Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Résultats synthétiques de l’étude OpinionWay pour Quorum Expo et le Salon Actionaria 2009 « Les 20-45 ans et l’investissement en actions »

Résultats synthétiques de l'étude OpinionWay pour Quorum Expo et le Salon Actionaria 2009 « Les 20-45 ans et l'investissement en actions » - Partie exploratoire -

>> Méthodologie

A l'occasion du Salon Actionaria 2009 et dans le contexte de la crise financière et bancaire de 2008, Quorum Expo a souhaité évaluer et comprendre l'image de la bourse et de l'investissement en actions auprès des moins de 45 ans, qu'ils soient actionnaires ou potentiels actionnaires.

Etude réalisée au sein d'un espace conversationnel (blog) de 6 semaines (octobre -novembre) et de 120 membres actifs permanents. Echantillon composé de 2/3 d'hommes et 1/3 de femmes, tous âgés de 20 à 45 ans, 2/3 étant possesseurs de placements en actions (titres vifs, produits financiers divers, actionnaires salariés) et 1/3 n'en détenant pas.

>> Résultats de l'étude

> Une notion de capitalisme entrepreneurial quasi absente des perceptions même si perçue comme légitime et attractive sur le principe

▪ Pour la majorité des participants et notamment les plus jeunes, un rôle de la Bourse et de l'investissement en actions dans le développement des fonds propres des entreprises qui n'est pas perçu spontanément

▪ Un univers et des acteurs (entreprises cotées au CAC 40) presque uniquement rattachés au capitalisme financier, aux investissements courts termes et spéculatifs, et ce au détriment de l'économie réelle (avec une tendance à la diabolisation des multinationales)

▪ Avec dans ce contexte, des investissements en actions qui ne sont quasiment jamais évoqués spontanément comme un levier de sortie de crise potentiel (excepté pour une minorité plus experte et investie)

▪ Pour autant au fil du temps et après échanges, certains participants expriment l'intérêt à soutenir / participer au capital d'entreprises investies dans l'économie réelle (en tant que levier de croissance et de sortie de crise)


> Un univers de la Bourse et de l'investissement en actions peu attractif en majeur : un univers perçu sans surprise comme complexe, peu accessible et relativement obscur

▪ Un univers d'initiés, complexe et technique car demandant des compétences spécifiques et un investissement en temps (pour se former aux règles, comprendre les produits, suivre les évolutions des cours,..).

▪ Un univers dont on ne sait pas vraiment comment faire pour y accéder (modes de distributions, professions intermédiaires), hormis son conseiller bancaire, en qui l'on a pas toujours confiance qui plus est (des vendeurs payés sur objectifs et non des experts au service de l'investisseur).

▪ Un ticket d'entrée perçu élevé, peu accessible financièrement (investissements minimum et frais de gestion) pour la grande majorité des participants.

▪ Des produits que l'on connaît mal (sont restitués en majeur surtout le PEA, le livret A et l'assurance vie) et auxquels on attribue un couple risque/rendement élevé et donc plutôt dangereux.

▪ Enfin le sentiment d'un univers et d'acteurs qui communiquent peu (hors des obligations légales) ou alors de manière plutôt absconse et destinée aux seuls initiés. Des perceptions qui génèrent un sentiment de distanciation voire de mise à l'écart et qui réactivent pour certains les a priori négatifs sur l'univers.

> Seule la minorité plus experte, plus âgée et investie s'avère défendre l'investissement en actions

▪ La possibilité d'une épargne abordable : une mise de départ inférieure à celle nécessaire à l'investissement immobilier

▪ L'existence de produits offrant des couples risque/rendement intéressants dès lors que l'on décide d'investir à long terme (sont cités les OPCVM et les obligations notamment qui permettent de diversifier le risque et demandent un investissement en temps réduit)

▪ Des frais accessibles et une gestion démocratisée via les brokers en ligne

> Dans ce contexte, un mode de relation à l'univers fragile pour la majorité des participants

▪ Une logique d'épargne long terme intéressante en soi (dans l'optique de la retraite ou de projets nécessitant de capitaliser) mais des participants qui du fait de leur cycle de vie et/ou de leurs niveaux de revenus disponibles préfèrent investir dans l'immobilier (l'achat d'une résidence principale pour les plus jeunes notamment) : un investissement qui permet de construire le présent et anticiper l'avenir tout à la fois (ce avec un niveau de risque et des compétences demandées faibles).

▪Une image de l'actionnaire individuel peu attractive et valorisante : isolé, sans recours ni pouvoirs face aux autres investisseurs, et peu considéré par les directions d'entreprises au final

> Un mode de participation intéressant toutefois l'actionnariat salarié,… …même si un besoin en réassurance dans le contexte de crise actuel

▪ Un type de participation impliquant et valorisant : un lien direct avec l'entreprise, le sentiment d'être privilégié et de pouvoir influer (même légèrement) sur les prises de décisions et stratégies de l'entreprise

▪ Par ailleurs un mode de relation qui permet de mieux mesurer les risques que l'on prend (puisque l'on connaît a fortiori le secteur, les enjeux et risques associés)

▪ Enfin, un mode d'investissement plutôt intéressant (cf. principe d'abondement) et relativement accessible financièrement

▪ Pour autant une stratégie perçue comme un peu risquée en cas de faillite de l'entreprise : perte de son salaire et de ses investissements en même temps

> Relativement à la crise financière et bancaire : une crise qui semble confirmer les perceptions des interviewés sur l'univers plus qu'elle n'en crée de nouvelles…

▪ Une crise financière et bancaire qui semble confirmer les perceptions des interviewés sur l'importance des logiques financières et des investissements spéculatifs (courts termes) au sein de l'univers de la Bourse et de l'investissement en actions

▪ Une perception de l'investissement en actions comme investissement risqué qui se renforce voire se confirme pour certains

▪ Des participants qui appellent l'univers et les entreprises cotées à plus d'éthique, dans une perspective globale d'économie durable ou dans le cadre de politiques de responsabilités sociales spécifiques (enjeux sociétaux et internes notamment)


Contact Presse ACTIONARIA : Agence Cathy BURG
Tél : 01 46 03 55 01 • E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


--
Contact Presse:
cathy Burg
cathy burg
0146035501
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


--

Communiqué envoyé le 13.11.2009 18:15:20 via le site Categorynet.com dans la rubrique Economie

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com/

2784624620396527959-2150999483248883761?l=economie.annuairecommuniques Résultats synthétiques de l’étude OpinionWay pour Quorum Expo et le Salon Actionaria 2009 « Les 20-45 ans et l’investissement en actions »


Posted: 2009-11-13 18:15:24

Lire article Source