Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse
INA_CATEGORYNET_728x90 FRANCHIR LES FRONTIERES NE SIGNIFIE PAS S’AFFRANCHIR DES LOIS

FRANCHIR LES FRONTIERES NE SIGNIFIE PAS S’AFFRANCHIR DES LOIS

Chaque année, dans le monde, 600 millions de touristes partent pour les vacances à l'étranger. Un bon nombre d'entre eux va se livrer à un loisir bien spécial : le tourisme sexuel, troisième commerce illégal après celui de la drogue et des armes. Femmes et enfants en sont les principales victimes.

D'après l'UNICEF, dans le monde, plus de 2 millions d'enfants âgés de 3 à 16 ans sont, chaque année, exploités par des réseaux de prostitution ou de pornographie dans un cadre commercial. La pauvreté en est la principale cause à laquelle viennent s'ajouter la fragilité des structures sociales, économiques et politiques, les conflits armés et les réseaux mafieux. Les enfants sont emmenés loin de leur famille, parfois vendus, avec la promesse d'une vie meilleure, parfois kidnappés. La plupart du temps, les parents ne connaissent pas la vraie destination de leur progéniture et ne les revoient jamais.

La prostitution rapporte des sommes considérables qu'on peut évaluer en milliards de dollars. Certains gouvernements considèrent cette manne nécessaire au bon développement économique de leur pays et de ce fait la prostitution infantile est complètement banalisée. C'est l'une des raisons pour lesquelles les lois concernant les droits des enfants sont bafoués. La corruption atteint des sommets et le laxisme ambiant voire une totale impunité concourent à maintenir cette situation.

On estime que la moitié des jeunes prostitués sont malades ; la majorité d'entre eux a contracté le SIDA. Les grossesses non désirées, les violences subies, les maladies psychosomatiques viennent aggraver ce panorama déjà cauchemardesque. Leurs conditions de vie sont dramatiques : manque d'hygiène, enfermement en grand nombre dans des locaux exigus ne disposant d'aucune installation sanitaire de base, souvent drogués pour les rendre dépendant et assurer leur subordination, les enfants sont maintenus dans un engrenage catastrophique qui diminue considérablement leur espérance de vie limitée à 15-17 ans. Les jeunes filles vierges sont offertes au plus offrant et souvent deviennent stériles à cause des mauvais traitements subis lors des longues heures quotidiennes d'abus sexuel. Les séquelles sont irréversibles. Dépossédés de leur enfance, de leurs droits et de leur dignité, la confiance à jamais perdue envers les adultes, ce sont des enfants privés d'avenir, blessés à jamais.

A l'occasion de la journée mondiale de l'enfance, le 20 novembre 2005, INTERVIDA lance, sur son site Internet www.associationintervida.org, une grande campagne d'information et de sensibilisation pour lutter contre ce terrible fléau qu'est le tourisme sexuel. En effet, nous sommes tous impliqués dans la poursuite de ces pratiques.

Contact Intervida
Vanessa Voleau
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.