Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Passé et Futur dans le Présent de l’Architecture Maya

Le 6 février 2007 l’exposition Passé et Futur dans le Présent de l’Architecture guatémaltèque sera inaugurée sur le Toit de la Grande Arche en plein cœur du quartier d’affaires de Paris la Défense.

Du 6 février au 23 avril 2007, le Toit de la Grande Arche ouvre son espace au monde architectural guatémaltèque. « Passé et Futur dans le présent de l’architecture guatémaltèque » a pour but de présenter les réalisations architecturales à travers trois époques de la civilisation (Maya, coloniale et moderne), et de mettre l'accent sur un futur émergent, qui se profile dans les œuvres et projets. Elle reflète l’histoire sociale de l’architecture et de l’urbanisme en tant qu’organisateurs des espaces publics et privés, des relations sociales et de la civilisation urbaine.

Organisée sous le Haut patronage de l’UNESCO, du Centre du Patrimoine Mondial, du Président de la République du Guatemala et de son gouvernement, de l’INGUAT (Institut Guatémaltèque du Tourisme), de la municipalité du Guatemala et des entreprises privées du Guatemala.

Le retour de la paix sera mis à l’honneur à l’occasion du vernissage. En effet, ce sera l’occasion de fêter le dixième anniversaire des Accords de Paix, dont une photo trônera dans le Salon Central, à côté de la mention « Arche de la Fraternité » gravée dans les murs du monument. Le Président de la République, Monsieur Oscar Berger Pedromo, nous assure de son soutien et a placé cette manifestation comme l’évènement majeur de l’année 2007 pour le Guatemala. Madame Rigoberta Menchu, Prix Nobel de la Paix, nous honorera de sa présence à cette occasion.

Zoom sur l’exposition

Dans l’architecture Maya, les espaces d’habitation, sont pensés comme espace collectif, où le centre des relations humaines est défini par des unités résidentielles, organisées en fonction des « patios » qui sont les articulations de la convivialité quotidienne intégrée étroitement avec ce qui pourrait être désigné comme centre d’activité publique et rituel.

L’architecture coloniale et baroque est représentée à travers les photographies d’Antigua Guatemala. Ville du XVII° siècle dont la splendeur et la grandeur furent dévastés par un tremblement de terre, ce qui induisit une nouvelle épopée sociale et architecturale.
Au sein de l’exposition, certaines images représentent le quotidien vécu par les sociétés rurales guatémaltèque, qui constituent, encore aujourd’hui un pont entre ces trois grandes époques, Maya coloniale et contemporaine, de l’histoire du Guatemala.

Le Présent et le Futur de l’architecture guatémaltèque est mis en scène à travers les œuvres de 10 architectes, témoignage du renouveau culturel et urbain, qui se développe au Guatemala et dont ils sont, tout en participant à son évolution, les principaux témoins.

Pour plus de détail voir le site consacré à l’exposition : http://www.expoadeguate.com/

Zoom sur le Guatemala


Le Guatemala est un pays d’Amérique latine situé au sud du Mexique. Ce pays recèle des trésors restés intacts , notamment le site Maya de Tikal enfoui dans la jungle, les marchés colorés de Chichicastenango, le lac d'Atitlan, entouré de volcans majestueux, de villages typiques et la ville coloniale d'Antigua. Le pays est soumis à une forte influence de la culture Maya, de l’époque coloniale mais a su évoluer vers un monde moderne, comme le témoigne les réalisations architecturales présentées lors de l’exposition.

Le pays est un grand producteur de café. Le café (plantation terroir dégustation arts de vivre) est au Guatemala, ce que le vin est à la France. Le pays produit un Rhum qualifié par les experts de meilleurs du monde. A l’occasion de l’exposition des dégustations découvertes seront proposées.

Zoom sur les Accords de Paix


1821 marque la date de l’indépendance du Guatemala. Pendant plus d’un siècle, nombre de dictateurs vont se succéder, garantissant via l’United Fruit Company, l’hégémonie américaine (la doctrine Monroe). En 1945, le nouveau président élu instaure un Code du Travail et le droit de grève. 10 ans plus tard, son successeur décide d’instaurer une taxe sur les exportations et une réforme agraire, entraînant la cession d’une partie des terres de l’United Fruit Company. En réponse, un coup d’Etat renverse le régime. La Guérilla commence à s’organiser. Durant 36 ans, le pays vivra une politique de confrontation et de guerre interne. En 1986, le pays redevient démocratique grâce aux pressions paysannes. En 1994, l’ONU s’engage dans un processus de paix qui aboutira à la signature des accords de Paix le 30 décembre 1996.

Le contenu de l’accord


Le processus des accords de paix est un moment entre les forces politiques, le gouvernement et la guérilla, qui permet une réflexion sur réalité nationale en vue de la signature d’une convention pour une société plus juste, prenant en compte tous les groupes sociaux délaissés.


Zoom sur Madame Rigoberta Menchù


Rigoberta Menchù Tum est née en 1959. Elle a commencé à travailler dans les fincas (domaines agricoles) à l’age de 5 ans. Elle participe aux Nations Unies à la préparation d’une déclaration sur le droit des peuples autochtones, dés 1991. Elle est nommée Prix Nobel de la Paix 1992 « en reconnaissance de son travail pour la justice sociale et la réconciliation ethnoculturelle basées sur le respect pour les droits des peuples autochtones ». En 1993, elle est nommée Ambassadrice de bonne volonté à l’UNESCO. Désormais elle est Ambassadrice des accords de paix du gouvernement guatémaltèque.



TOIT DE LA GRANDE ARCHE
Relations Presse- Aurore Beuque – Tel : 01 41 97 42 93- Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.