Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Arménien, tête de chien, ta vie ne vaut rien

COMMUNIQUE DE PRESSE du Collectif VAN

[Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]

15 décembre 2006 – 19:15



Arménien, tête de chien, ta vie ne vaut rien

Le Procureur avait requis 4 à 6 mois avec sursis contre les agresseurs : le juge a choisi la dispense de peine



---------------------------------------------------------------------

Le passé et le présent s’entrechoquent : dans l’Empire ottoman, la vie d’un Arménien ne valait rien.

Mais que vaut-elle aujourd’hui dans cette France républicaine qui a accueilli nos grands-parents rescapés du génocide ? La question mérite d’être posée.



Le 27 novembre 2004, un groupe de cinq jeunes Français d'origine arménienne appartenant à la Coordination des Organisations Arméniennes Drôme-Ardèche, faisait signer des pétitions demandant la reconnaissance du génocide arménien par Ankara, en préalable aux négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne.



Alors qu’ils avaient recueilli 300 signatures, ces militants anti-négationnistes ont été violemment agressés et insultés par une quinzaine de jeunes d'origine turque proférant des menaces de mort : « Nos grands parents ont n…. vos grands parents, on va finir le travail », « On va tous vous brûler vous et vos familles ».



Ce lynchage en règle a eu pour conséquence l'hospitalisation des cinq jeunes Français d'origine arménienne souffrant de fractures et de contusions multiples et de séquelles psychologiques pour deux jeunes filles, parentes des victimes qui avaient assisté à l’agression.



Le procès de 2 des 5 personnes interpellées s’est tenu le 10 novembre 2006 au Tribunal de Grande Instance de Valence, le jugement étant mis en délibéré au 15 décembre.



Le Juge a rendu son verdict ce matin : les deux agresseurs majeurs ont été condamnés à 1 € symbolique (un jugement identique à celui des 3 mineurs déjà jugés précédemment) et 100 € de dommages & intérêts.

Très certainement sous pression, le Juge a même accordé une dispense de peine pour des faits d’une violence pourtant avérée, alors que le Procureur Nahon avait requis une peine de 4 et 6 mois de prison avec sursis !



Il encourage par ce verdict incompréhensible, l’attitude raciste et haineuse des agresseurs dont l’exemple risque fort de faire des émules.



Ce jugement fait douter une fois de plus de l’indépendance de la justice, tant apparaît en filigrane le souci évident de ménager Ankara : la Turquie, c’est un secret de polichinelle, téléguide sur le sol de la République française, des actions négationnistes violentes et racistes et pourtant aucune mesure n’est prise pour stopper cette ingérence illégale.



Alors faut-il comprendre qu’en France en 2006, certains citoyens n’ont le droit ni d’avoir une loi pour combattre le négationnisme du génocide arménien – puisque la loi votée par les députés le 12 octobre est bloquée au Sénat -, ni d’espérer des jugements équitables pour les défendre ?

A force de pratiquer la politique de l’autruche, certains jouent avec le feu et exacerbent les tensions en croyant les enterrer.

Le négationnisme est un crime. Pour le punir il faut une loi.

Il est temps que la République prenne ses responsabilités : la balle est dans le camp du Sénat.



Séta Papazian,

Présidente du Collectif VAN

[Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]

Boîte vocale : 08 70 72 33 46 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - www.collectifvan.org

Collectif VAN - BP 20083 - 92133 Issy-les-Moulineaux Cedex - France