Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

NO PAIN NO GAIN DISPONIBLE EN DVD ET BLU-RAY DÈS LE 15 JANVIER 2014 CHEZ PARAMOUNT HOME ENTERTAINMENT

 

No Pain No Gain retrace l'équipée sanglante d'une bande de losers magnifiques : des body-builders prêts à tout, même au pire, pour extorquer de l'argent à un infâme businessman et vivre le "Miami way of life". Autour d'un casting de gros bras, avec notamment Mark Wahlberg et Dwayne Johnson, Michael Bay, maître de l'action, s'inspire d'un fait divers pour réaliser un film qui transcende les genres : à la fois drôle, trash et décalé. Sur fond de désillusion et avec sa galerie de personnages qui se livrent à tous les excès, cette fable grinçante s'engouffre avec une énergie bouillonnante dans un mélange de loufoquerie et de sauvagerie. Aussi musclé que jouissif, No Pain No Gain débarque sur petit écran en DVD et en combo Blu-ray+DVD le 15 janvier 2014.

À Miami, Daniel Lugo (Mark Wahlberg), coach sportif, ferait n'importe quoi pour vivre le rêve américain et profiter, comme sa clientèle fortunée, de ce que la vie offre de meilleur : maisons de luxe, voitures de course et filles de rêve... Pour se donner toutes les chances d'y arriver, il dresse un plan simple et (presque) parfait : enlever l'un de ses plus riches clients et... lui voler sa vie. Il embarque avec lui deux complices, Paul Doyle (Dwayne Johnson) et Adrian Doorbal (Anthony Mackie), aussi influençables qu'ambitieux.
No Pain No Gain s'inspire de l'histoire incroyable, mais vraie, de ces trois kidnappeurs amateurs qui, à la recherche d'une vie meilleure, se retrouvent embarqués dans une série d'actes criminels
qui dégénèrent rapidement... Mais rien ne se déroule comme prévu .

 

 

QUAND LA REALITÉ DÉPASSE LA FICTION...


« On n'a rien sans rien » : c'est ainsi que pourrait se traduire le titre du film No Pain No Gain, récit des aventures tragico- comiques d'un trio de bras cassés, mais sévèrement body- buildés. Dingues de gonflette, sans le sou, ces anti-héros rêvent d'avoir leur part du gâteau sous le soleil de Floride: vivre la belle vie, pleine de billets verts, de villas de luxe, de bolides clinquants, de belles pépées et autres paradis artificiels. Ils se sont donc mis en tête de décrocher le pactole en kidnappant un businessman, aussi abject que friqué. Et voici nos trois apprentis malfrats embarqués dans une équipée sauvage, qui s'enlise et fait d'eux des meurtriers, égratignant au passage le mythe du rêve américain.

Si cette histoire incroyable de culturistes un brin incultes peut prêter à sourire, la réalité, elle, fut monstrueuse. En effet, No Pain No Gain s'inspire d'un tragique fait divers qui a défrayé la chronique à Miami dans les années 90. Trois adeptes de body-building, rebaptisés "Sun Gym Gang" du nom de leur salle de sport, avaient alors enlevé un riche homme d'affaires, se rendant coupables d'actes d'une violence inouïe : kidnapping mais aussi torture et même double meurtre. Finalement arrêtés, ils ont été condamnés et deux d'entre eux se trouvent aujourd'hui encore dans le couloir de la mort.

Un scénario complètement fou, à la limite du crédible, autour d'un mauvais "bo n plan" prenant des proportions qui dépassent l'entendement et que Hollywood n'aurait jamais osé imaginer. Vivant une partie de l'année à Miami, Michael Bay s'est inspiré de cette histoire pour livrer un film alternant quiproquos loufoques, humour sanglant et ambiance chaotique. En dehors de Dwayne Johnson, qui habitait la ville au moment des faits, les acteurs ont été estomaqués par ce scénario, auquel ils n'ont tout simplement pas cru dans un premier temps, avant de découvrir la réalité !


L'AMERICAN DREAM DANS TOUTE SA SPLENDEUR... ET SA DÉCADENCE

À travers No Pain No Gain, Michael Bay passe au crible la perversion du rêve américain : dans un monde consumériste à l'extrême, quelle est la valeur des choses ? Est-on vraiment plus heureux quand on est plus riche ? Ce thème universel interroge le bon sens, remet en cause la place de l'argent dans notre société et sonde cette volonté d'en avoir toujours plus. Seulement, jusqu'où peut-on aller pour atteindre son but ? Les personnages du film se retrouvent coincés entre un pseudo-gourou, qui ne cesse de répéter « ne soyez pas des losers ! », et ce businessman qu'ils prennent en otage, véritable escroc qui a toujours échappé à la justice. Oscillant sans cesse entre humour et violence, le film déroule le récit d'un rêve américain qui, loin de son rôle d'ascenseur social, se fait destructeur.

D'autant plus que l'univers à part et fascinant du body- building dans lequel baigne le film met en exergue le culte du corps, la dictature de l'apparence, la loi du plus fort... Derrière l'image que renvoient ces personnages, a priori très disciplinés, motivés pour atteindre la perfection physique, se rév èle un esprit à la dérive, dopé aux anabolisants et aux chimères d'un rêve illusoire, aboutissant à un cocktail explosif. Persuadés que leur valeur se mesure à la taille de leurs biceps et à la vitesse qui s'affiche au compteur d'une Lamborghini, ils se font, bien malgré eux, l'écho d'un certain état du monde, qui va droit dans le mur.

Fustigeant la course effrénée au culte de la richesse et de l'apparence, Michael Bay décrit No Pain No Gain comme un mélange entre Fargo et Pulp Fiction : une comédie noire autour de losers grand-guignolesques avec pour toile de fond une violence patinée d'humour décapant. Il signe donc un film différent de ce à quoi il a habitué le public, où légèreté, enthousiasme et énergie sont palpables à l'écran. Grâce à sa maestria technique, il imprime un dynamisme incroyable, donne à des scènes odieuses un côté décalé et fait même preuve d'empathie pour ses personnages, créant ainsi un divertissement jouissif, où tout est vrai... ou presque !


UN CASTING MUSCLÉ

Livrant ici un film plus ancré dans le réalisme, mais dans un esprit toujours aussi punchy, Michael Bay est considéré comme un maître de l'action et du grand spectacle. Il faut dire que sa voie était toute tracée ! Enfant, il attache des pétards à un train électrique pour filmer le déraillement occasionné, mettant carrément le feu à la pièce. À 15 ans, stagiaire de George Lucas sur Les Aventuriers de l'Arche perdue, il décide de devenir réalisateur. Après des débuts dans le vidéo- clip (Meat Loaf, Tina Turner, Lionel Richie...) puis dans la publicité (Nike, Reebok, Budweiser...), il se lance dans le cinéma. La suite, on la connaît : Bad Boys, Rock, Armageddon, The Island et la trilogie Transformers, dont il prépare le quatrième volet pour juillet 2014... Avec Mark Wahlberg en
tête d'affiche !

Dans le rôle de Daniel Lugo, Mark Wahlberg est aussi impressionnant sur le plan physique que dans les nuances de son jeu d'acteur. Et c'est lui le boss du trio ! Prolétaire victime d'un univers consumériste, ce gangster amateur provoque l'empathie, faisant de mauvais choix et embarquant ses complices bodybuildés dans une spirale sans fin. À la quarantaine, Mark Wahlberg a déjà vécu plusieurs vies ! Membre du célèbre boys band New Kids on the Block, il connaît ensuite la délinquance, avant de devenir rappeur sous le sobriquet de Marky Mark, puis mannequin, notamment pour Calvin Klein. Il fait alors ses débuts au cinéma, avant d'être révélé dans Boogie Nights. Devenu « bankable »,
il s'illustre entre autres dans La planète des s inges, Braquage à l'italienne, Les infiltrés (qui lui vaut sa première citation à l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle), La nuit nous appartient, Very Bad Cops, Ted... Retrouvant prochainement Michael Bay dans Transformers 4, il s'investit également dans la production de séries télévisées comme avec Entourage.

On retrouve également Dwayne Johnson dans la peau de Paul Doyle, rôle décalé dans lequel il étale sa musculature phénoménale... et son air béat ! Ex-taulard, qui ne fait pas dans la dentelle, il se laisse influencer facilement et fonce à corps perdu dans cette aventure. Souffrant de ne pas trouver la paix intérieure auprès de Dieu, il apporte un peu d'humanité dans ce monde absurde, trouvant là l'un de ses meilleurs rôles. Catcheur professionnel, comme beaucoup de membres de sa famille (dont sa grand-mère !), il a été dix fois champion du monde poids lourds. Acteur dans l'âme, il débute au cinéma dans Le Retour de la momie, Le Roi scorpion, Bienvenue dans la jungle
et s'apprête à interpréter Hercule dans le film éponyme : un rôle sur mesure !


Quant à Anthony Mackie, alias Adrian Doorbal, il campe un personnage dont la vision du rêve américain crée le contraste avec ses acolytes : il cherche une femme qui l'aime pour ce qu'il est et non pour ce qu'il a. Et le pari n'est pas gagné pour cet impuissant, totalement accro aux anabolisants, qui se « défonce » pour atteindre son but ! Anthony Mackie a débarqué sur grand écran dans 8 Mile aux côtés d'Eminem et a tourné, depuis, avec les plus grands (Spike Lee, Kathryn Bigelow, Clint Eastwood, Jonathan Demme...), se faisant notamment remarquer dans Démineurs.

Enfin, Tony Shalhoub interprète Vi ctor Kershaw, le businessman qui se fait enlever : un personnage complexe, plein de contradictions et particulièrement fascinant. Débutant au théâtre, Tony Shalhoub passe de Shakespeare à des pièces plus légères, avant de percer à la télévision dans les séries Wings et Monk, mais aussi au cinéma avec des rôles décalés, comme dans Barton Fink, Men in Black ou encore Bienvenue à Gattaca.


UN PROGRAMME POUR TOUS : FANS D'ACTION ET D'HUMOUR DÉCAPANT

Sortie : le 15 janvier 2014

NO PAIN NO GAIN Combo Blu-ray + DVD

Le Blu-Ray NO PAIN NO GAIN est disponible en haute définition (Letterbox 2.40:1) • sélection audio : anglais 7.1 Dolb y TrueHD, français 5.1 Dolby Digital, espagnol 5.1 Dolby Digital, allemand 5.1 Dolby Digital, italien 5.1 Dolby Digital, anglais Audio Descriptive 5.1 Dolby Digital • Sous-titres : français, anglais, danois, néerlandais, finnois, allemand, italien, norvégien, espagnol, suédois, anglais pour sourds et malentendants • Durée : 130 min environ.
Interdit aux -12 ans.

Le DVD NO PAIN NO GAIN est disponible en haute définition (Letterbox 2.40:1) • sélection audio français 5.1 Dolby Digital et anglais 5.1 Dolby Digital • Sous- titres disponibles en français, anglais et Néerlandais • Durée : 124 min environ.
Bonus (Blu-ray) : Toujours une histoire vraie : l'affaire fait les gros titres • Un retour aux sources : le point de vue de Michael Bay • Rêveur américain : Daniel Lugo • Complètement fou de Dieu : Paul Doyle • Le sale boulot : Adrian Doorbal • Crime sans victime : V ictor Kershaw • Diamants bruts : décors naturels • La réalité dépasse la fiction : la police.
Bonus (DVD) : Toujours une histoire vraie : l'affaire fait les gros titres • Un retour aux sources : le point de vue de Michael Bay.
PVC: 24, 99 €

NO PAIN NO GAIN DVD

Le DVD NO PAIN NO GAIN est disponible en haute définition (Letterbox 2.40:1) • sélection audio français 5.1 Dolby Digital et anglais 5.1 Dolby Digital • Sous-titres disponibles en français, anglais et néerlandais. Durée : 124 min environ.
Interdit aux -12 ans.
Bonus : Toujours une histoire vraie : l'affaire fait les gros titres • Un retour aux sources : le point de vue de Michael Bay.
PVC : 19,99 €

Relations médias PARAMOUNT HOME ENTERTAINM ENT : FHCOM
Ariane Danezis – Dieynaba Kebe
42, rue des Jeûneurs - 75002 Paris 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / 01 55 34 24 24 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 
www.fhcom.net - Twitter : @Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / 01 55 34 24 24 

 



 

--

Contact Presse:

FHCOM



Profil du diffuseur : http://www.categorynet.com/reseaucategorynet/profile?userid=9167

 

--

Communiqué envoyé le 21/01/2014 12:23:59 via le site Categorynet.com dans la rubrique Cinéma / DVD
Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com/

______