Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

 

CP SENTRI TECH : Sonnette d’alarme, le fléau des termites gagne de plus en plus de terrain à Paris

Face au fléau des nuisibles, la lutte s’intensifie à l’encontre des termites, punaises de lit, rats, chenilles, frelons asiatiques, blattes ou encore cafards. À la crise environnementale, va bientôt s’ajouter une crise de santé publique avec, en perspective, le retour d’une trentaine de maladies oubliées. Les professionnels du secteur 3D alertent d’ailleurs sur la recrudescence du phénomène dû, notamment, au réchauffement climatique.

SENTRI TECH se positionne, et ce depuis plusieurs décennies, comme défenseur du patrimoine et acteur majeur de la lutte contre les termites. Que les habitations soient récentes ou anciennes, le fléau n’épargne personne : les particuliers, les collectivités et les établissements publics (écoles, musées, monuments historiques). Partout où il y a de la cellulose, les termites attaquent. Malgré la prise de conscience par le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) et les pouvoirs publics du danger que représentent les termites, malgré les mesures de prévention visant à protéger les constructions neuves, l’invasion gagne du terrain vers le nord. Elle est amplifiée par le réchauffement climatique. S’ajoutent les travaux de transports urbains générés par l’homme, lequel par son action déplace sans s’en rendre compte des colonies entières de termites ; c’est ainsi que s’explique, en partie, l’infestation parisienne.

Comment agir ? Deux options possibles : recourir à une méthode chimique, et vider Paris de ses parisiens… Mais c’est impossible. Dès lors, la méthode par piège SENTRI TECH serait-elle la meilleure des 2 options ?

À ce sujet, découvrez l’avis de 2 experts parisiens. Installés depuis plusieurs années, ils ont donc le recul nécessaire pour se prononcer sur ce fléau et évaluer la meilleure solution pour éradiquer les termites à Paris. Intéressant aussi, leur point de vue pour savoir comment procéder vis à vis de la population, sans la faire paniquer ?

Rappelons que la méthode chimique consiste à créer une barrière d’injection avec des produits insecticides sur le bâtiment avec une action localisée. Et la méthode par piège consiste à enfermer l’appât à base de cellulose dans une station sécurisée.

Pour Monsieur Tony Dié, de la société Pharmabois, spécialisée dans le traitement des nuisibles, « la méthode par piège est souvent mise en concurrence avec la méthode chimique par les personnes touchées par les termites. Afin de bien choisir, il faut mettre en lumière les plus et les moins. ».

En matière d’efficacité, quelle est la méthode conseillée ?  Tony Dié : Pour avoir une efficacité immédiate, instantanée, la méthode chimique est radicale. En revanche, dans la durée, la méthode par pièges de SENTRI TECH est meilleure, plus pérenne. Je m’explique : la méthode par pièges implique une analyse complète du bâtiment du sous-sol à la charpente. Des pièges sont installés sur les indices termites détectés lors de nos inspections, et des stations implantées en sous-sols pour détecter la présence de termites et ainsi traiter la colonie. Ceci implique un traitement curatif sur plusieurs mois. En contrepartie, les habitants peuvent poursuivre leur quotidien sans aucune nuisance. Les chantiers avec pièges sont plus longs mais, au final, nous sommes certains que les termites sont éradiqués.

 

 

Dans la durée, pour éradiquer définitivement la colonie, quelle méthode est la plus rassurante ? Tony Dié : La méthode chimique va traiter le mal en local mais pas les autres colonies. Les termites aux abords vont être repoussés, vont continuer à graviter autour du bâtiment et se reporter sur les parcelles mitoyennes. Notamment, on sait que les termites aiment l’humidité et qu’ils viennent par les sols, les terres battues dans les sous-sols, les caves. La méthode chimique est interdite dans les sols pour ne pas se propager par infiltration. Par conséquent, la méthode chimique agit comme un insecticide local, et non sélectif pour les autres insectes. Alors qu’avec la méthode par piège de SENTRI TECH, on traite les colonies à la source, souvent dans les sols ; des pièges sont installés pour assurer le suivi de la détection, et ce sans nuisance, qu’il y ait ou pas de termites. Dans ce cas, on parle de surveillance. La méthode chimique, quant à elle, n’offre pas d’alternative. Elle traite tout dans les habitations infestées, comme non infestées : elle ne fait pas la différence. Et c’est parfois dommage de polluer un endroit qui était sain…

Quelles sont les conditions requises pour venir à bout des termites ? Tony Dié : Avec la méthode chimique, il faut évacuer les lieux, tout mettre à nu, car les produits sont lourds et puissants. La  mise en œuvre et la logistique sont donc conséquentes. Et, à l’issue, il faut tout remettre en état, sachant qu’avec les contraintes d’accès et de configuration de l’habitat urbain il peut être compliqué de réaliser une intervention chimique totale sur un bâtiment et de passer sur l’ensemble des zones. Il y a donc un risque de laisser un passage, une « brêche » à l’infestation termites. Alors qu’avec la méthode par pièges de SENTRI TECH, on peut installer des pièges partout là où cela est nécessaire et là où il faut, des caves jusqu’aux niveaux les plus hauts de l’immeuble, sans nuire au quotidien des habitants. On observe s’il y a, ou non, des termites, et on traite ou pas.

Quelle différence pour le coût de l’opération ? Tony Dié : En prenant en compte les coûts de logistique et le fait qu’il faille reloger les habitants pendant le traitement, la méthode chimique s’avère plus chère que la méthode par pièges de SENTRI TECH.

En matière d’environnement, quelle est la méthode la plus saine ? Tony Dié : Sans hésitation, la méthode par pièges de SENTRI TECH. Elle est sans conséquence, inutile de quitter son habitation car la molécule est encapsulée et solide. Il n’y a donc pas d’effet volatil possible ou d’infiltration dans le sol, ou encore de nuisance dans les jardins, tant pour les végétaux que pour les animaux. À l’issue du chantier de traitement, des pièges de surveillance sont possibles à maintenir dans les parties basses des habitations, alors qu’avec la méthode chimique le traitement par épandage ou injection des sols et des terres végétales est interdit par la loi. 

 

Pour appliquer la méthode par piège SENTRI TECH, il est impératif d’être une entreprise homologuée CTB-A + ou Qualibat. Pour les mairies, qui exigent ces labels pour choisir un applicateur, ce sont des gages de qualité et une réelle garantie. Par ailleurs, la méthode par piège a largement fait la preuve de son efficacité dans de grands bâtiments parisiens, lesquels ont pu être préservés grâce à cette méthode, comme l’Olympia, le théâtre Edouard VII, l’OCDE ou Le Ritz… 

Seule la méthode par pièges SENTRI TECH permet de mettre fin à ces infestations, sans nuisance pour l’environnement et les habitants. Son efficacité est prouvée, sans nuire au cadre de vie de chacun. SENTRI TECH offre un recul unique en termes de résultats. Fruit du travail de recherche de Corteva AgriscienceTM, la méthode est radicale sur toutes les espèces de termites souterrains en France métropolitaine et dans les DOM. À l’inverse des méthodes chimiques, qui exposent l’habitat à de violentes agressions, la méthode SENTRI TECH agit uniquement sur les termites, sans affecter le cadre de vie des habitants. Pour résumer, il n’est pas nécessaire de quitter sa résidence lors d’une action curative SENTRI TECH.    

Paris et la région parisienne font face à une intensification du fléau termites, avec une vitesse de propagation en forte augmentation. Comment procéder vis à vis de la population sans faire paniquer ?

Monsieur Mosti, dirigeant de TUE NET, société spécialisée dans la lutte anti-parasitaire à Paris, prône la communication pour parvenir à enrayer la propagation des termites. Selon lui, il importe de sensibiliser les élus et les riverains. Souvent vécue comme une « maladie honteuse », une infestation de termites doit pourtant être prise à temps et au sérieux. Pour l’ensemble de la collectivité, c’est une nécessité.

Au sujet de la méthode SENTRI TECH, M. Mosti explique qu’il « s’agit de la seule méthode où le principe est solide. L’appât est enfermé dans une station sécurisée, avec une molécule qui n’agit que sur les termites ouvriers. Lorsque ces derniers, au cours de leur exploration pour chercher de la nourriture, rencontrent une station chargée d’appât, ils consomment celui-ci et contaminent leurs congénères par échange de nourriture, lesquels sont également attirés par les phéromones de pistes que les éclaireurs auront laissé pour signaler une bonne source d’alimentation. Une fois l’appât ingéré, ce dernier va empêcher la nécessaire mue des termites. Sans cette mue, qui fait partie de leur cycle de vie, ils meurent ». Et c’est là tout le principe d’action de la méthode SENTRI TECH.

« La colonie de termites est contaminée rapidement. Sur la totalité de nos chantiers, en 1 an, nous avons mis en place des contrôles, après la méthode curative, et aucun termite n’a été détecté depuis, souligne M. Mosti. Lorsque nos clients arrivent chez nous, ils ont déjà fait le travail d’analyse pour opérer le meilleur choix entre SENTRI TECH et la méthode chimique. Et dès que nous leur expliquons le processus, purement biologique et basé sur l’activité sociale du termite, ils n’ont plus de doute quant à la méthode à choisir ».

 

 

 

 

Les conseils à suivre face à une invasion de termites :  

 

  1. Dès que vous avez le moindre doute, faites un diagnostic parasitaire.
  2. S’il est positif, il faut immédiatement déclarer la situation en mairie (c’est une obligation légale) et une communication doit être mise en place afin d’éviter la propagation autour du site.
  3. Lors de la vente d’un bien immobilier, il faut indiquer clairement que le nécessaire a été fait (état parasitaire et/ou traitement), afin qu’aucun doute ne subsiste pour l’acquéreur. C’est un gage de protection de votre bien qui lui évite de se dégrader donc de perdre sa valeur financière. « Vos économies qui sont souvent placées dans le mobilier valent bien une surprotection. »

 

Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; mso-fareast-language:JA;}

Pour retrouver l’applicateur le plus proche de chez vous, rendez-vous sur www.les-termites.com 

Télécharger le dossier de presse et les visuels HD sur la salle de presse Amsterdam Communication, agence RP : http://www.amsterdamcommunication.fr/presse/accueil.html

 

 

---
Contact Presse:

Amsterdam Communication
Catherine Amsterdam
02 43 94 01 71
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
http://www.amsterdamcommunication.fr/presse/accueil.html
ID diffuseur : 77771

 

--

Communiqué envoyé le 2019-11-13 15:02:06 via le site Categorynet.com dans la rubrique Défense - Sécurité
Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com/

______