Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Lustucru : Financement du projet de SCOP

 

PREFECTURE DE LA REGION PROVENCE ALPES COTE D'AZUR

 
 
 
CABINET
Service communication                                                                                       Marseille, lundi 31 janvier 2005
_________________________________________________________________________
 

Lustucru : Financement du projet de SCOP

___________________________________________________________________


 
Les porteurs du projet n'ayant pas présenté de dossier définitif, il est difficile d'établir un bilan précis des financements nécessaires et des financements assurés.
 
Il paraît cependant évident que les seconds étaient nettement inférieurs aux premiers et ce n'est pas le financement supplémentaire refusé par LUSTUCRU (5 M E) qui aurait suffi à parvenir à l'équilibre.
 
*     *
*
 
1)     Projet initial de SCOP (table ronde du 6 décembre 2004)
 
Besoins 
 
- investissements prévus :          12,3 M
- besoin de fonds de roulement :           6    M
- total :                                     18,3 M
 
Financements prévus 
 
-         Région + Conseil général + FEOGA + ASSEDIC : 6,2 M
-         apport du personnel + financement coopératif : 1,3 M
-         dettes : 2 M                                                                                        18,3
-         Lustucru : 5 M + 3,8 M d'avoir fiscal = 8,8 M
 
En réalité, LUSTUCRU refusant de verser les 5 M qui ne faisaient pas partie de ses obligations légales, les financements disponibles ne s'élevaient déjà qu'à 13,3 M.
 
 
*     *
*
 
 
 
 
2)  Aujourd'hui :
 
Aux investissements, il convient d'ajouter :
-         3,5 M d'étuvage suite à la défection de SOUFFLET
-         6,7 M (estimation DDAF) pour acheter les machines nécessaires au blanchiment et au conditionnement du riz, PANZANI ayant refusé de les céder avec les brevets.
 
Soit au total : 18,3 M + 3,5 M +6,7 M = 28,5 M, dont 6 M au titre du besoin de fonds de roulement.
 
 
Les recettes attendues devraient être diminuées :
 
-         d'1 ME, le crédit coopératif n'ayant apparemment pas confirmé son intention,
-         d'environ 1 ME, les aides publiques dépassant le montant autorisé par le régime des aides communautaires.
 
En clair, face à un besoin d'environ 28 M E, les financements assurés n'atteignent vraisemblablement pas 12 M E.
 
Aucun concours bancaire n'a été obtenu (sollicité ?) par les porteurs du projet.