Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

 

21 février: les locuteurs de l'Espéranto défendent la diversité linguistique

Le 21 février 1952, la police a tiré sur des étudiants et tué plusieurs d'entre eux, en train de manifester. Cela se passait à l'Université de Dacca, capitale du Bangladesh actuel. Ces étudiants manifestaient pour qu'on reconnaisse l'existence de leur langue, le bengali, langue que les dirigeants ont essayé de faire disparaître de l'université en faveur de la langue "plus importante", parlée par les puissants du moment.

Il s'agit d'un phénomène qui se répète - sous diverses formes - partout dans le monde et à travers l'Histoire. Cela se passe en général par l'imposition de l'usage d'une langue, le plus souvent l'anglais, par un pouvoir économique, politique ou militaire, lequel veut renforcer sa position dans le monde, mettant les langues locales en position défavorable. C'est ainsi que des langues disparaissent, et des peuples entiers perdent leur grande richesse intellectuelle - comme nous en avertissent des linguistes.

En plus de l'injustice sociale et des problèmes psychologiques causés par le mépris de la langue maternelle d'un individu et par une connaissance insuffisante de la langue imposée, il est nécessaire d'être conscient également du fait que les diversités biologique et linguistique sont inséparables, reliées entre elles, et dépendantes l'une de l'autre. De la perte de la diversité linguistique découle une perte de connaissances traditionnelles, essentielles pour le maintien de la biodiversité, pour la vie. (Déclaration finale, 64ème conférence des ONG, Nations Unies, Bonn, 2011).

La langue internationale Espéranto a été construite et proposée dès sa publication en 1887, dans le but pour venir en aide à tous les peuples du monde, en tant qu'une langue-pont neutre entre les locuteurs de différentes langues maternelles. Voici ce qu’en disent des linguistes et des personnalités politiques:

- "Renforcer les droits des locuteurs de chaque langue est l'objectif auquel contribue essentiellement l'Espéranto" Prof. Robert Phillipson.
- "J'espère que l'Espéranto continuera à remplir ce rôle double en faveur de la diversité et de l'unité" Rita Izsák-Ndiaye, Expert Indépendant à l'ONU sur les questions relatives aux minorités, à l'occasion de la publication de "125 ans de l'Espéranto" en 2012.
- L'Espéranto protège en fait les langues de la disparition, comme l'a affirmé Madame Vigdís Finnbogadóttir (Présidente de la République d'Islande de 1980 à 1996): "Il est grand temps que les différentes nations comprennent qu'une langue neutre pourrait devenir un véritable rempart, protégeant leurs cultures contre l'influence d'une ou deux langues seulement qui tendent à prendre le monopole, comme c'est le cas de plus en plus évident aujourd'hui. Je souhaite sincèrement que l'Espéranto progresse rapidement pour aider toutes les nations du monde."

Dans la même logique, le 21 février 2014, l'UNESCO a également fait figurer sur son site Internet la version en Espéranto du message de la Directrice générale, Madame Irina Bokova. Les valeurs fondamentales de cette Journée mondiale, la diversité des langues et le droit pour tous de parler leur langue maternelle, sont aussi les valeurs que défendent les espérantistes.

L'Espéranto est un outil pour faire avancer la réalisation d'une communication juste et donc de relations équitables entre les cultures, les groupes linguistiques et ethniques. Son utilisation aide chacun à faire vivre sa langue. Derrière l'Espéranto, il n'y a pas d'Etats, ni de systèmes économiques ni d'efforts impérialistes, ni de peuples, dont l'intérêt serait la disparition des autres peuples, de leurs langues, ou l'acquisition de leurs marchés. Derrière l'Espéranto, il n'y a que des hommes qui cherchent la justice pour toutes les cultures et toutes les langues, dans la paix parmi les peuples.

Les locuteurs de cette langue internationale déplorent la disparition de chaque langue, ils veulent que toutes les langues vivent, que soient respectés les droits linguistiques de chacun et que règne la justice linguistique sur terre. Dans ce but, depuis de nombreuses années, l'Association mondiale d'espéranto (Universala Esperanto-Asocio, UEA) et les espérantophones présents sur tous les continents, participent solennellement à cette Journée mondiale.

Tel est le message clair qu’ils veulent envoyer à la planète entière le 21 février.
Plus d’info, affiches et articles en différentes langues:
http://www.linguistic-rights.org/21-02-2018/

--
Contact Presse :

Universala Esperanto-Asocio (UEA)
Stefano KELLER
+41 76 261 06 09
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
http://www.linguistic-rights.org/21-02-2018/

--
Communiqué envoyé le 2018-02-20 01:01:26 via le site Categorynet.com dans la rubrique Droits de l'homme

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com

______