Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

L’usage des expertises médicales

Les expertises médicales constituent une des étapes essentielles de l'indemnisation, qui vous régularisent vis-à-vis de votre assurance, en donnant des précisions sur l'évolution de votre situation et en conditionnant le versement de provisions. Juste après votre accident, vous serez convoqué à une expertise réalisée par un médecin expert désigné par l'assurance adverse ou par votre propre assurance. Cette première expertise sert à donner à l'assureur une première évaluation de vos préjudices et estimer déjà leur évaluation financière. Dans tous les cas, il est primordial lors de ces expertises d'être assisté par un médecin sans aucun lien avec les assurances appelé aussi « médecin de recours ».

Dans quels cas une expertise médicale est-elle demandée ?
Si vous avez eu un accident (de la route, du travail, sur la voie publique, etc.), vous avez droit à la réparation intégrale du préjudice que vous avez subi. La compagnie d’assurances va chiffrer sa proposition d’indemnisation en fonction de votre situation physique. Elle réclame donc une expertise médicale, la demande peut aussi émaner d’une mutuelle ou de la Sécurité Sociale pour établir le degré d’incapacité qui se résulte d’une allocation. Comprenez bien que ce médecin, qu’il soit expert ou conseiller, ne vise qu’à évaluer vos dommages corporels pour en chiffrer les conséquences financières.

Quels sont les problèmes que peut poser cet examen ?
On peut dire qu’il existe un barème de droit commun sur la « classification des souffrances endurées », mais rien de précis scientifiquement. Sauf pour une commotion cérébrale, une entorse du genou, une plaie, un hématome ; le traumatisme peut être jugé « très léger », « léger », « modéré », « moyen », « assez important », « important », « très important »... Il arrive que des diagnostics soient mal faits ou erronés, par désintérêt ou incompétence, avec pour résultat dont vous serez moins bien indemnisé. Donc, il vous faut demander l’avis d’autres médecins par vos propres soins. Cela prendra le temps qu’il faut, mais le délai de prescription du recours en justice dure dix ans à compter de la consolidation.



--
Contact Presse:

RECOURS AUTOMOBILE & FISCAL

04 78 83 73 70
recours-automobile.com
Profil du diffuseur :
http://www.categorynet.com/reseaucategorynet/profile?userid=57579



--

Communiqué envoyé le 08.01.2013 09:03:28 via le site Categorynet.com dans la rubrique Assurances

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com

______