Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

A2iA poursuit sa contribution au dvpt économique des PME-PMI en France

COMMUNIQUE DE PRESSE
Paris, le 8 février 2005

A2iA poursuit activement sa contribution
au développement économique des PME-PMI en France

Déjà membre de CroissancePlus, A2iA annonce sa récente adhésion au Comité
Richelieu et témoigne de son implication dans les mesures destinées à
encourager la croissance et l’innovation des PME françaises.


A2iA, PME française spécialiste de la reconnaissance intelligente de
l’écriture manuscrite cursive et imprimée, participe aux réflexions du
Comité Richelieu - Association Nationale des PME de Haute Technologie - et
confirme ainsi sa volonté de contribuer aux réflexions concernant le
développement et la croissance des PME-PMI françaises.

Jean-Louis Fages, Directeur Général d’A2iA se félicite de la fusion
ANVAR-BDPME et espère que d’autres initiatives de ce type verront le jour,
afin d’offrir un seul point d’entrée aux PME-PMI.

En revanche, Jean-Louis Fages regrette que le vivier de créativité français,
constitué en grande partie par les PME de moins de 100 salariés, ne puisse
pas s’épanouir à sa juste valeur. Par manque de financements et de support
institutionnel organisé autour de plateforme unique, ces PME ne peuvent pas
atteindre la taille nécessaire (CA, effectif…) pour remporter des marchés
avec les grandes entreprises et administrations françaises ou étrangères.
Les petites PME devraient pouvoir bénéficier d’un véritable accompagnement
des organisations institutionnelles mais aussi des banques et des sociétés
de Capital Risque, comme en Allemagne ou aux Etats-Unis où les investisseurs
n’hésitent pas à accompagner les entreprises quelle que soit leur taille,
pour favoriser leur croissance.

Par ailleurs, si A2iA se félicite des solutions fiscales qui lui ont permis
d’embaucher de nouveaux chercheurs ces deux dernières années, Jean-Louis
Fages propose que des mesures de défiscalisation des PME-PMI soient prises
en faveur de l’investissement dans la Recherche et l’Innovation ou à
l’exportation.

Enfin, pour Jean-Louis Fages, il est impératif de développer plus largement
les partenariats entre les laboratoires d’Universités, les centres de
recherche et les entreprises, qui constituent Outre-Atlantique, depuis déjà
de nombreuses années, un vecteur fondamental du développement de
l’innovation au service des entreprises. Il devient urgent que les
directeurs de laboratoires universitaires prennent contact avec les
entreprises, ce qu’ils ne font pas assez aujourd’hui


Relations de presse:
H&B Communication
Marion Molina - Christine Duchêne
Tel: 01 58 18 32 46
Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.