Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Bruxelles s'investit dans la recherche. Son épicentre : le Domaine Latour de Freins

C'est à l'occasion de sa première « Rencontre du Troisième Type », LE rendez-vous du monde de la recherche, que la Région de Bruxelles-Capitale entend présenter toutes les mesures visant à stimuler l'innovation,
mais aussi à ouvrir grand ses horizons, dans la perspective d'un agenda de Lisbonne 2020.
Avec un plan régional pour l'innovation et un budget global de plus de 40 millions (+50 % par rapport à 2004), c'est un véritable florilège de mesures qui touchent aujourd'hui les entreprises comme les centres de recherche. Et pourtant, Bruxelles peut et veut faire encore davantage pour ses scientifiques et ses entrepreneurs. Démonstration !

Dans une ville où prédomine l'économie tertiaire, la recherche et l'innovation sont primordiales puisque, à moyen et long termes, elles seront créatrices d'un emploi diversifié et fort éloigné de celui de banquier ou d'eurocrate.
Pour stimuler ce secteur pesant 13.000 personnes dont pas loin de 9.000 chercheurs, la Région de Bruxelles-Capitale a mis sur pied une série d'initiatives dont la plupart trouvent leur berceau au Domaine Latour de Freins, magnifique écrin de verdure à Uccle.

Véritable épicentre de la recherche à Bruxelles, le Domaine propose des logements aux chercheurs étrangers, des salles de réunion pour des manifestations relatives à l'innovation technologique, et des laboratoires utilisés dans le cadre des actions de sensibilisation des jeunes aux carrières scientifiques. Il est par ailleurs le siège de sociétés à caractère technologique, ainsi que de l'administration bruxelloise de la recherche (l'Institut d'encouragement de la Recherche Scientifique et de l'Innovation de Bruxelles - IRSIB), et de Research in Brussels (RIB).

L'IRSIB a pour mission le soutien financier à la recherche à vocation économique à travers des projets novateurs présentés par les entreprises, les universités et hautes écoles de la Région ainsi que les centres de recherche collectif. En 2008, ce seul soutien d'élevait à plus de 40 millions d'euros à quoi il convient d'ajouter les montants alloués aux incubateurs technologiques. Il a permis à des spin-offs académiques et industrielles de prendre leur envol, et à des entreprises de bénéficier d'études de faisabilité technique ou encore de développer des projets de recherche industrielle. Grâce à ces subsides, des chercheurs universitaires belges ont pu être rapatriés (action « Brains (back) in Brussels »), et des projets académiques jugés essentiels pour la Région ont vu le jour.

Si l'IRSIB gère toute la partie scientifique et administrative des subsides à la recherche, RIB en assure, quant à elle, complémentairement la promotion. Cette dernière passe par l'établissement d'un tableau de bord des performances de la recherche pour éditer bientôt un état des meilleures pratiques bruxelloises dans un paysage européen et international. L'ASBL est en outre chargée de sensibiliser les jeunes aux carrières scientifiques en vue de favoriser ultérieurement le développement économique bruxellois.

Bruxelles se voulant carrefour des sciences et des technologies en Europe, RIB participe, en tant que représentant de la Région, à différents réseaux européens (ERRIN – régions innovantes, EURAXESS – mobilité des chercheurs,…), et agit comme « point de contact national » pour les programmes PEOPLE et SCIENCE IN SOCIETY. Dans ce contexte, RIB est également l'opérateur logistique du volet Recherche durant la Présidence belge de l'Union Européenne au deuxième semestre 2010.

Aujourd'hui, RIB organise la première « Rencontre du Troisième Type ». Pourquoi pareil titre qu'elle emprunte à un film d'anticipation bien connu ? Partant du constat que les trois éléments du triangle de la connaissance se côtoient sans se connaître vraiment, il est aujourd'hui indispensable de les décloisonner dans le but d'accentuer le transfert technologique. Former un véritable « club de la recherche bruxelloise » participe de cette volonté.

Pour assister au déjeuner de presse qui se tiendra le mardi 19 mai à 12h30 ou pour asister au colloque Les Rencontres du Troisième Type (de 14h30 à 18h00): 0497 55 79 77.

--
Contact Presse:
Research in Brussels
Ariane Vandenbosch
0497 55 79 77
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.rib.irisnet.be

--

Communiqué envoyé le 15.05.2009 18:24:33 via le site Categorynet.com dans la rubrique Economie

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com/

C'est à l'occasion de sa première « Rencontre du Troisième Type », LE rendez-vous du monde de la recherche, que la Région de Bruxelles-Capitale entend présenter toutes les mesures visant à stimuler l'innovation,
mais aussi à ouvrir grand ses horizons, dans la perspective d'un agenda de Lisbonne 2020.
Avec un plan régional pour l'innovation et un budget global de plus de 40 millions (+50 % par rapport à 2004), c'est un véritable florilège de mesures qui touchent aujourd'hui les entreprises comme les centres de recherche. Et pourtant, Bruxelles peut et veut faire encore davantage pour ses scientifiques et ses entrepreneurs. Démonstration !

Dans une ville où prédomine l'économie tertiaire, la recherche et l'innovation sont primordiales puisque, à moyen et long termes, elles seront créatrices d'un emploi diversifié et fort éloigné de celui de banquier ou d'eurocrate.
Pour stimuler ce secteur pesant 13.000 personnes dont pas loin de 9.000 chercheurs, la Région de Bruxelles-Capitale a mis sur pied une série d'initiatives dont la plupart trouvent leur berceau au Domaine Latour de Freins, magnifique écrin de verdure à Uccle.

Véritable épicentre de la recherche à Bruxelles, le Domaine propose des logements aux chercheurs étrangers, des salles de réunion pour des manifestations relatives à l'innovation technologique, et des laboratoires utilisés dans le cadre des actions de sensibilisation des jeunes aux carrières scientifiques. Il est par ailleurs le siège de sociétés à caractère technologique, ainsi que de l'administration bruxelloise de la recherche (l'Institut d'encouragement de la Recherche Scientifique et de l'Innovation de Bruxelles - IRSIB), et de Research in Brussels (RIB).

L'IRSIB a pour mission le soutien financier à la recherche à vocation économique à travers des projets novateurs présentés par les entreprises, les universités et hautes écoles de la Région ainsi que les centres de recherche collectif. En 2008, ce seul soutien d'élevait à plus de 40 millions d'euros à quoi il convient d'ajouter les montants alloués aux incubateurs technologiques. Il a permis à des spin-offs académiques et industrielles de prendre leur envol, et à des entreprises de bénéficier d'études de faisabilité technique ou encore de développer des projets de recherche industrielle. Grâce à ces subsides, des chercheurs universitaires belges ont pu être rapatriés (action « Brains (back) in Brussels »), et des projets académiques jugés essentiels pour la Région ont vu le jour.

Si l'IRSIB gère toute la partie scientifique et administrative des subsides à la recherche, RIB en assure, quant à elle, complémentairement la promotion. Cette dernière passe par l'établissement d'un tableau de bord des performances de la recherche pour éditer bientôt un état des meilleures pratiques bruxelloises dans un paysage européen et international. L'ASBL est en outre chargée de sensibiliser les jeunes aux carrières scientifiques en vue de favoriser ultérieurement le développement économique bruxellois.

Bruxelles se voulant carrefour des sciences et des technologies en Europe, RIB participe, en tant que représentant de la Région, à différents réseaux européens (ERRIN – régions innovantes, EURAXESS – mobilité des chercheurs,…), et agit comme « point de contact national » pour les programmes PEOPLE et SCIENCE IN SOCIETY. Dans ce contexte, RIB est également l'opérateur logistique du volet Recherche durant la Présidence belge de l'Union Européenne au deuxième semestre 2010.

Aujourd'hui, RIB organise la première « Rencontre du Troisième Type ». Pourquoi pareil titre qu'elle emprunte à un film d'anticipation bien connu ? Partant du constat que les trois éléments du triangle de la connaissance se côtoient sans se connaître vraiment, il est aujourd'hui indispensable de les décloisonner dans le but d'accentuer le transfert technologique. Former un véritable « club de la recherche bruxelloise » participe de cette volonté.

Pour assister au déjeuner de presse qui se tiendra le mardi 19 mai à 12h30 ou pour asister au colloque Les Rencontres du Troisième Type (de 14h30 à 18h00): 0497 55 79 77.

--
Contact Presse:
Research in Brussels
Ariane Vandenbosch
0497 55 79 77
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.rib.irisnet.be

--

Communiqué envoyé le 15.05.2009 18:24:33 via le site Categorynet.com dans la rubrique Economie

Diffuser votre communiqué de presse : http://www.diffuseruncommuniquedepresse.com/

Lire plus sur: http://economie.annuairecommuniques.com/2009/05/bruxelles-sinvestit-dans-la-recherche.html