Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

federation des vtc

CSNERT – Fédération des VTC 26/06/2015
Communiqué de presse

La Fédération Nationale des VTC (CSNERT) apporte des clarifications
suite aux incidents du 25 juin avec les taxis

Devant l’actualité de grève violente des Taxis, la Fédération Nationale des VTC – CSNERT, tient à apporter certaines précisions afin d’éviter les amalgames faits au détriment de la profession.
Nous condamnons fermement les violences et vandalismes qui ont eu lieu contre les VTC légaux, exerçant dans le cadre de la loi, et qui vivent en harmonie depuis quatre siècles avec les taxis.

Aujourd’hui le transport particulier de personnes est assuré en France par environ 12.500 VTC, auxquels on peut ajouter environ 10.000 VLTP dits « Loti », et par ailleurs, environ 56.000 taxis.
Les VTC, les vrais, sont constitués de deux catégories d’exploitants :
- les ex « Grande-Remise », petites et moyennes entreprises, généralement constituées de sociétés établies de longue date et disposant parfois de plusieurs dizaines de véhicules en parc ;
- les artisans à leur compte, travailleurs indépendants dûment enregistrés légalement autorisés.

Parallèlement, se sont récemment créées en ligne, des plateformes de mise en relation par smartphone entre clients grand public et chauffeurs indépendants ; aucune de ces plateformes ne dispose ni de véhicules, ni de salariés ; elles sont intermédiaires et se limitent à prendre une commission mais ne s’engagent en rien pour l’emploi obligeant leurs partenaires, chauffeurs indépendants, au statut d’auto-entrepreneur pour se décharger de toute contrainte ; aucune de ces plateformes ne peut être considérée comme VTC, observation faite de leur simple rôle de mise en relation.
Parmi elles : Uberpop, qui constitue évidemment une concurrence déloyale et illicite car les règles auxquelles ils dérogent par des procédures dilatoires constituent le socle de notre modèle social.

S’il est souhaitable que ces nouveaux services numériques redéfinissent le modèle économique du transport particulier de personnes et obligent les professionnels historiques à innover, ce que personne ne conteste, il importe que les différents opérateurs respectent des règles comparables. Les conducteurs amateurs qui persistent à vouloir utiliser cette plateforme pour continuer à exercer une profession réglementée, ont pourtant la solution et la possibilité d’exercer légalement le métier et bénéficier d’un revenu complémentaire en s’inscrivant comme artisan VTC. Cela implique essentiellement une formation de 250 heures et un véhicule de catégorie appropriée. L’amateur de conduite pour compte d’autrui restera alors libre de ses horaires et de travailler pour ses propres clients, pour des professionnels, ou pour des plateformes d’intermédiation.

Notre fédération, en paix avec les taxis, désapprouve les incivilités auxquelles nous avons assisté, appelle au calme, et invite le gouvernement à une nouvelle concertation avec les vrais professionnels pour aboutir à une réglementation pragmatique et équitable qui permette une saine concurrence comme elle existait jusqu’en 2009 tout en apportant un service de qualité et à prix raisonnable. Les enjeux à venir, et notamment l’Euro 2016, le Grand Paris, les possibles J.O. de 2024 et l’espérée Exposition Universelle de 2025 imposent de clarifier les offres de transport modernes.

Contacts presse :

Camille Réchard Laurent de Minvielle Dominique Jamois
Président de la CSNERT Vice-Président Vice-Président
06 11 75 13 13 06 09 53 24 24 06 23 67 01 76
Serge Payen Paul Risbourg
Communication Secrétaire Général
06 85 75 47 89 01 80 06 26 04
www.csnert.fr


--
Contact Presse:

csnert


www.csnert.fr
Identifiant Diffuseur : 84515
--

communiqué envoyé le 26/06/2015 16:46:01 via le site Categorynet.com dans la rubrique Syndicats

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com

______