Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Des témoins du génocide arménien sur les murs de Paris pour dire

COMMUNIQUE DE PRESSE du Collectif VAN

[Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]

16 décembre 2006 – 15:15



Des témoins du génocide arménien sur les murs de Paris pour dire "Non au négationnisme"



Zépure s'affiche sur les murs de Paris

2ème expo urbaine, militante et artistique

16 décembre 2006 ??« Zépure, rescapée des déserts de Syrie-Mésopotamie s’affiche sur les murs de Paris, (aujourd’hui 16 décembre 2006, aux alentours du métro Cadet) ; Zépure, témoin de la réalité palpable du génocide arménien, doyenne des rescapés arméniens de France, accompagnée de descendants du génocide arménien ou de sympathisants de la cause arménienne, salue à sa façon, l'année de l'Arménie en France. A suivre... ??L'Artiste Anonyme ». ?

C’est par ces mots qu’un artiste urbain a communiqué au Collectif VAN, la deuxième exposition des photos de ses œuvres collées dans la nuit du 15 au 16 décembre 2006, sur les murs de Paris. ??Des visuels forts, dérangeants, destinés à interpeller le passant sur ces destins doublement brisés, une première fois par l’acte de génocide, une seconde fois par le déni de ce crime qui, 91 ans après les faits, continue de tourmenter les descendants des survivants. ??Le Collectif VAN continue de se faire l'écho de cet activisme féminin et artistique qui sonne comme un devoir de mémoire à l'heure où l'Etat essaye de museler les revendications légitimes des citoyens en butte au négationnisme. Lire le verdict du procès des agresseurs anti-arméniens de Valence - 15 décembre 2006. ??Les œuvres de A.A. représentent des sympathisants de la cause arménienne ainsi que des rescapés ou des descendants de rescapés du génocide arménien, perpétré en 1915 par le Gouvernement Jeune-Turc, et qui fit 1,5 million de victimes arméniennes dans l’Empire ottoman. ?

Elles sont accompagnées de deux textes qui transcrivent une partie de l’interview diffusée lors de l’émission de radio "Là-bas si j'y suis" de Daniel Mermet sur France Inter (11 mai 2005), d’une rescapée, Zépure, née en 1900 à Trébizonde, et déportée à 14 ans.* ??Une action aussi bien artistique que citoyenne par laquelle ceux que l’Histoire a essayé de faire taire définitivement, se réapproprient l’espace public. Ces portraits et ces messages sont comme autant de symboles de micro-résistance, disséminés dans la ville (aux abords du Métro Cadet aujourd’hui) et destinés à tisser des liens avec la population. ?

« Je veux faire réagir le passant : avec ces visuels forts, le génocide arménien s’évade des guillemets dans lesquels certains s’évertuent à vouloir l’enfermer. Ces portraits sont ceux d’êtres vivants ou disparus. Ce sont nos grands-mères, nos sœurs, nos frères, des membres familiers que chacun peut s’approprier. Ils témoignent de la réalité tangible de ce génocide implacable qui a anéanti les deux-tiers d’une population. Au bout de 91 ans, ces témoins muets que je portais en moi, se sont enfin mis à parler ! » conclut l’Artiste Anonyme. ??Ils se sont mis à parler avec talent : le Collectif VAN continuera de se faire l’écho de cette démarche. ??Une sélection de photos est en ligne sur : ?http://www.collectifvan.org/article_photo.php?r=6&id=83

??Séta Papazian

Présidente du Collectif VAN

[Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]

Boîte vocale : 08 70 72 33 46

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - www.collectifvan.org

Collectif VAN - BP 20083

92133 Issy-les-Moulineaux Cedex – France

-----------------------------------------------------------------------



* Voir ces textes ci-dessous

Texte 1



Zépure, rescapée



"Rire et pleurer son frère et sœur"

Déportée à 14 ans / Née en 1900 à Trébizonde.



Extrait radiophonique. "Là-bas si j'y suis" Daniel Mermet / France Inter

www.la-bas.org, recherche: tapez génocide arménien / émission "zepur l'arménienne"



Après la nuit est tombée, nous avons restez comme ça plein de sang (...)

J'ai entendu une voix "Moi je deviens musulmane, emmenez moi!"

"Moi, je deviens musulmane, emmenez moi!" Une fille que j'ai connu la voix, c'était notre voisine ! Alors j'ai pris courage, il y avait la lune seulement.

"Moi aussi je deviens musulmane, emmenez moi aussi!"

"Moi aussi je deviens musulmane, emmenez moi aussi!" (...)

Devenir musulmane qu'est-ce-que c'est, je ne sais pas. Moi, je suis Zépure, je suis arménienne, çà, il est là, personne ne peut prendre, j'ai pensé, personne ne peut prendre mon arménité. Après je suis assise comme ça toute nue. Un kurde est venu ... "Debout!" "Je suis toute nue, je ne peux pas." il a pris une chemise sanglante sur un mort, il m'a donné. J'ai pris comme ça devant moi, et je suis levée, et ma soeur toute nue, toute frappée derrière, tout était gonflé, après noir le dos de ma sœur, 5 ans, après 6 mois elle est morte.

Tout ça, j'ai vu et j'ai vécu ! Encore, il y a tant de choses (...)

Je revois toujours... Souvent je pleure la nuit, parce que ça vient devant moi, les tableaux, tous les morts, tout çà ! (...)

Nous étions sept blessés. (...) Ils nous ont emmenés, quand nous sommes arrivés dans la rivière, "lavez dans la rivière votre sang, et puis nous attendons". Ils ont quitté à nous. Ils ont vu que nous sommes très blessés. Ils ont quitté à nous dans la rivière. C'était nuit vous savez...

Nous sommes sortis de l'eau, rentrés dans un champ de blé.

Nous avons resté dans le blé cachés jusqu'au matin. Le matin nous avons vu que sous les arbres au loin il y a des lits, les kurdes, ils dorment dehors l'été. (...)

Ils nous ont donné à manger, après ils nous ont partagés... Pour travailler. (...) Puis j'ai tombé malade, typhus, maintenant je sais que c'est typhus (...)

Dieu nous gardé, pour tout je vous raconte (...) Je n'ai pas mort.

Ils m'ont amené au gouvernement avec ma sœur, gouvernement nous a mis dans la prison, nous avons resté 40 jours là, nous n'étions pas coupables, notre faute était d'être arménienne. Après 40 jours on nous a emmenées à gouvernement encore. Là on nous a fait musulmane (...) On a mis mon nom, Zubideh, et ma petite sœur aussi, Zelkha, nous sommes devenues turques.



Génocide des Arméniens perpétré

par le gouvernement Jeunes-Turcs, 1915/1923

1 500 000 morts soit les 2/3 des Arméniens de Turquie

Aujourd'hui on dénombre officiellement 35 000 Arméniens en Turquie





Texte 2

Zépure, rescapée

"Rire et pleurer son frère et sœur"

Déportée à 14 ans / Née en 1900 à Trébizonde.



"Avec mon français cassé (...) après c'était l'exode, 1915, on nous a fait exode et massacre en même temps.

Après nous avons compris qu'ils voulaient nous anéantir, la Turquie, nous finir (...)

Nous étions une famille très aisée, j'étais l'ainée de cinq enfants (...) On a ordonné toutes les familles arméniennes dans 5 jours préparer et partir. Où? Mossoul, Baghdad.

C'était loin à pied, deux mois marcher, avec le soleil, avec la faim, le soif, toujours le soif. Au mois de juin, juillet, août, on a massacré déjà. Nous avons marché deux mois, enfants, la femme enceinte, tout, les vieillards, tout, tout.... C'était misère.

Quand je suis partie, j'étais seule (...) j'avais juste un tablier de l'école et un manteau, j'avais 14 ans (...)

Un mois après j'ai trouvé ma mère dans un autre groupe, toute nue, une chemise de nuit, les cheveux, il n'y a pas de peigne pour peigner, j'ai senti comme une mendiante ma mère.

j'étais très bouleversée. Alors comme ça nous sommes ensemble continuer notre chemin. J'avais deux frères, deux sœurs plus petits que moi.

Après huit jours à peine, mon frère est mort, 8 ans, le matin je suis levée, il est mort à côté de moi (...)

Après quelques jours, c'est ma mère mort ou pas mort je ne sais pas. Nous sommes tombés dessus pour pleurer et le gendarme est venu "allez! Marchez! Marchez!" (...) En pleurant nous avons quittez ma mère qui était mort ou pas mort, je ne sais pas.

"Allez! marchez! marchez!" Qui est mort il reste! Ma mère était chaude quand nous sommes partis (...) on a pas laissé même pleurer un peu.

Mon père, je n'ai jamais vu, je n'ai pas vu mon père. Combien de jour j'ai marché, je ne sais pas.

A la fin nous sommes allé dans un champ pour massacrer, je ne sais pas où c'est. On nous avait nus, même les culottes, vous avez compris.

D'un côté, tchat! pat! avec des bâtons on frappait, on frappait, vous entendez, ah! uh! un cri! J'étais debout, un bâton pooô! (...) et puis j'ai tombé et je vois qu'ils ont commencé à frapper ma sœur de cinq ans. J'ai dit tout de suite fait semblant, comme un mort j'ai dit allongé à côté de moi, puis ne respirez pas. Les mots échappent... Mes blessures étaient très grandes (…)



Extrait radiophonique. "Là-bas si j'y suis" Daniel Mermet / France Inter

www.la-bas.org, recherche: tapez génocide arménien / émission "zepur l'arménienne"



Génocide des Arméniens perpétré

par le gouvernement Jeunes-Turcs, 1915/1923

1 500 000 morts soit les 2/3 des Arméniens de Turquie

Aujourd'hui on dénombre officiellement 35 000 Arméniens en Turquie



communiqué en ligne sur :

http://www.collectifvan.org/article.php?r=4&id=6585