Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

LE CAMPUS UNIVERSITAIRE SAINT- CHARLES À MONTPELLIER Une réhabilitation architecturale fluide et transparente

Les architectes Brigitte Hellin et Hilda Sebbag ont achevé, à l'automne
2011, la première tranche de la transformation d'un hôpital
du XVIIe siècle en campus universitaire, à proximité du centre ancien
de la Ville.
La deuxième tranche verra, sur le même site, la reconversion du
bâtiment des Incurables, datant de 1768, en Maison des Sciences
de l'Homme et en département d'archéologie (appel d'offre des travaux
imminent).
Cette vaste opération représente près de 15.000 m2 de réhabilitation.
La troisième tranche sera constituée de 3500 m2 d’extension
neuve.

PASSER DE L’OMBRE À LA LUMIERE
Le bâtiment, sombre et opaque - voire impénétrable - fermé sur lui
même et sur la ville, était à l'origine un hospice destiné à accueillir
les indigents.
Les architectes en ont fait un bâtiment fluide, transparent et inséré
dans son quartier, prêt à recevoir les 1500 personnes du campus.

FLUIDITE ET TRANSPARENCE
Les architectes ont choisi de reconstituer, tout en l'interprétant,
l’édifice existant, inscrit à l’inventaire des monuments historiques.
Il est structuré autour d’un axe séparant longitudinalement le corps
du bâtiment central en deux zones, autrefois nommées «l’aile des
femmes» et «l’aile des hommes» et organisées autour de deux
cours.
La pureté géométrique de l’ensemble a été conservée tout en rendant,
à tous les niveaux, la circulation dans l'espace fluide par le
percement du mur de la cafeteria au rez-de-chaussée, la création
de poteaux pour les services administratifs au 1er étage et l'utilisation
du verre pour la façade du hall et de la bibliothèque au 2e
étage.
Ainsi, le fil conducteur du parti pris architectural - transparence et
visibilité - est partout présent.

TRANSFORMATION SUBTILE OU DIALOGUE ENTRE L'ARCHITECTURE DU XVIIE ET CELLE DU XXIE SIECLE
Réhabiliter le bâtiment tout en respectant sa structure, telle a été
la volonté de Hellin-Sebbag. C'est ainsi que l'escalier monumental
du hall d'entrée, en acier et béton poli clair, répond à celui - classé
- de Jean Giral.
Dans les cours, l'une plantée de marronniers, l'autre de platanes,
la création de portes fenêtres au rez-de-chaussée et sur les coursives,
nouvellement créées au premier étage, reconstitue le rythme
régulier des anciennes fenêtres, perdu au fil du temps.
C'est également dans cette optique que le rouge et le bleu évoquent
la mémoire des ailes des femmes et des hommes, autrefois séparées,
aujourd'hui réunies : revêtements de sol, portes, panneaux
acoustiques en plafond des salles de colloque et de la cafeteria, ou
encore, petites ponctuations lumineuses dans les couloirs.
Pour conserver l’intégralité des voûtes du rez-de-chaussée, les architectes
ont trouvé des solutions originales pour la distribution
des fluides, l'éclairage, l'audiovisuel et la correction acoustique.

UNE RENOVATION DE QUALITE POUR UN FAIBLE COUT
Bien que la restructuration, due à la vétusté du bâtiment et à la
mauvaise qualité des matériaux originaux, ait été très lourde, les
travaux ont été réalisés pour le montant très faible de 12,8 M€.
H.T. pour 10.000 m² soit 1280 € le m².

--
Contact Presse:

Les mots pour vous dire
Florence Valabregue
+ 33 6 61 10 39 66
http://www.architectes.org/portfolios/hellin-sebbag/?p=accueil
Profil du diffuseur :
http://www.categorynet.com/reseaucategorynet/profile?userid=58474



--

Communiqué envoyé le 24.01.2013 11:22:55 via le site Categorynet.com dans la rubrique Construction

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com

______