Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Paraguay. La quête de vérité et de justice ne s’arrête pas

communiqué DE PRESSE

AMR 45/002/2006

La mort du général Alfredo Stroessner doit rappeler aux autorités du Paraguay qu’il faut accélérer les enquêtes sur les violations des droits humains commises sous son régime, et maintenir de ce fait ouverte la quête de vérité et de justice.

Amnesty International a demandé plus spécialement aux autorités paraguayennes de protéger et mettre à la disposition du public les archives secrètes des forces de sécurité du gouvernement du général Stroessner – connues sous le nom d’« archives de la terreur » et découvertes en 1992 – et de soutenir réellement le travail de la Commission vérité et justice.

Ces archives contiennent des informations relatives aux violations graves des droits humains qui ont été commises sous le régime du général Stroessner (1954-1989) au Paraguay et dans le cadre de l’opération Condor.

« La recherche de vérité et de justice de milliers de personnes au Paraguay et en Amérique latine rend d’autant plus impératif pour les autorités paraguayennes de protéger les "archives de la terreur" et d’enquêter sur les personnes impliquées dans les infractions graves commises par le gouvernement du général Stroessner, a déclaré Virginia Shoppee, responsables des recherches sur le Paraguay à Amnesty International. Celles-ci sont toujours en liberté, et n’ont fait l’objet d’aucune poursuite. »

Sous le régime du général Stroessner, des milliers de personnes ont été victimes de détentions arbitraires, de tortures, de « disparitions » et d’exil forcé, tant au Paraguay que dans le cadre de l’opération Condor.

Complément d’information

Le général Alfredo Stroessner est décédé le mercredi 16 août à Brasilia, où il était en exil depuis 1989. Il avait quatre-vingt-treize ans.

Dernière modification le : 20 août 2006