Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

DVD Transformers, à lire l'édito de Daniel ICHBIAH

TRANSFORMERS EN DVD chez PARAMOUNT

Le grand retour des robots

Mon premier est un androïde jouet et s’appelle Robosapien. La télécommande en main, il est possible de lui faire accomplir bien des prouesses : danser, jouer au football… Et bien d’autres choses car la bestiole est programmable et les bidouilleurs s’en donnent à cœur joie.
Mon second est un aspirateur autonome et a pour nom Roomba. À peine allumé, il entreprend de cartographier la pièce et s’attaque alors, dans un silence impressionnant à en éliminer les poussières, glissant allègrement sous les meubles… Il est produit par iRobot, une société démarrée par un des plus grands experts de la robotique Rodney Brooks.
Quel est le point commun entre Robosapien et Roomba ? Ce sont les deux premiers hits de la robotique. Il est tellement apprécié qu’il dispose déjà d’une contrefaçon, le Robone Robo produit en Chine. Quant à Roomba, on le trouve aux USA sur les chaînes de téléachat et il a séduit plusieurs millions de foyers.
Hmm… Celui dont la jeunesse a été abreuvée de romans de science-fiction trouvera tout de même que, c’est un peu court, jeune homme. Où sont passés les êtres surdoués dont nous abreuvaient Asimov (dans sa série démarrée en 1938), K.Dick avec Blade Runner (1966) ou même George Lucas ? On les cherche en vain dans notre décor.

Clairement, la fiction audacieuse des années 30 à 60 a été beaucoup plus optimiste que la technique. Amener une entité articulée, dotée de capteurs et de microprocesseurs, à se comporter en simulant une intelligence, a été bien plus complexe que prévu. Il a tout de même fallu attendre 1997 pour qu’un robot puisse seulement marcher et encore aujourd’hui, Asimo, chef de file du lot n’est pas à l’abri d’une chute spectaculaire…
Pourtant, il existe un signe qui ne trompe point… Durant une vingtaine d’années, les œuvres mettant en scène des robots s’étaient raréfiées. Comme si les auteurs avaient réalisé que la réalité peinait à émuler leurs visions. Or, depuis quatre ou cinq ans, les robots reviennent sur le devant de la scène. L’homme bicentenaire (1999), A.I. Intelligence Artificielle (2001), i-Robot (2004) ou le dessin animé Robots (2005) en sont la preuve. La sortie de Transformers en 2007 s’inscrit dans un mouvement de retour en force des créatures artificielles. Rappelons que cette série animée, issue de jouets fabriqués par Hasbro, avait connu le succès dans les années 80 et engendré des ventes historiques de jouets — 100 millions de dollars durant la première année de commercialisation. Quand au film, Transformers, même s’il entre dans la logique des « mecha », un genre de mangas et animes avec des humanoïdes robotisés en armures, entre dans le droit fil de ce qu’avait imaginé Asimov avec des robots capables de protéger l’Homme ¾ même si, dans l’intrigue du film, ils affrontent d’autres robots désireux pour leur part, d’éliminer cette entité « inférieure ».

Ce regain d’intérêt du cinéma pour les robots semble annoncer que cette fois, l’androïde de maison est pour bientôt. Bien évidemment, il se pourrait fort que, à l’instar de Robosapien et Roomba, il ait un rôle beaucoup moins glamour que les modèles imaginés par Asimov. Gageons que le modèle le plus répandu fera les courses, le ménage, changera les draps et lavera la voiture…

Daniel Ichbiah

Auteur de « Robots, genèse d’un peuple artificiel » Minerva – 2005

Sorti en France, en Allemagne et aux USA.