Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Le fonds en euros de Dynavie affiche un rendement net de frais de gestion de 4 % en 2008

Le taux de rendement du fonds en euros de Dynavie a été fixé à 4 %. Les sociétaires souscripteurs d’un tel contrat bénéficient d’un taux garanti brut égal à celui servi sur le Livret A de la Caisse d’Épargne ; celui-ci s’est élevé à 3 % jusqu’au 1er février 2008, date à laquelle il a été réévalué à 3,5 %, puis à 4 % depuis le 1er août 2008. Le fonds en euros de Dynavie affiche un rendement net de frais de gestion de 4 % en 2008


Nous vous informons que le taux de rendement du fonds en euros de Dynavie a été fixé à 4 %. Les sociétaires souscripteurs d’un tel contrat bénéficient d’un taux garanti brut égal à celui servi sur le Livret A de la Caisse d’Épargne ; celui-ci s’est élevé à 3 % jusqu’au 1er février 2008, date à laquelle il a été réévalué à 3,5 %, puis à 4 % depuis le 1er août 2008.
Le taux de 4 % annoncé pour Dynavie s’entend net des frais de gestion ; il est donc supérieur au taux garanti.


Une gestion d’engagements à moyen et long terme

Pour en apprécier le niveau, sans doute convient-il de rappeler le cadre dans lequel sont gérés les avoirs de ce fonds, et les règles que s’est fixée la Mutuelle d’assurance pour en distribuer les revenus.
Capma & Capmi a en effet pour ligne de conduite de distribuer au titre d’une année donnée la quasi-totalité des plus-values et revenus générés au cours de cette année. Il n’existe de ce fait pas de réserves « matelas » qui permettraient soit de compenser les moindres résultats pouvant être enregistrés dans le futur, soit d’attirer de nouveaux versements en offrant des taux améliorés... Cette pratique, présente chez certains opérateurs, pénalise les assurés les plus anciens au profit des nouveaux mais permet d’annoncer des taux de rendement irréalistes au regard des rendements des différentes classes d’actifs et en particulier des actions ou des obligations convertibles. Une telle démarche commerciale apparaît incompatible avec le respect des règles qu’implique une gestion d’engagements à moyen et long terme.


En toute transparence

En second lieu, la logique de distribution voulue par la Caisse se traduit par le fait qu’en fin de chaque exercice, la valeur comptable des actifs des cantons en euro est proche de leur valeur de marché. La dégringolade des marchés financiers durant 2008 n’a donc pas permis d’extérioriser des plus-values, d’une part parce qu’il n’en existait pas à l’état latent au 31 décembre 2007, d’autre part parce que l’évolution des marchés n’en a pas fait apparaître. Or ces plus-values ont beaucoup contribué aux performances du fonds en 2005, 2006 et 2007. On ne peut donner ce qui a déjà été distribué.
Les différents commentaires qui ont accompagné ces dernières années l’annonce des résultats des contrats, présentaient aux sociétaires, en toute transparence, les conditions dans lesquelles les taux de rendement des fonds en euros avaient été obtenus. Notamment, la contribution des Sicav obligataires et des obligations convertibles (près de 14 % du fonds en euros) et des actions (près de 6 % du fonds en euros) a été tout particulièrement soulignée. Il apparaît dès lors évident que, si près de 20 % du portefeuille « rapporte » 0 % (sans évoquer ici les provisions que la baisse des marchés va imposer de constituer), le taux de rendement du fonds soit en baisse de plus de 20 % par rapport à l’exercice précédent.


La performance annuelle moyenne nette du fonds à 4.68 % sur 5 ans

D’une manière générale, dans ce contexte de crise grave, dans lequel l’entreprise se refuse à manipuler les comptes ou travestir la réalité pour attirer de la collecte nouvelle, les sociétaires se voient servir au titre de 2008 un taux qui porte la performance annuelle moyenne nette du fonds à 4,57 % sur trois ans et à 4,68 % sur 5 ans.
Nous l’avons dit à de très nombreuses reprises, seule la durée doit permettre d’apprécier la qualité d’un contrat. Mais au-delà du taux de rendement, il convient avant tout d’apprécier avec quelles règles éthiques et déontologiques celui-ci a été déterminé. Seules ces règles constituent de réels gages de pérennité pour l’avenir.

Dynavie, contrat d’assurance vie multisupports, a été créé à la fin de l’année 1997 par la société mutuelle d’assurance vie Capma & Capmi, adhérente de Monceau Assurances. Le produit a été constamment enrichi depuis, notamment par l’adjonction en 2004 d’un mécanisme d’investissements programmés, d’un système de dynamisation des revenus en 2006 et par l’élargissement continu de la gamme des fonds accessibles grâce au contrat, y compris des fonds profilés.

Aujourd’hui, les sociétaires peuvent accéder à 13 fonds (inchangés en 2008) :

- un fonds en euros, à capital et taux garantis,
- huit supports d’OPCVM :
- Monceau Performance, à dominante obligataire,
- Monceau Convertibles, un fonds d’obligations convertibles,
- 5 fonds actions (Monceau Sélection France Europe, Monceau Sélection Internationale, Monceau Ethique, Monceau Europe Dynamique,
Monceau Sélection Plus),
- 1 fonds de gestion de trésorerie, permettant, dans le cas d’une option pour des investissements programmés, une rémunération dans le
cadre fiscal de l’assurance vie des versements en attente,
- un support immobilier, exprimé en parts de la SCI Monceau Investissements Immobiliers, qui gère un patrimoine d’immeubles de bureaux bien réparti sur Paris, la région parisienne et les grandes métropoles régionales,
- 3 fonds à gestion profilée (Prudence, Equilibre, Dynamique).


En 2006, Capma & Capmi, répondant ainsi aux souhaits exprimés par ses sociétaires, a réduit de moitié les taux de frais applicables aux arbitrages entre supports en unités de comptes (autre que la SCI) et du fonds en Euros vers les autres supports (autre que la SCI également).

Enfin, les souscripteurs bénéficient d’une garantie complémentaire en cas de décès, dont le coût est inclus dans les frais annuels de gestion de contrat, pourtant déjà parmi les plus faibles du marché.


La nature du contrat en détail

Contrat d’assurance vie multisupports, créé en 1997.
Encours sous gestion fin 2008 : 675,5 M€, soit + 9,5 % par rapport à 2007
Versement minimum à la souscription : 600 euros.
Frais sur versements : 5 % maximum; taux de chargement moyen réel : 2,20 % en 2008.
Frais de gestion annuels : 0,54 % y compris le coût de la garantie décès complémentaire.
Rendement net de frais de gestion du support euros : 5,60 % en 2001, 5,02 % en 2002, 5,01 % en 2003, 4,80 % en 2004, 4,90 % en 2005, 4,85 % en 2006, 4,85 % en 2007, 4 % en 2008 (Taux garanti annuellement : taux du Livret A de la Caisse d’Epargne pendant les huit premières années du contrat).
Rendement cumulé * sur cinq ans (à fin 2008) : 25,69 %

* net de frais de gestion et avant prélèvements sociaux




Contact Presse :
Personne de contact pour les journalistes :
Piekarski Lauren
Chargée de Relations Presse
Didier Gras Communication
03 20 63 82 57
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
http://www.didiergras.com


Ce communiqué a été diffusé par et sur Categorynet.com (http://www.categorynet.com).
Ce communiqué de presse porte la référence JGBSR7JN