Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

LE SOLEIL DE LA DISCORDE

Le Droit d’Auteur au cœur du débat
LE SOLEIL DE LA DISCORDE

Le célèbre Designer Mattia Bonetti sort du silence dans le conflit qui l’oppose au Groupe Ricard, alors qu’il en est à l’évaluation du préjudice qu’il estime avoir subi dans un litige commencé, à son encontre, en octobre 2005. Selon Mattia Bonetti : « Ce type de litiges ne correspond pas à ce que j’attendais du groupe Ricard, notamment compte tenu de mes relations passées avec la famille Ricard et à leur position connue de mécène».

Le Soleil de Garouste & Bonetti orne le devant de chaque bouteille du célèbre pastis, ainsi que de très nombreux éléments de communication et de publicité de la marque

La querelle entre l’Artiste et le groupe de spiritueux a été ouverte lorsque celui-ci a remarqué que son célèbre SOLEIL présent sur toute les bouteilles de pastis de la marque Ricard avait fait l’objet d’une exploitation intensive au delà, selon lui, des accords de cession globale, et surtout que ledit SOLEIL ne portait systématiquement aucune signature (à l’exception de celle apposée sur la bouteille jaune, haut de gamme de la marque, dite PREMIUM ou 3ème MILLENAIRE).

La bouteille PREMIUM a été dessinée par Garouste & Bonetti pour la célébration du jubilée de la création de la marque.

Le procès engagé en octobre 2005 par Kréo* - ancien agent de Mattia Bonetti – s’est vite révélé être une défense - en abîme - face aux demandes répétées de l’artiste portant sur les contrats passés en son nom par cet ancien agent et Ricard, Mattia Bonetti demandant alors depuis quelques mois quels contrats auraient autorisé Ricard à développer industriellement la fameuse bouteille jaune « PREMIUM », créée par Garouste & Bonetti pour une opération limitée de Ricard, et devenue depuis lors – dans sa version en verre - un best-seller grand public**.

Lors des échanges entre Mattia Bonetti, Kréo et Ricard, il est apparu que l’agent Kréo avait en effet informé dès fin 2004, la Direction marketing de Ricard, et confirmé par courrier en date du 4 avril 2005, que « nous ne signerons pas le projet de contrat transmis pour la bouteille Premium », et que « les conditions notamment financières n’ont pas été approuvées par les Créateurs ».
La querelle a rebondi lors de la présentation des arguments de Ricard, qui invoque un barème de prix payés à d’autres designers pour des modèles moins connus, admettant le principe de fortes royalties mais en excluant Garouste & Bonetti… Ricard, tout en soulignant son rôle de mécène, allant jusqu’à prétendre avoir fait la réputation du duo Garouste & Bonetti en les faisant entrer dans les collections du musée d’Art Moderne de Beaubourg… où leurs œuvres figuraient pourtant déjà depuis plus de dix ans…

Elizabeth Garouste, sa partenaire de l’époque, partage la préoccupation de Mattia Bonetti quant à l’atteinte au nom et à l’image du fait de ces exploitations industrielles anonymes à grande échelle.

Mattia Bonetti rappelle dans ses arguments que les œuvres du duo Garouste & Bonetti pour l’industrie avaient une cote largement supérieure au prix pour lequel ses droits avaient été mobilisés par l’agent Kréo, et revendus par ce dernier à Ricard***.

Mattia Bonetti demande ainsi aujourd’hui la révision de l’ensemble des contrats depuis la célèbre « Carafe SOLEIL », tirée à plusieurs millions d’exemplaires, les horloges, cendriers… jusqu’à l’obtention de royalties sur la bouteille jaune en verre dite « Créateurs » .

Ricard d’une part et Kréo de l’autre contestent cette argumentation, et il appartiendra aux Tribunaux de trancher le litige. La décision, dont on ne saurait préjuger, est attendue en principe pour l’automne 2008.

...........................................
* Le créateur mondialement reconnu pour son design a fait l’objet d’une procédure pour rupture de son contrat par l’agence Kréo en date du 13 octobre 2005. Rappelons-le, Mattia Bonetti se trouve aujourd’hui poursuivi par l’Agence Kréo pour rupture de son contrat et il appartiendra aux tribunaux de trancher.
** Le Groupe Ricard revendique 1.2 million de bouteilles jaunes en verre « Créateurs » vendues, avec une progression annuelle de +15%, rappelant que le contenant (70cl) vendu pour le même prix que la bouteille standard (1 litre) était réduit de 30%.
*** On se rappelle que la charte visuelle créée pour Christian LACROIX dont le Logo du Couturier et le bouchon de corail du flacon de parfum « C’est la Vie », dessinés et cédés par « Garouste & Bonetti » avaient à l’époque – et bien avant les contrats RICARD, fait l’objet d‘une cession à un prix record révélé par la Presse américaine.
…………………………………………
Idées & Patentes / Communication :
Gilles de Montrichard
Tel. : 33 (0) 1 53 27 64 04
Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Business Agent to Mattia BONETTI : Pascal ALCAN-LEGRAND