Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Parlementaires suisses proposent le Prix Nobel de la Paix pour l'Espéranto

L'Espéranto est la langue de la paix. Elle permet des contacts démocratiques, car tous les locuteurs sont sur le même pied, la langue n'étant reliée politiquement ou historiquement à aucun Etat. Une langue internationale ne peut pas être une langue nationale. En effet, dans ce cas, les locuteurs de cette langue seraient avantagés par rapport aux autres personnes. L'Union européenne l'a compris en ne privilégiant aucune langue par rapport aux autres, cela entraînant une charge financière énorme et une communication par traduction peu satisfaisante.

L'Espéranto est enseigné dans des camps de réfugiés en Afghanistan sous le nom de langue de la paix. Elle permet de sortir des schémas d'hostilité d'origine historique. Utilisée dans des camps de jeunes Japonais et Coréens, elle donne lieu à de nouveaux contacts d'égal à égal. Enseignée parallèlement à l'informatique, elle permet à des représentants de peuples premiers d'échanger leurs expériences sur le maintien et la restauration de leurs droits.

L'UNESCO l'a bien compris: l'Espéranto poursuit les mêmes buts qu'elle: circulation libre de l'information en général et avance dans les domaines de l'éducation, des sciences et de la culture. Pour cette raison, en 1954 et 1985, cette organisation mondiale a voté deux résolutions attirant l'attention sur les efforts positifs de l'Association Universelle d'Espéranto (UEA).

En 2008, cette association (qui a été fondée à Genève en 1908) va fêter son centième anniversaire. Pour cette raison et pour les raisons expliquées plus haut, elle va être proposée pour recevoir le Prix Nobel de la Paix. Cette démarche ne peut être initiée que par des parlementaires d'Etats reconnus. C'est ce qu'ont fait Mesdames Gisèle Ory, conseillère aux Etats, et Francine John-Calame, conseillère nationale. Il y a quelques jours, leur lettre est partie pour Oslo.

Une conférence de presse réunira au CDELI ces deux parlementaires et Madame Mireille Grosjean, co-présidente de la Société Suisse d'Espéranto. La réunion aura lieu le jeudi 22 novembre à 13h00.

Les Brenets, le 15 novembre 2007
Large diffusion souhaitée sans délai.

CDELI: Centre de Documentation et d'Etude sur la Langue Internationale, Bibliothèque de la Ville, rue du Progrès 33, CH-2300 La Chaux-de-Fonds. Tél. 032 967 68 42.

Contact: SOCIETE SUISSE D'ESPERANTO, CP 9, CH-2416 Les Brenets, Tél. 032 932 18 88, Courriel: mireille.grosjean(chez)rpn.ch

Plus d'informations sur le site:
http://www.kontakto.info/Parlementaires_suisses_proposent_Prix_Nobel_de_la_Paix_pour_Esperanto.html

http://minilien.fr/a0k7o1

- Stefano Keller -
.