Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

L'affaire du dépistage non proposé à temps… volontairement !

L'affaire du dépistage non proposé à temps… volontairement !


Madame, Monsieur,

Veuillez trouver ci-joint la copie d'un manuscrit (actuellement proposé aux éditeurs) relatant un combat résolu, authentique et bénévole de près de 19 ans pour obtenir la simple application vitale d'une mesure de santé publique : la généralisation de la proposition d'un test VIH à l'ensemble de la population française concernée (considérant que depuis 1989 de 30 à 50 000 séropositifs ignorent leur infection).

Cette disposition fut finalement acceptée (sans être, cependant, intégralement appliquée ... ), non sans mal, après 7 actions publiques nécessaires, cela juste un mois, jour pour jour, après une ultime grève de la faim de 21 jours, en août 2010 (« C'est un virage à 90° ! » avait même su reconnaître le professeur Willy Rozenbaum) par la ministre de la Santé Roselyne Bachelot le 6 octobre dernier.

À l'évidence, ces multiples retards pernicieux ont eu, déjà, pour conséquence - rien qu'en France - d'être à l'origine de plusieurs dizaines de milliers de contaminations par le VIH en plus, pour vraisemblablement plus de 5 000 décès en trop (explications p. 136/137 du manuscrit) ; sans omettre, bien sûr, les 11 autres retards tout aussi néfastes (énumérés p. 139/140 du manuscrit) qui furent commis, aussi négligemment que consciemment, du 1er août 1985 (date du 1er dépistage obligatoire : mais uniquement pour les donneurs de sang) au 6 octobre 2010 .

Souhaitant susciter votre intérêt pour cette catastrophe sanitaire laissée depuis trop longtemps sous silence, et me tenant à votre disposition, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l'assurance de ma considération distinguée.

Contact presse :
Franck Mességué
GSM : 06 92 86 59 34
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Documents à télécharger :