Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Maîtrise de l’énergie consommée, sécurité et confort d’usage : les VIR, développement durable oblige

Maîtrise de l’énergie consommée, sécurité et confort d’usage :

Les Vitrages à Isolation Renforcée (VIR)

développement durable oblige !



Passage obligé, l’avenir de la fenêtre passe par les VIR (Vitrages à Isolation Renforcée). Le recours à ces vitrages innovants devient inéluctable, tant dans l’habitat neuf, que dans la réhabilitation. En toutes saisons, ils apportent aux occupants un confort thermique inégalé, en laissant parfaitement passer la lumière. A l’approche de la finalisation de la réglementation thermique RT 2005 (décembre 2005), une dynamique nouvelle est insufflée par les Pouvoirs Publics en faveur des VIR. Cette dynamique est soutenue d’une part, par le Groupement VIR et ses trois piliers industriels : Glaverbel, Pilkington, et Saint Gobain Glass, d’autre part par les institutionnels, l’Ademe et le CSTB.



Le secteur du bâtiment (résidentiel et tertiaire) représente à lui seul 46 % de la consommation énergétique de la France et 18 % des émissions de gaz à effet de serre. C’est un secteur en expansion qui voit sa consommation d’énergie augmenter inexorablement, et par voie de conséquence, ses émissions de dioxyde de carbone (CO2). L’objectif de la France à long terme, à l’horizon de 2050, est de diviser par quatre ses propres émissions de gaz à effet de serre. Si la réalité du changement climatique ne fait plus de doute à moyen terme, il est toutefois possible d’en limiter les effets, à condition de prendre dès maintenant les mesures qui s’imposent, notamment la généralisation des VIR dans le bâtiment.

À cet égard, l’offre est abondante, et susceptible d’accompagner toutes les démarches architecturales, bien entendu dans le strict respect des exigences du développement durable.

Les VIR sont des doubles vitrages caractérisés par une isolation thermique extrêmement performante. Ils peuvent recevoir diverses fonctions complémentaires : renforcement acoustique, sécurité des biens et des personnes, protection contre l’incendie, contrôle solaire.

Le Groupement VIR, quant à lui, assure une mission de promotion, d’information, de sensibilisation, et de valorisation de ces vitrages. Grâce à l’action concertée des industriels du Groupement, l’utilisation des VIR s’est généralisée dans la construction neuve. Ces derniers ont développé des solutions techniques innovantes visant à satisfaire notamment le besoin de confort d’été et ils cherchent aujourd’hui plus que jamais, à développer l’emploi des VIR sur le marché extrêmement porteur de la rénovation.





Le VIR = le meilleur confort thermique en toutes saisons



La France s’est engagée à renforcer tous les cinq ans la réglementation thermique : dans le contexte du renforcement de l’isolation des bâtiments, le Groupement VIR a pris activement part aux enjeux de la nouvelle RT 2005 qui marque une avancée considérable en matière de performance thermique, d’économies d’énergie et de protection de l’environnement.

La RT 2000 avait mis l’accent sur les économies d’énergie dans les constructions nouvelles, tout en tenant compte des exigences du confort d’été. Il s’agissait de trouver un juste équilibre entre coefficient thermique et facteur solaire, soit entre une très bonne isolation en hiver et un confort d’été, en évitant une trop forte montée de la température. Cela a conduit à fixer des valeurs de facteur solaire des fenêtres (donc des vitrages). L’objectif était de bénéficier des apports solaires pendant l’hiver, sans excès durant l’été. Cette réglementation thermique a permis de valoriser les VIR de seconde génération, peu émissifs, à contrôle solaire.

La RT 2005 va plus loin. Elle recherche simultanément un excellent confort d’été, en valorisant l’architecture bioclimatique qui peut bénéficier des apports solaires l’hiver (sans excès l’été).





Le VIR = composante incontournable du développement durable



Les valeurs de référence retenues pour la réglementation RT 2000 ont été renforcées pour réduire la consommation des bâtiments de 10 à 15 %. Les fenêtres participent à cette amélioration, de sorte que la valeur de référence précédente, tombe de 2,4 W/m²K, à 2,1 W/m²K avec la RT 2005. Pour la maison individuelle, la valeur de référence spécifique chute à 1,8 W/m²K, en étant susceptible d’être obtenue, soit par la fenêtre nue (le châssis et son vitrage), soit en y intégrant la performance thermique des volets.



Les nouvelles valeurs de référence imposent à l’évidence les VIR.

Enfin, 65 % environ du parc de logements en France a été construit avant 1975, date d’entrée en application de la première réglementation de construction des logements neufs en faveur de l’efficacité énergétique. Dans ce parc relativement ancien, nombre de logements s’avèrent faiblement isolés. De considérables gisements d’énergie sont par conséquent encore accessibles dans les logements existants, du fait de la montée en puissance des nombreuses démarches environnementales en cours. Le recours aux équipements les plus efficaces, adaptés au développement durable : les Vitrages à Isolation Renforcée, devient aujourd’hui une nécessité incontournable.





Une action forte des Pouvoirs Publics…



Le Groupement VIR est soutenu dans son action de promotion par les mesures incitatives extrêmement intéressantes prises par les Pouvoirs Publics :



…en faveur de la réhabilitation du logement existant

En rénovation, la Loi de Finance 2005 autorise l’octroi d’un crédit d’impôt pour la pose de fenêtres dont le coefficient de transmission thermique Uw est inférieur à 2 W/m²K. Cette condition implique impérativement le recours à un VIR de bon niveau, et ce, quelle que soit la nature du châssis ou du matériau utilisé pour bâtir la fenêtre.

Si l’on ne fait que remplacer un vitrage simple par un double vitrage, tout en conservant le châssis (à condition que celui-ci soit en bon état), le VIR s’impose ici encore, puisque la valeur limite du coefficient de transmission thermique Ug a été fixée à 1,5 W/m²K.



…en faveur de la construction et de la rénovation des bâtiments de l’État

Le Premier Ministre Dominique de VILLEPIN, dans sa lettre circulaire n° 5102/SG adressée le 28 septembre 2005 à l’ensemble de ses Ministres, souligne le « rôle exemplaire de l’État en matière d’économies d’énergie ». Rappelant la loi de programme du 13 juillet 2005 qui fixe les objectifs de la politique énergétique de la France, il annonce l’accélération du rythme de réduction de l’intensité énergétique à 2 % par an en 2015, et 2,5 % par an en 2030, contre 1,2 % entre 1995 et 2004. Son objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre est en moyenne de 3 % par an.

Les économies à réaliser portent sur la construction de nouveaux bâtiments, ainsi que les politiques de rénovation de l’existant. Il est précisé en annexe de la lettre circulaire que, lors de la construction d’un bâtiment neuf ou de la rénovation d’un bâtiment existant, les maîtres d’ouvrage de l’État devront veiller à acquérir des fenêtres équipées de Vitrages à Isolation Renforcée, avec un coefficient de transmission surfacique de l’ensemble de la fenêtre (Uw) inférieur à 1,8 W/m²K : une valeur exemplaire manifestement plus exigeante que celle relative au crédit d’impôt.





Les membres du groupement VIR



Sous l’égide de la Chambre Syndicale de l’Industrie du Verre, le Groupement VIR réunit les principaux industriels du verre, ainsi que des organismes institutionnels : ADEME, CSTB, CEKAL. Ces partenaires joignent leurs efforts pour communiquer vers les architectes, constructeurs, bureaux d’études thermiques…, mais aussi le grand public, pour leur permettre de choisir des solutions en toute connaissance de cause, démocratiser l’information sur la variété de l’offre VIR.



Les industriels du verre

• Groupe Glaverbel — www.glaverbel.com — Le Groupe Glaverbel est la branche européenne du premier groupe verrier mondial Asahi Glass. Celui-ci développe, en Europe, des activités en verre plat (verres bruts, verres pour le bâtiment et certains secteurs industriels) et en verre automobile appartenant, chacune, à une entité opérationnelle mondiale.

Les implantations industrielles du Groupe s’étendent sur toute la grande Europe où, de l’Espagne à la Russie, il compte environ 200 unités de production localisées dans 7 pays. Leader européen des technologies verrières de pointe, le Groupe emploie aujourd’hui environ 16 500 personnes et réalise un chiffre d’affaires d’environ 1,9 milliard d’euros dont deux tiers en verre plat et un tiers en verre automobile.



• Pilkington France — www.pilkington.com — Société britannique fondée en 1826, leader mondial des fabricants de verre, Pilkington intervient dans 24 pays et sur 5 continents et a réalisé un chiffre d’affaires de 4,5 milliards d’euros. Le Groupe emploie 23 900 personnes dans le monde et réalise 80 % de ses ventes à l’étranger. Présent sur le marché français depuis plus de 20 ans, Pilkington est une entreprise qui réalise 150 millions d’euros de chiffre d’affaires. Aujourd’hui, plus de 700 personnes, réparties dans l’ensemble des sites français, animent et font vivre la société. En France, Pilkington est organisé en deux activités phares : « Building Products » — produits pour le bâtiment – et « Automotive » — produits destinés à l’automobile.



• Saint-Gobain Glass — www.saint-gobain-glass.fr — Leader mondialement connu dans le domaine du verre, Saint-Gobain réalise près de 40 % de son chiffre d’affaires au travers de ses métiers verriers (Vitrage, Isolation, Renforcement et Conditionnement). Présent dans 46 pays, le Groupe emploie 180 000 personnes. Aujourd’hui n° 1 en Europe et n° 2 dans le monde, le Pôle Vitrage de Saint-Gobain réalise un chiffre d’affaires de 4,4 milliards d’euros, sur trois marchés principaux : bâtiment, automobile, spécialités (électroménager, électronique etc.). Au sein de cette Branche, Saint-Gobain Glass gère les activités de production et de commercialisation des vitrages pour le secteur du Bâtiment partout dans le monde.



• ADEME — Agence de l’Environnement et de la Maîtrise d’Énergie — www.ademe.fr — Établissement public national à caractère industriel et commercial, créé en 1990 et placé sous la tutelle des Ministères de l’Environnement, de l’Industrie et de la Recherche, l’ADEME regroupe plus de 850 collaborateurs et dispose de 26 délégations régionales et 3 représentations territoriales. Actrice du développement durable, elle a pour mission de préserver la qualité de l’air, de réduire la quantité de déchets ménagers et industriels, de maîtriser la consommation énergétique, de développer le management environnemental, de réhabiliter les sites pollués, de favoriser l’utilisation d’énergies renouvelables et de lutter contre le bruit.



• Le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) est sollicité lors des études et validation des études techniques se rapportant aux économies d’énergie.



• CEKAL, association loi 1901 créée en 1989, organisme certificateur des vitrages. Il délivre des certificats de qualification aux transformateurs de verre plat sur la base de contrôle et d’essais réalisés dans leurs centres de production.



• À l’évidence, les actions du VIR intéressent fortement les producteurs français d’énergie dans leurs développements de programmes d’économies d’énergie : ils seront sollicités pour participer aux futures actions du Groupement du VIR.





Contacts Presse

Hélène Boulanger / Agnès Chatelard

Le Public Système Presse

Tél : 01 41 34 18 49 / 18 48

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.



Chambre Syndicale de Verre Plat

3 rue de la Boétie

75008 Paris

Tél : 01 42 65 60 02