires, diversifiant leurs méthodes d'épargne pour être sécurisé financièrement le plus tôt possible ».

 

Retraite et avenir des enfants, objectifs pour l'avenir
Les économies à plus long terme telles que la retraite et l'avenir des enfants sont des priorités pour un tiers des répondants mondiaux (respectivement 35% et 34%). Les sondés d'Amérique du Nord et d'Asie-Pacifique sont les plus enclins à épargner pour la retraite (39% dans les 2 régions), un score supérieur à la moyenne mondiale. Moins d'un tiers des personnes interrogées en Amérique latine (32%), en  Moyen-Orient / Afrique (30%) et environ un quart en Europe (26%) épargnent pour la retraite. En Europe justement, 40% des répondants indiquent qu'ils n'ont pas du tout l'intention d'épargner pour la retraite contre 22% pour la moyenne mondiale.

 

« La différence entre les programmes de retraite publics et privés explique les différences de perception vis-à-vis de l'épargne retraite à travers le globe», précise Oliver Rust. « Quand les Américains prennent leur retraite, les prestations sont généralement beaucoup plus basses que le montant gagné en étant actifs ; en comparaison les Européens, eux, comptent sur une plus faible décote lors de la retraite. Mais cela est en train de changer dans certains pays européens, où des employeurs mettent en place des régimes de retraite obligatoires afin de remplacer les programmes publics... Plus que jamais, un plus grand complément d'épargne privée est nécessaire pour compenser. »

Epargner dès aujourd'hui pour financer l'avenir des enfants est une priorité pour 43% des sondés en Asie-Pacifique et 35% au Moyen-Orient / Afrique, au-delà de la moyenne mondiale. Les répondants d'Amérique Latine (30%), Europe (25%) et Amérique du Nord (19%) ne sont pas aussi engagés dans cette voie.

« Les priorités d'épargne sont en grande partie dictées par la dynamique du marché local», indique Oliver Rust. « Dans les pays où les consommateurs font face à des frais de scolarité élevés et à un manque de places dans l'école publique, une plus grande proportion de revenus et d'épargne est consacrée à s'assurer que les enfants reçoivent une bonne éducation dès le départ. Dans les pays où les écoles publiques sont la norme, nous avons tendance à voir des stratégies d'épargne à long terme plus spécifiquement dédiées au coût élevé de l'enseignement supérieur. »

 

 

 

A propos de la Nielsen Global Survey

L'étude globale Nielsen « Stratégies d'Epargne et d'Investissement » a été menée du 14 août au 6 septembre 2013 auprès de 30 000 consommateurs dans 60 pays en Asie Pacifique, Europe, Amérique Latine, Europe de l'Est, Afrique et Amérique du Nord.


A propos de Nielsen

Nielsen Holdings N.V. (NYSE: NLSN) est une société mondiale d'information et d'insights, leader en informations marketing et consommateur, télévision et autres média, intelligence online, audience téléphonie mobile. Nielsen est présent dans environ 100 pays à travers le monde, son siège est situé à New-York, États-Unis, et Diemen, Pays-Bas.

Pour davantage d'informations, merci de visiter nielsen.com et nielseninsights.eu

Sur l'étude en question : http://www.nielsen.com/us/en/reports/2014/are-we-financially-prepared-for-the-future.html

#  #  #

CONTACTS PRESSE

Suzana Taunais-Biseul : 06 61 95 34 89 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

CONTACTS NIELSEN
Sébastien Monard : 01 34 41 41 82 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Sylvie Zuliani : 01 34 41 41 13 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.



 

--

Contact Presse:

NIELSEN
Suzana Biseul
0661953489
www.suzanarp.fr
Profil du diffuseur : http://www.categorynet.com/reseaucategorynet/profile?userid=3298

 

--

Communiqué envoyé le 26/03/2014 18:16:18 via le site Categorynet.com dans la rubrique Economie
Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com/

______