Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

FeBelGen prévoit un affaiblissement de la position des génériques et une ardoise supplémentaire de 3

Le Ministre Demotte modifie les modalités de remboursement des PPI (réducteurs de l\'acidité gastrique)



Bruxelles, 7 avril 2005 - FeBelGen, la fédération des fabricants belges de médicaments génériques, souligne que changer les PPI (Proton Pomp Inhibitors ou réducteurs d\'acidité gastrique) de catégorie de remboursement aura des conséquences catastrophiques pour le marché des génériques et entraînera un surcoût important pour les autorités. Le Ministre de la Santé publique Rudy Demotte souhaite en effet faire passer la variante générique des PPI du Chapitre I au Chapitre II. De ce fait, les génériques perdront les avantages liés au Chapitre I, lesquels avaient été obtenus en échange d\'une baisse des prix. FeBelGen redoute que le médecin prescrive à nouveau davantage de médicaments de marque en l\'absence d\'avantages tangibles pour le patient, tels que la dispense d\'une gastroscopie au début du traitement. L\'INAMI sentira nettement la différence dans son budget : un remboursement plus élevé des médicaments de marque, des coûts supplémentaires dus aux gastroscopies obligatoires et des honoraires de spécialistes supplémentaires. Rien que pour le passage des PPI génériques du Chapitre I au Chapitre II, FeBelGen prévoit une augmentation des coûts de 32,5 millions EUR pour l\'INAMI en 2005.



Différence entre le Chapitre I et le Chapitre II

En 2003, les producteurs de médicaments génériques ont négocié des conditions de remboursement selon le Chapitre I pour les PPI génériques. Ces deux dernières années, ces conditions ont permis de dispenser le patient de passer une gastroscopie et d\'alléger les formalités administratives pour le médecin. En échange de ces conditions favorables, les producteurs de médicaments génériques ont baissé leur prix de 60 % par rapport au prix de référence. Selon le Chapitre II, dont feraient bientôt partie les variantes génériques, le patient doit obligatoirement subir une gastroscopie avant de démarrer un traitement et le médecin doit tenir un dossier par patient à des fins de contrôle.



Economies pour les autorités

De plus, les économies générées grâce à un remboursement selon le Chapitre I n\'étaient pas négligeables. Les autorités réalisaient des économies sur les médicaments, les examens, les visites chez les médecins et les spécialistes. En cas de passage des génériques au Chapitre II, quelque 275 000 patients devront se soumettre à des gastroscopies, ce qui représente - à 78 EUR par gastroscopie - un coût de 21 millions EUR. Si les médecins prescrivent des réducteurs d\'acidité gastrique plus coûteux, cela entraînera automatiquement un surcoût de 11,5 millions EUR pour l\'INAMI.

Au total, l\'augmentation du coût se chiffrera à 32,5 millions EUR en 2005 et la facture sera certainement du même ordre pour les années suivantes. Tous ces coûts supplémentaires tombent extrêmement mal dans un contexte où l\'assurance maladie voit ses dépenses progresser de 10 % chaque année et dépasse les budgets d\'un demi-milliard d\'euros.



Position des génériques menacée

Etant donné que le principal avantage pour le patient, à savoir la dispense de passer une gastroscopie, disparaîtra, le médecin continuera à prescrire par habitude des médicaments de marque. C\'est catastrophique pour les producteurs de médicaments génériques qui souhaitaient continuer à accroître leur part de marché dans les années à venir. Ruud van Anraat: \"Je comprends que le Ministre Demotte veuille réaliser des économies et recherche dès lors des pistes pour y parvenir. Toutefois, je ne saisis pas pourquoi il veut supprimer une mesure qui a déjà fait économiser beaucoup d\'argent au secteur des soins de santé et qui en outre s\'avère bénéfique pour le patient, le médecin et le marché des génériques. Il s\'agit à nouveau d\'un coup dur pour les producteurs de médicaments génériques.



Si vous souhaitez une interview téléphonique ou en face à face avec le Président de FeBelGen, Luc Slegers, ou son Vice-Président, Ruud van Anraat, à ce sujet, veuillez prendre contact avec Els Michiels chez Luna.



A propos de FeBelGen

FeBelGen, la Fédération des producteurs belges de médicaments génériques, a son siège à Bruxelles. FeBelGen compte sept membres, à savoir des multinationales appartenant à un groupe pharmaceutique de renommée internationale : Bexal (groupe Hexal), Eurogenerics (groupe Stada), Merck Generics (groupe Merck), Ratiopharm (groupe ratiopharm), Sandoz (groupe Novartis), Topgen (groupe Zambon) et Teva Generics Belgium (groupe Teva). Ils représentent ensemble plus de 85% du marché belge des génériques.

FeBelGen plaide en faveur de la prescription et de l\'utilisation de médicaments génériques et met tout en oeuvre pour que celles-ci augmentent. FeBelGen est l\'un des deux représentants de l\'industrie des médicaments, les interlocuteurs directs de M. Rudy Demotte, Ministre des Affaires Sociales et de la Santé Publique.