Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

LA SEINE-SAINT-DENIS APPELLE SA POPULATION A SE MOBILISER EN SIGNANT UNE CARTE T DESTINEE AU GOUVERN


 


LA SEINE-SAINT-DENIS APPELLE SA POPULATION A SE MOBILISER EN SIGNANT UNE CARTE T DESTINEE AU GOUVERNEMENT.

 
Face aux 80 millions d'euros manquant dans le budget 2005, consécutifs aux transferts de charges financières liées au processus de mise en oeuvre de la « loi de décentralisation » vers les collectivités territoriales, le Conseil général de la Seine-Saint-Denis a appelé les citoyens à se mobiliser.
 
Hervé Bramy, président du Conseil général a présenté lors de la réunion publique « Cartes sur tables ! » du 3 février 2005, une Carte T, intitulée « Envie d'avenir » qui sera diffusée à 600000 exemplaires dans le magazine « Seine-Saint-Denis ». Avec la loi dite de décentralisation, l'Etat renonce à ses missions essentielles et transfère au département d'importantes charges financières. Cette politique libérale conduit au démantèlement de la solidarité et va injustement peser sur les impôts locaux.
Le Département invite donc tous les séquano-dionysiens à signer cette carte demandant au gouvernement :
-          qu'il tienne ses engagements et compense intégralement les charges transférées aux Départements (RMI, Fonds de solidarité logement, routes, personnels techniques de l'Education nationale...)
-           des moyens d'Etat pour l'école, l'emploi, l'habitat, le transport, la santé, la recherche... Des financements prenant en compte les dépenses sociales et l'augmentation de la population.
-          une réforme juste et efficace de la fiscalité, prenant en compte le poids croissant de la financiarisation de l'économie.
 
Outre la diffusion de la carte T via le magazine départemental, Hervé Bramy se rendra dans les principaux lieux publics du département -marchés, gares, centres commerciaux- pour recueillir de nombreuses signatures.
 

Courant mars, les cartes T renvoyées par les habitants seront apportées au Premier ministre à l'Hôtel Matignon.

 
A l'heure où le budget 2005 est en cours d'élaboration, les manques à gagner des transferts de charges se chiffrent déjà à 80 millions d'euros.
La liste des dépenses nouvelles que l'Etat va faire peser sur le budget départemental 2005 est conséquente :
-Différence entre les prestations RMI et les fonds transférés par l'Etat : 48 millions d'euros
-Aide départementale personnalisée d'autonomie (ADPA) : 8 millions d'euros
-Fonds d'aide aux jeunes et Fonds social logement : 5 millions d'euros
-Professionnalisation des sapeurs-pompiers : 1 million d'euros
-Charges nouvelles pour le réseau des transports : 3,5 millions d'euros
-Prise en charge des jeunes mineurs qui arrivent à Roissy : 11 millions d'euros
-Allègement de la taxe professionnelle de la zone aéroportuaire : 5 millions d'euros.
A tout cela s'ajouteront progressivement les conséquences du transfert des personnels techniques des collèges et des routes nationales, estimés à 35 millions d'euros.
 
 

Le budget départemental 2005 sera voté le 15 mars prochain lors de la séance du Conseil général.