Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Le secteur bancaire est à un tournant sur la voie du SEPA, selon Pegasystems

Selon Pegasystems Inc., l’un des principaux fournisseurs de technologies d’unification des processus et des règles métiers, le secteur bancaire se trouve à un tournant sur la voie du SEPA (Single European Payment Area, zone de paiement européenne commune) dont la mise en œuvre est prévue en 2010.



Jeremy Payne, directeur commercial de Pegasystems, pense que le secteur bancaire « est confronté à une double problématique d’accroissement des coûts et de perte de revenus. Non seulement il sera sans doute extrêmement coûteux de mettre en place des infrastructures de paiement conformes aux nouveaux systèmes de compensation et de règlement au sein de la zone Euro, mais il en résultera également une réduction d’une source majeure de revenus actuels. »



Les dernières études de marché confirment ce point de vue. L’EFMA (European Financial Management & Marketing Association), par exemple, estime que les banques dépenseront au total 3 milliards d’euros pour leur mise en conformité SEPA au cours des cinq prochaines année. Pour sa part, l’étude World Payments Report 2005 prévoit que les banques de la zone Euro enregistreront un manque à gagner de 18 à 29 milliards d’euros lors de l’entrée en vigueur du SEPA en 2010.



En outre, le World Payments Report souligne que plus de 40% des instruments de paiement ne seront pas conformes à la date d’échéance de janvier 2010, alors que de nombreux acteurs du secteur considèrent le SEPA comme un projet à haut risque, assorti de délais irréalistes.

« Cependant, en dépit d’un grand nombre d’incertitudes et d’un renchérissement des coûts, la conformité SEPA peut offrir aux banques des opportunités de renforcer leur compétitivité », affirme Jeremy Payne, « car le SEPA ne fait qu’accélérer une tendance existante à la réduction des coûts par des gains d’efficacité dans les processus. »



Réponse personnalisée

Dans le cadre de la planification SEPA, la question de l’atténuation des coûts pour la préservation de la rentabilité revêt une importance particulière. « Ici, la capacité à atteindre un taux maximal de STP (Straight Through Processing) – une réduction du traitement des exceptions par une gestion des processus métiers à base de règles – aura probablement un impact spectaculaire sur les coûts d’exploitation », précise Jeremy Payne.



« L’avantage essentiel par rapport à une démarche traditionnelle est que les solutions à base de règles ne codent pas “en dur” la logique métier et les points d’intégration, mais s’appuient plutôt sur des règles souples de décision et de processus pour favoriser le changement. Une solution logicielle de ce type peut ainsi réutiliser des règles et processus communs à toute l’entreprise, tout en englobant les spécificités de toute banque et en offrant une réponse véritablement personnalisée – dans un délai très court – au bénéfice de l’entreprise comme du client. »





L’expérience récente de Pegasystems montre que des systèmes à base de règles engendrent des gains d’efficacité de plus de 30% dans les processus métiers, se traduisant directement par d’importantes économies et améliorations du service client. « Les banques pourront ainsi non seulement optimiser leur compétitivité globale », estime Jeremy Payne, « mais aussi mieux se positionner pour faire face à toutes les exigences à mesure que le reste du puzzle SEPA se mettra en place. »