Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Paysans, pêcheurs, citadins, festivaliers,… ensemble à Esperanzah! 2006

communiqué de presse

 

Paysans, pêcheurs, citadins, festivaliers,… ensemble à Esperanzah! 2006

 

A Floreffe, les portes de la 5è édition du festival se sont refermées ce dimanche. Après une édition 2005 particulièrement humide, une météo clémente était au rendez-vous 2006. Un cru qui laissera de nombreux souvenirs chaleureux, riche en émotions et empli d’espoir pour un monde où « tout est possible ».

 

Le nouvel aménagement du site a permis une meilleure fluidité tout en garantissant un maximum de convivialité. L’espace Souk coloré aux saveurs enivrantes en a régalé plus d’un. Les travaux des artistes plasticiens ont touché le public, tout comme les animations de rue et leur petit podium de l’espace Souk.

 

Les concerts aussi ont tenu leurs promesses. Moments émouvants et spectacles explosifs se sont succédés entre Cour et Jardin. Au rang des plus remarqués de la scène world, notons Lila Downs, la Fanfare Ciocarlia, Sara Tavares. Elbicho et le projet Desert Rebel ont également captivé les festivaliers. Côté Cour, c’est Balkan Beat Box, X Makeena, Kultur Shock, Camping Sauvach et Dub Incorporation qui ont fait mouche.

 

Le village des enfants n’a pas désempli. Bercé au rythme de la capoiera et des percussions durant deux jours, les petits ont dansé, imaginé, créé.

 

Les campings se sont remplis assez vite, le premier «historique » est resté fidèle à sa réputation et les campeurs des hauteurs ont su préserver le calme familial recherché.

 

Détendu et attentif au message porté par le festival et les associations partenaires, le public a pu approcher la thématique par différentes animations, comme le festival de cinéma. Des films remarquables tels que « The Yes Men » et « Les gens de la rizière » furent nourris de débats exaltants. Le CNCD 11.11.11 a aussi lancé officiellement à Esperanzah! sa pétition en faveur de la Souveraineté Alimentaire, son combat pour les deux années à venir.
Dimanche en début de soirée, la musique de la scène côté jardin a cédé sa place durant quelques minutes à une opération de "sensibilisation". Trois agricultrices de Belgique, du Burkina Faso et du Mali ont témoigné de leur difficulté à nouer les deux bouts dans ce métier. Trois femmes qui refusent les circuits établis et qui s’expriment parce que partager, c’est déjà agir.

Côté fréquentation, il y avait sur le site 6.900 personnes pour le vendredi, 9.600 pour le samedi et autant le dimanche, soit plus de 19.134 entrées payantes sur un total de plus de 26.000 entrées. Voilà qui est annoncé.

 

Nous restons à votre disposition pour partager nos impressions après festival et les prises de vue de nos photographes.

 

L’équipe du centre de presse tient aussi à vous remercier pour la qualité de la couverture réalisée cette année sur le festival. Nous espérons avoir été à la hauteur de vos attentes.

 

 

Une équipe de presse enchantée elle aussi!