Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Libéralisation des noms de domaine : un sujet clos ?

Au dernier trimestre 2008, l'ICANN qui gère la règlementation sur Internet et les noms de domaine, adoptait le projet d'ouvrir le marché des noms de domaine à de nouvelles extensions. Cependant, il semblerait que selon un récent sondage, plus de 60% des chefs d'entreprise déclarent ne pas être informés du fait qu'ils pouvaient détenir leurs propres extensions pour protéger leurs marques.

Le marché des noms de domaine

La protection de marque sur Internet a pris un tournant décisif l'an dernier quand la libéralisation des noms de domaine a été approuvée. Les modalités de dépôt de nouvelles extensions semblent cependant être encore trop floues pour les entrepreneurs, d'où un certain désintérêt, sans compter le montant excessif dont devrait s'acquitter une entreprise pour détenir sa propre extension. A l'heure actuelle, on peut se dire que seuls les grands groupes pourraient détenir les leurs.

L'ouverture des noms de domaine : des inquiétudes fondées ?

Le cœur de toutes les inquiétudes se joue sur les critères d'admissibilité de l'ICANN sur un dossier de dépôt d'extension de nom de domaine et sur les éventuelles dérives. Cependant, étant donné que l'accès à des extensions du type « .marque » semblent être réservées à quelques privilégiés, vu le caractère prohibitif des droits d'entrée, les PME doivent-elles se sentir concernées plus qu'avant ? Sur le fond, il y a fort à parier que peu pourront sauter le pas et détenir leur propre extension de nom de domaine ; par glissement, on peut envisager qu'elles ne seront pas plus sujettes au Cybersquatting qu'avant. La libéralisation des noms de domaine apparaîtrait alors comme un moyen pour les entreprises connues de renforcer la notoriété de leurs marques et de réaffirmer leur présence sur le média Internet.

Protection sur internet : tout est affaire de prudence

Pour l'heure, il n'est pas exclu que certains profitent de cette ouverture pour déposer le nom de vos marques, et ce malgré les mesures drastiques que l'ICANN dit avoir mises en place. Il est donc fortement conseillé de réserver ses noms de domaine aux écritures proches sur les extensions usuelles (.com, .fr, .net, .eu etc) pour se prévenir de certains risques d'usurpation d'identité sur internet et protéger efficacement ses noms. Nom-domaine.fr, de par sa longue expérience sur le marché des noms de domaine a d'ailleurs mis au point un service dédié à la veille de nom de domaine avec sa cellule Hebergeur.net de façon à permettre à ses clients de récupérer leurs noms de domaine détenus par des tiers, ne dépendant bien souvent pas du droit français.

Suivi personnalisé, Conseils pratiques et informations simples sur un domaine complexe, rendez-vous sur www.nom-domaine.fr

NOM-DOMAINE.FR
Contact presse : Marie-Thé Robin
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
http://www.nom-domaine.fr

--
Contact Presse:
Viaduc Nom de Domaine
Marie-Thé Robin
0 892 70 01 47
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
http://www.nom-domaine.fr

--

Communiqué envoyé le 12.06.2009 14:32:58 via le site Categorynet.com dans la rubrique Affaires / Entreprises

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com/

Au dernier trimestre 2008, l'ICANN qui gère la règlementation sur Internet et les noms de domaine, adoptait le projet d'ouvrir le marché des noms de domaine à de nouvelles extensions. Cependant, il semblerait que selon un récent sondage, plus de 60% des chefs d'entreprise déclarent ne pas être informés du fait qu'ils pouvaient détenir leurs propres extensions pour protéger leurs marques.

Le marché des noms de domaine

La protection de marque sur Internet a pris un tournant décisif l'an dernier quand la libéralisation des noms de domaine a été approuvée. Les modalités de dépôt de nouvelles extensions semblent cependant être encore trop floues pour les entrepreneurs, d'où un certain désintérêt, sans compter le montant excessif dont devrait s'acquitter une entreprise pour détenir sa propre extension. A l'heure actuelle, on peut se dire que seuls les grands groupes pourraient détenir les leurs.

L'ouverture des noms de domaine : des inquiétudes fondées ?

Le cœur de toutes les inquiétudes se joue sur les critères d'admissibilité de l'ICANN sur un dossier de dépôt d'extension de nom de domaine et sur les éventuelles dérives. Cependant, étant donné que l'accès à des extensions du type « .marque » semblent être réservées à quelques privilégiés, vu le caractère prohibitif des droits d'entrée, les PME doivent-elles se sentir concernées plus qu'avant ? Sur le fond, il y a fort à parier que peu pourront sauter le pas et détenir leur propre extension de nom de domaine ; par glissement, on peut envisager qu'elles ne seront pas plus sujettes au Cybersquatting qu'avant. La libéralisation des noms de domaine apparaîtrait alors comme un moyen pour les entreprises connues de renforcer la notoriété de leurs marques et de réaffirmer leur présence sur le média Internet.

Protection sur internet : tout est affaire de prudence

Pour l'heure, il n'est pas exclu que certains profitent de cette ouverture pour déposer le nom de vos marques, et ce malgré les mesures drastiques que l'ICANN dit avoir mises en place. Il est donc fortement conseillé de réserver ses noms de domaine aux écritures proches sur les extensions usuelles (.com, .fr, .net, .eu etc) pour se prévenir de certains risques d'usurpation d'identité sur internet et protéger efficacement ses noms. Nom-domaine.fr, de par sa longue expérience sur le marché des noms de domaine a d'ailleurs mis au point un service dédié à la veille de nom de domaine avec sa cellule Hebergeur.net de façon à permettre à ses clients de récupérer leurs noms de domaine détenus par des tiers, ne dépendant bien souvent pas du droit français.

Suivi personnalisé, Conseils pratiques et informations simples sur un domaine complexe, rendez-vous sur www.nom-domaine.fr

NOM-DOMAINE.FR
Contact presse : Marie-Thé Robin
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
http://www.nom-domaine.fr

--
Contact Presse:
Viaduc Nom de Domaine
Marie-Thé Robin
0 892 70 01 47
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
http://www.nom-domaine.fr

--

Communiqué envoyé le 12.06.2009 14:32:58 via le site Categorynet.com dans la rubrique Affaires / Entreprises

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com/

Lire plus sur: http://affaires.annuairecommuniques.com/2009/06/liberalisation-des-noms-de-domaine-un.html