Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Pouvoir d’achat : l’urgence

le 23/08/06

Pouvoir d’achat : l’urgence !

Le Parti socialiste met en garde le gouvernement contre la détérioration profonde du pouvoir d’achat d’une grande majorité de Français, notamment les plus modestes.

Les chiffres publiés par le ministère de l’emploi démontrent sans la moindre ambiguïté que le pouvoir d’achat ne décolle pas dans notre pays : en baisse de 0,4 % au second trimestre et en hausse d’à peine 0,9 % sur un an, on est bien loin des 3 % de hausse de pouvoir d’achat constatée en moyenne chaque année sous la précédente législature.

Le Parti Socialiste dénonce la passivité du gouvernement, qui n’a rien fait pour protéger les ménages de l’envolée des loyers et des prix de l’essence (+ 7% au cours du premier semestre), en particulier en refusant obstinément de réintroduite le mécanisme de la TIPP flottante.

L’annonce récente de la mise en place d’un chèque « transports » est symptomatique du double discours de cette majorité, cette annonce ayant déjà été faite dans les mêmes termes il y a un an et n’ayant jamais été suivie d’effet.

Le gouvernement a encore avalisé de nombreuses hausses des tarifs publics ces derniers mois, le plus souvent en plein été (+ 30 % pour le gaz en 2005, +1,7% pour l’électricité, +20 % pour les réexpéditions postales, hausse du forfait hospitalier et de la consultation médicale, déremboursement de médicaments,…), et accru les prélèvements pesant sur les ménages modestes (hausse de la CSG sur l’épargne populaire).

Le fait que concomitamment à toutes ces hausses de prix, le gouvernement ose envisager une baisse des droits de succession à hauteur de 400 millions d’euros, constitue une provocation inacceptable à l’égard de la majorité de nos concitoyens.

Face à la détérioration du pouvoir d'achat de la majorité des Français, et compte tenu de l’immobilisme du gouvernement, le Parti socialiste demande solennellement la réunion en toute urgence d’une conférence avec les partenaires sociaux portant à la fois sur les salaires, les tarifs publics et la politique fiscale.

COMMUNIQUE DU BUREAU NATIONAL