Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse
INA_CATEGORYNET_728x90 Les tisserandes de la Caravelle en sursis !

Les tisserandes de la Caravelle en sursis !

Untitled Document Les tisserandes de la Caravelle en sursis !

Paris, le 9 mai 2005, une expérience originale risque de prendre fin par faute de moyens. En effet il manque 70 000 € aux tisserandes. Cest au cSur de la Caravelle, une citée de Villeneuve-la-Garenne que se situe latelier Mes-tissages. Ce chantier dinsertion créé un 2000, par lassociation Approches 92 permet à des femmes issues de limmigration dintégrer le monde du travail.

Une idée originale
Approches 92, association islamo-chrétienne est née de la rencontre de Michel Jondot et de Saad Abssi. Deux hommes qui oeuvrent depuis 10 ans pour rapprocher les communautés, les religions et surtout lutter contre la misère et lisolement. Pour mettre leurs idées en application Approches 92 sinstalle au cSur de la Caravelle, une citée ghetto de Villeneuve-la-Garenne. Lassociation démarre son action par de laide aux devoirs, puis organise des rencontres avec des auteurs, artistes, calligraphes etc. Et devient ainsi un point de rencontre essentiel de la cité. Jusquà la venue, en 2000, dune anthropologue anglaise, Rosy Colar, qui prépare à lépoque une thèse avec Pierre Bourdieu sur « la socialisation des femmes du Maghreb par le tissage » et installe des métiers à tisser. Un succès. Plus de 150 femmes vont passer derrière le métier à tisser renouant avec des gestes quaccomplissaient, leur mère et grand-mère. Lexpérience se transforme au fil des mois en atelier de tissage puis en chantier dinsertion.

Un pas vers lautonomie
Le chantier dinsertion permet à 5 femmes marocaines, de tisser un lien social en sortant de chez elle mais aussi de se former au métier de tisserande pendant 5 ans, 25 heures par semaine et dobtenir un salaire sur la base du SMIC plus 20% (80% du salaire est pris en charge par létat). Elles suivent également, 4 heures par semaine des cours dalphabétisation et transmettent elles-mêmes leur savoir-faire à des enfants et des adultes. Elles veulent continuer à exercer leur art mais contractuellement laide de lEtat ne peut aller au-delà de 5ans. (Tout en sachant quelles ont déjà bénéficier de deux années supplémentaires). Donc le chantier dinsertion prendra fin au 30 novembre 2005, bien que leur travail ne puisse encore être rentable.

Largent : le nerf de la guerre
Le budget annuel de lassociation est serré : 224 000 €. Les subventions proviennent de la mission ville, de la ville de Villeneuve-la-Garenne, de lInstitut des hauts de Seine, le CCFD ainsi quEcosol. Quand un des partenaires, et non des moindres, le Conseil Général des Hauts de Seine retire ses subventions à hauteur de 15 000 €, quand lInstitut de Solidarité des Hauts-de-Seine cesse de financer les stages organisés par les tisserandes (16000€ par an), quand Mes-Tissages est en attente dun agrément du plan départemental dinsertion dont dépend une demande daide européenne (FSE), cest tout un projet social, un travail de longue haleine et lautonomie de ses femmes qui sont en jeu. Il manque aujourdhui 70 000€ pour continuer laventure et dun parrain pour les soutenir.

Les prochaines étapes
Pourtant des projets Approches 92 nen manque pas !
Le premier projet consiste à trouver des entreprises dont le savoir-faire des tisserandes pourrait intéresser.
Le second projet est de trouver un ou des distributeurs de leurs produits.
Le troisième, ouvrir des stages au Rmiste de la cité de la Caravelle.
Et le dernier et non des moindres, dici fin 2005 ouvrir une maison de cohésion sociale qui rassemblerait des activités de tissages, de calligraphie, des cours darabes, cours dalphabétisation, salon de thé&.Mais ces projets ne seront possibles seulement si Approches 92 tient jusque là.

Contact Presse
Martine Savary
01 42 74 02 38
06 64 25 66 59
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.