Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Parti de rien, il créé un groupe générant près de 4 millions d’euros

Centre services

Parti de rien, il créé un groupe générant près de 4 millions d’euros

 

Portrait d’un entrepreneur parti de rien, ayant créé un groupe générant près de 4 millions d’euros

 


A 29 ans à peine, sans formation ni étude particulière, Benjamin Assous crée sa première entreprise dans le secteur des services à la personne avec seulement 10 000 €. Aujourd’hui, son groupe génère près de 4 millions d'euros et prévoit 10 000 000 d’euros dans les années à venir.

Cet entrepreneur 100 % self-made man jure qu'il ne faut pas redouter la crise lorsque l’on croit en soit et qu’on applique les bonnes recettes. Il n'est pas passé par le schéma habituel des Grandes Ecoles mais par la force du travail et du courage, il s’est créé une vie de liberté et d’indépendance sans l’aide de rien ni personne.


Que représente aujourd’hui votre groupe ?
Centre Services c'est aujourd’hui :
> 4 000 000 € de CA avec 20 % de croissance en 2013
> environs 10 nouvelles agences ouvertes chaque année
> + 2000 clients réguliers et 500 salariés

Pourquoi avez-vous créé votre entreprise ?
A l’origine d’une entreprise, il y a le rêve d’un entrepreneur, partir d’une idée et avec une forte volonté et de l’ambition, créer une entreprise viable. L’enthousiasme ainsi qu’une bonne dose d’énergie positive m’ont extrêmement aidé dans cette aventure.

Pour quelles raisons l’entreprise a si bien démarré ?
Je n’avais aucune expérience dans entreprenariat, j’ai ainsi tout appris « sur le tas » comme on dit. Du coup, j’ai certainement fait toutes les erreurs possibles dans la gestion d’une entreprise mais cela ne m’a jamais déstabilisé pour autant car j’ai toujours fait en sorte de ne pas les reproduire et d’évoluer au fur et à mesure. Par la force des choses, j’ai bien fini par atteindre mes objectifs de départ : créer une entreprise rentable.

Comment avez-vous fait pour faire évoluer votre entreprise ?
Après le démarrage, j’ai accentuer le développement grâce au lancement de l’activité sous forme de franchise. Là aussi, le démarrage fut calamiteux car la franchise est un univers totalement différent de celui de l’entreprenariat : c’est celui des réseaux. J’avais aussi envie de partager cette aventure avec d’autres entrepreneurs motivés par la réussite. Le bilan fut un excellent choix stratégique car c’est le pôle franchise qui pousse aujourd’hui le groupe. J’apprécie tout particulièrement ce modèle de développement car il est totalement en phase avec notre époque : moderne et rapide.

Quels sont vos critères de sélection des franchisés ?
Il faut est être sûr de son envie d'entreprendre et de se lancer à son compte ; c'est là la première vraie condition ! Ensuite, des compétences commerciales, de gestion, rh ainsi que managériales sont impératives.

Quel est le bon moment pour entreprendre ?
C'est toujours le bon moment dès lors où l’envie et la motivation sont réunis. Contrairement à un investisseur qui lui va plutôt être analyser des critères mathématiques, environnementaux, sociaux-économiques, etc. ; un entrepreneur a cette liberté de pouvoir se lancer quand il croit en lui et se sent capable de réussir.

Quelles sont les difficultés que vous avez dû surmonter ?
La première fut celle d’être entendu et compris par les partenaires financiers. N’ayant pas fait d’étude et très peut de fonds, pas facile d’être pris au sérieux. Je me suis fait claquer la porte au nez plusieurs fois. La seconde bien plus difficile pour mon cas fut de savoir bien s’entourer. C’est bien plus facile à dire qu’à faire. Arrivant tout droit de province, je n'avais hélas aucun contact en plus du fait de ne pas connaître mon environnement. Il a fallu aussi que je m’adapte très rapidement à tout cela.

Avez-vous le complexe « Pas d'étude, pas de formation » ?
Non, j’ai toujours su que je ne devrais pas compter sur des beaux diplômes pour assurer mon avenir et je n’ai pas honte d’être sorti du système scolaire à 15 ans. En même temps, j’ai toujours eu la conviction que cela ne m’empêcherait pas de réussir. D’autres difficultés bien plus coriaces sont intervenues après cet échec scolaire, mais au final, c'est aussi grâce à tous ces événements que j'ai évolué dans mes choix ; je peux même affirmer qu'ils m'ont apporté beaucoup. Plus l'épreuve est rude, plus l’apprentissage est important. Les passages difficiles forcent à prendre de la hauteur et à mettre les choses en perspective.

Quelles sont vos ambitions aujourd'hui ?
Mon ambition est de continuer de développer le groupe afin de mailler le territoire national et de faire de Centre Services un acteur majeur. Le marché est de 17 milliards d’euro, il y a de quoi faire.

Un dernier conseil en deux phrases
Sachez entretenir la motivation… Et poursuivre vos rêves !

Contact presse :
Centre Services
Benoît Petin
Tél.: (+33)6 23 05 46 39
Mail : petin.benoit@gmail
http://centreservices.fr