Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

5 questions à se poser avant d’acheter une station de potabilisation.

Le niveau d’exigence pour l’achat d'une station de potabilisation est tel que certains critères doivent être obligatoirement pris en compte pour ce type de projet.

1. Dans quel cas ai-je besoin d’un système de potabilisation?
Appuyez-vous sur les standards et les normes de qualité relatives à l’eau recyclée ou potable en fonction de l’utilisation à laquelle elle est destinée.

La potabilisation de l'eau est un procédé important étant donné qu’il fournit de l'eau prête à être consommée telle que l'eau du robinet ou l'eau de process industriel et de laboratoire.

Une station de potabilisation permet d'atteindre 2 objectifs fondamentaux:

A) Améliorer la qualité de l'eau de la source d'approvisionnement selon les exigences d'utilisation:

Usages domestiques ou urbains : consommation alimentaire, nettoyage des habitations, du linge et hygiène personnelle.
Usages industriels : laboratoires, secteur de l’énergie et de l’industrie agroalimentaire.
Agriculture et élevage.
Dans certains cas, pour un usage écologique ou récréatif : piscines, nettoyage des rues, fontaines publiques, bassins d'ornement, irrigation de parcs et de jardins.

B) Avoir accès à de nouvelles sources d'approvisionnement en eau potable, soit au travers des rivières et de puits, soit à partir de la récupération des eaux pluviales.

Différents traitements et combinaisons de traitements coexistent pour agir tant sur les composants ponctuels que sur les caractéristiques de l'eau dans leur totalité. Certains secteurs comme l’industrie alimentaire, pharmaceutique ou énergétique exigent des niveaux de pureté élevés, impliquant une extrême prudence en matière de production, gestion et contrôle.

Concernant le contrôle, il existe plusieurs normes de qualité de l’eau selon l’usage auquel elle est destinée parmi lesquelles :

Le R.D. 1620 / 2007 pour les eaux usées réutilisées (impropres à la consommation humaine).

Eaux réutilisées pour l’irrigation agricole : ISO 16075-1:2015 (impropres à la consommation humaine).

Eaux destinées à la consommation humaine Directive de l'UE 98/83/CE et Royal Décret 140/2003.

Eaux destinées à l’industrie pharmaceutique et aux laboratoires :

Norme ASTM d 1193 2011 (American Society for Testing and Materials).
Norme ISO 3696 (International Organization for Standardization).
Norme CLSI (Clinical and Laboratory Standards Institute) NCCLS.
EP standard et USP (Pharmacopée américaine et pharmacopée européenne).

L'OMS et l'USEPA (United States Environmental Protection Agency) établissent également des recommandations pour la réutilisation et la potabilisation fondées sur de nombreuses expériences menées dans le monde entier.
2. Comment savoir quel traitement est le mieux adapté ?
Évaluez l'origine de l'eau brute.

Au cours de son cycle et jusqu’au point de captage, l’eau acquiert des sels minéraux, ainsi que des substances non sédimentaires et une activité microbienne, qui lui confèrent ses propriétés.

L’innocuité de l’eau potable est assurée par la vérification de la qualité de l’eau depuis son point de captage et jusqu’à sa sortie (distribution)

Il est recommandé d’effectuer une analyse préliminaire. Cette étude est économique par rapport aux avantages qu’elle apportera :

Prise de connaissance des actions/traitements nécessaires au projet
Économies d’investissement
Garantie de qualité

Les caractéristiques de l’échantillonnage dépendent de l’objectif poursuivi ainsi que de la nature de l’échantillon. On cherchera d’abord à évaluer la qualité microbiologique de l'eau (présence de matières organiques telles que les algues, bactéries, champignons, levures...) et la qualité chimique de l’eau (présence de minéraux comme l’aluminium, le mercure, le plomb, le fer, le fluorure, le chlorure, des nitrites, des nitrates...)
3. Quel type de polluants dois-je supprimer ?
Etablissez la finalité de l’eau traitée.

Il est évident que selon l’usage donné à l’eau, il faudra traiter un ou plusieurs paramètres et garantir le respect des normes, dans le cas où une réglementation existe.

Par exemple : une eau exclusivement réservée à l’irrigation bénéficiera d'une teneur riche en nitrates, alors que ce composé doit être d’autant plus contrôlé pour une eau destinée à la consommation humaine, car pouvant altérer la santé (fixation de l’oxygène dans le sang).

Nonobstant, il existe certains paramètres qui affectent de facto les canalisations et les équipements électromécaniques de la station, et feront toujours l’objet d’un traitement particulier. Ainsi, les éléments tels que la turbidité, la concentration microbienne ou l’alcalinité de l’eau seront le centre de toutes les attentions à l’heure de concevoir la station.
Stations de potabilisation compactes Salher® (références et fiches techniques) : https://www.salher.com/fr/produits/potabilisation/188-stations-de-potabilisation

Systèmes de désinfection Salher® (références et fiches techniques) : https://www.salher.com/fr/produits/potabilisation/201-systemes-de-desinfection
4. Quelle est ma prévision de consommation ?
Identifiez le besoin en eau à court, moyen et long terme ainsi que les possibles fluctuations saisonnières.

Pour un bon dimensionnement de la station de traitement de purification ou de potabilisation, il faudra évaluer correctement la demande de consommation actuelle et future (à court et moyen terme). Il est vrai qu’il est toujours possible d’effectuer des extensions grâce à la modularité de certains équipements tels que les cartouches de la membrane et les cuves préfabriquées en PRFV.

Dans ce contexte, le concepteur et le fabricant de la station, en fonction de leur expérience et grâce à une bonne communication avec le client, pourront recommander le matériel le mieux adapté aux besoins existants.

Conjointement à l’analyse de l’eau, il faudra déterminer les paramètres suivants :

Débit quotidien et/ou débit horaire
Débit de pointe.
Nombre d’heures de fonctionnement de la station.
Degré d’automatisation de la station.
Paramètres de qualité de l’eau traitée ou en sortie de site.

5. De quel entretien aura besoin la station de purification ?
Intégrez le coût de la maintenance dans le budget d’investissement global.

Il est sage de rappeler qu’un budget d’entretien n’est pas une dépense, mais un investissement pour l’optimisation des coûts de production.

Il est par conséquent nécessaire de définir, au stade de la conception, le degré d’entretien préventif de la station. Ainsi, il existe un large éventail de possibilités depuis l’automatisation complète jusqu'aux contrôles et lavages manuels des équipements, qui dépendront de l’investissement souhaité et des possibilités réelles de gestion et révision de la station.

Tout aussi importants sont la prévision de travaux d’entretien au cours de la phase projet (programmation, by-pass, équipements de rechange...) et les contrôles périodiques de la station durant la phase d’exploitation.

Dans tous les cas, pour que la station reste en bon état de marche, il sera recommandé d’attribuer un certain degré d’autonomie de la station et limiter l’entretien manuel aux inspections visuelles, remplacements des consommables et vérifications ponctuelles des équipements.

--
Contact Presse :

Salher
Gaelle Delgado
0034918700015
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
https://www.salher.com

--
Communiqué envoyé le 2017-08-30 09:33:32 via le site Categorynet.com dans la rubrique Environnement

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com

______