Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Association Du Fun Pour Tous en Danger !!

Sauvons l'unique Association qui aide les enfants handicaper sur le temps périscolaire Du Fun Pour Tous est en DANGER !!!!!!
L'Association ce réuni avec plusieurs parents pour ce mobiliser samedi 30/11/2013 à 11h et éviter la fermeture de cette structure qui c'est implanter dans plusieures communes et qui est d'une grande utilité pour des enfants à part qui sont suffisament écarter du milieux scolaire traditionnel.
Merci de lire le communiquer de presse ci dessous et aidez-nous à sauvez cette association simplement en communiquant sur celle-ci pendant les émissions ou journaux télévisés.


Du Fun Pour Tous en Danger !

Parents, Élus, Responsables Politiques, Professionnels du secteur Médico-sociale,

L'association Du fun pour tous, a été créé en mars 2005. Elle est née d'une observation de besoin de prises en charge sur les temps péri-scolaires et vacances pour les enfants en situation de handicap mental. Son objectif principal est donc de prendre le relai au quotidien dans la démarche de soin par rapport à la fermeture des structures spécialisées. Nous ouvrons quand les institutions ferment, le soir en semaine, les mercredis et toutes les vacances scolaires. Nous travaillons en lien avec les équipes de ces structures avec notamment la transmission d'écrits d'observations et la participation à leur réunion de synthèse pour les enfants que nous accompagnons dans nos structures respectives.

Nous proposons donc un mode de garde pour les familles dont les enfants ne peuvent pas ou plus être accueillis sur les structures de loisirs classiques des municipalités. C'est donc leur permettre à nouveau d'avoir des solutions d'accueils comme toutes les familles.

Pour ce faire, nous avons créé un accueil spécialisé dénommé Centre de Loisirs en Inclusion Collective (CLIC). Basé sur le modèle des CLIS. Des éducatrices spécialisées accompagnent des petits groupes de 8 enfants maximum âgés de 5 à 17 ans et plus.
Elles vont utiliser des stratégies éducatives pour continuer à accompagner l'enfant dans ces acquisitions au niveau de son autonomie, de sa socialisation et de son épanouissement.
L'utilisation des loisirs et l'accession à la culture s'avèrent être aussi des moyens ludiques pour mettre en place l'inclusion vers le milieu ordinaire. Après une sensibilisation dans les centres de loisirs locaux, nous observons, depuis plus de 3 ans, que ces temps sont attendus de part et d'autres et que les enfants sans handicap se mettent dans des positionnements aidant spontanément. L'objectif du vivre ensemble et du vivre avec, va d'ailleurs au delà de nos espérances.

Ce concept est né du partenariat avec la ville de Guyancourt en décembre 2008. Dans un premier temps la ville nous a mis à disposition des locaux à chaque vacances scolaires. Puis, la municipalité a souhaité que les enfants vivent et partagent des moments. Un projet que nous voulions mettre en place depuis le départ, et qui nous a donc permis de créé le CLIC en février 2009.

En février 2010, la ville nous a proposé d'emménager dans un ancien centre de loisirs de façon permanente et à titre gracieux. En remerciement, nous proposons des journées de sensibilisation au handicap au personnel de la ville.
Dès lors, les villes de Trappes et Achères ont souhaité que notre association mette en place un accueil similaire sur leur commune.
Une unité CLIC dans un centre de loisirs classique s'est donc ouverte en avril 2010 sur la ville de Trappes.
En juillet 2012, c'est aussi ouvert une unité CLIC sur la ville d'Achères pour les 5-9 ans dans le centre de loisirs Marcel Pagnol. Cette action a été présenté à Mr MORANGE, Député des Yvelines et Maire de Chambourcy.

Plus d'une centaine d'enfants ont été accompagné par nos services depuis presque 9 ans maintenant. Pour l'année 2012, il a eu 84 enfants accueillis pour 24 places disponibles par mercredis et journées vacances et 8 en soirées.
Ils sont principalement orientés par les assistantes sociales des structures spécialisées.

Par ailleurs, nous devenons aussi un lieu ressource pour les services de Placement Familial (Les Tout Petits, la Fondation Méquignon et SOS village d'enfants), les service d'AEMO judiciaires de Versailles et de Coignières (assistance éducative en milieu ouvert) et aussi pour les services de l'Aide Sociale à l'Enfance des Yvelines, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne.
A 70 %, les enfants sont scolarisés en IME, 20 % des enfants viennent d’hôpitaux de jours et du milieu scolaire classique (clis-ulis). Les 10 % restant sont des enfants qui n'ont aucune prise en charge dans le milieu scolaire ordinaire ou spécialisé. Ces enfants sont domiciliés sur 25 communes du département des Yvelines. Nous accueillons ponctuellement des enfants domiciliés dans les Hauts-de-Seine et l'Essonne. Il y a aussi d'ailleurs d'importantes demandes qui émanent du secteurs Mantois que nous ne sommes encore en mesure de couvrir. Les IME des Mureaux, de Carrières-sous-Poissy, l’hôpital de jour et les deux IME de Poissy se sont rassemblés pour que nous essayions de construire ces accueils spécialisés sur leur secteur.

Sur le fonds, nous constatons que cette démarche fonctionne et que l'ensemble de nos partenaires semblent en être satisfaits. Psychiatres et psychologues motivent certaines prises en charge par une nécessité thérapeutique d'accompagnement sur ces temps et nous remercient pour la qualité de nos écrits.

En parallèle, nous accueillons aussi des stagiaires dans le cadre de l'insertion professionnel avec l'association de prévention spécialisée PASSERELLE sur la ville de Guyancourt, dans le cadre des formations des travailleurs sociaux (École de BUC RESSOURCES) et des formations BAFA. Nous organisons également en partenariat avec la DDCS des journées de formation pour les structures de loisirs du département.

Nous essayons de répondre à un besoin de prises en charge grandissant auxquels les municipalités ne peuvent pas toujours faire face. Paradoxalement, le fonctionnement de notre structure restent très complexe.

En effet, la stabilité financière de l'association est plus que précaire. Nous n'avons pas le statut de structure médico-sociale et ne bénéficions pas de financements pérennes. Les parents sont mis à contribution pour les prises en charge de leur enfant ce qui rend encore plus complexe leur quotidien. Nous constatons d'ailleurs que certaines familles baisse la fréquence d'inscription et que d'autres arrête la prise en charge en lien avec cette problématique financière. Cependant il y a une hausse régulière des adhésions.

Malgré l'aide des municipalités de Guyancourt et d'Achères, ainsi celle de la Communauté d'agglomération de Saint-Quentin en Yvelines, de la Préfecture des Yvelines (ACSE), de la DDCS, de la CAF, de fondations (comme Bouygues télécom, Renault ou le CCAH), de l'association ARISSE qui nous prêtes sa flotte de minibus à chaque vacances scolaires et de bénévoles qui collectent de nombreux dons matériels, nous sommes confrontés au quotidien à de grandes difficultés de trésorerie impliquant des amendes fiscales récurrentes. La plus grande partie de notre budget étant alloué à la rémunération de professionnels qualifiés et diplômés nécessaires à cette prise en charge.

Notre objectif pour l'année 2013 était donc de stabiliser le fonctionnement des services existants et de stabiliser la santé financière de l'association . Notre inscription dans le contrat local de santé signé par la Préfecture des Yvelines, l'Agence Régionale de la Santé et la Communauté d'agglomération de Saint-Quentin en Yvelines pour évaluer les besoins en terme d’accueil spécialisé sur les temps péri-scolaires aurait pu nous permettre dans un futur proche,et nous l'espérions, de devenir une structure innovante dans le cadre de la loi de 2005 pour "l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées".

Pour l'heure ces difficultés nous arrêtent dans nos projets en cours de réalisation comme :
la création d'un Accueil Temporaire pour les enfants n'ayant pas de prise en charge ou ayant besoin d'un séjour de rupture avec l'institution dans laquelle ils sont scolarisés. Cette demande nous a été faite par le CAMPS de Versailles et Trappes, le CMP de Guyancourt, Unité Mobile d'Intervention de l’Hôpital Charcot à Plaisir et le Jardin d'Enfants Thérapeutique de Bois d'Arcy,

la création du premier lieu d'accueil enfants parents spécialisé (LAEP) en France pour les 0-5 ans,

ou encore la mise en place de passerelles pour certains enfants que nous accompagnons vers les structures de loisirs classiques.

Aujourd'hui c'est l'existence même de notre association qui se trouve remise en question. Les subventions non allouées, la baisse de la fréquentation et l’arrêt des inscriptions par les familles (en lien avec des coûts financiers trop lourd) ; et par conséquent un montant d'impayés énorme pour une association comme la notre; font que nous risquons de fermer nos portes.

Un premier licenciement a déjà eu lieu et une demande d'activité partielle (1er mesure de sauvegarde des emplois), a été déposé à la Direction Départementale du Travail le 15 novembre dernier. Ces mesures ont pour objectif d'essayer de sauvegarder les emplois de 8 salariés.

Dans la perspective négative où cette demande ne serait pas acceptée ou que la situation financière ne se redresserait pas grâce au soutient des instances publiques, c'est 8 professionnels qui seront licenciés et 84 enfants et leur famille qui se retrouveront sans solution de prises en charge adaptées sur ces temps. Ils seront donc dans l'obligation d'inscrire de nouveau leur enfant sur les accueils de leur commune ou encore d’arrêter leur emploi. Toutes les familles que nous avons rencontré, avant la mise en place d'un accompagnent par nos services, étaient dans ces situations avec un enfant en souffrance car en situation d’échec dans le milieu ordinaire non adapté à sa problématique et un parent ayant stopper son activité professionnelle pour être présent pour son enfant.

Nous sommes donc arrivés à une limite que nous ne pourrons franchir seul. J'en appel donc à votre soutien et à votre mobilisation pour essayer de sauvegarder cette action en faveur des enfants et de leur famille ainsi que des professionnels qui s'y investissent avec toute leur motivation et les "moyens du bord".

Cordialement, Mr GROSVALLET Bruno,
Fondateur et Directeur,01-30-57-17-65/http://www.dufunpourtous.fr/Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

--
Contact Presse:

Du Fun Pour Tous
Bruno GROSVALLET
0130571765
http://www.dufunpourtous.fr
Profil du diffuseur :
http://www.categorynet.com/reseaucategorynet/profile?userid=79590



--

Communiqué envoyé le 30/11/2013 03:51:14 via le site Categorynet.com dans la rubrique Collectivités locales en France

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com

______