Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

L'Euro 2008 va générer 1,4 milliard d’euros pour l’économie européenne selon MasterCard

Selon une étude commandée par MasterCard, l’un des sponsors officiels du Championnat d’Europe de football UEFA depuis 1992, l’économie européenne va bénéficier avec l’EURO 2008™ de plus 1,4 milliard d’euros de revenus.

Les résultats de l’étude menée par le Professeur Simon Chadwick, l’un des principaux experts de l’économie du sport en Europe, sont basés sur le tirage au sort, effectué à Lucerne en Suisse, des équipes qui s’affronteront lors de l’EURO 2008. L’étude considère que l’impact de l’événement influera positivement tant au niveau local et national qu’international. Les retombées économiques se traduiront par une augmentation des ventes de billets pour voyager et assister aux matches, par un accroissement des consommations de boissons et des ventes de produits dérivés ainsi que par une hausse des revenus liés aux partenariats et à la publicité. L’étude prévoit également un développement de l’utilisation des services de télécommunications et des nouveaux médias.

Le Professeur Chadwick, fondateur et directeur du Birkbeck Sport BusinessCentre et Professeur de Stratégie et Marketing de l’économie du sport à l’Université de Coventry, estime que chaque match joué par la France lors de l’EURO 2008 l’été prochain pourrait se traduire par 42 millions d’euros de retombées économiques. Celles-ci bénéficieraient à la France et à son adversaire du jour, à la Suisse et l’Autriche, pays organisateurs mais également à l’économie européenne grâce à un effet de «halo ». Les matches les plus lucratifs pourraient même rapporter de 49 millions à 56 millions d’euros.

Sur la base du tirage au sort de l’EURO 2008, le Professeur Chadwick prévoit un impact économique majeur avec les trois matches suivants du groupe C : France-Italie à Zurich,, Pays Bas-France et Italie-Pays Bas, tout deux joués à Berne. A eux seuls, ils généreraient 168 millions d’euros en faveur de l’économie européenne.

Le Professeur Chadwick estime également que les matches Allemagne-Italie, Allemagne-France, Allemagne-Pays Bas et France-Italie auraient l’impact économique le plus important, si ces équipes devaient se rencontrer au cours de la compétition.

"Le Championnat UEFA de football est l’événement sportif majeur en Europe. L’EURO 2008 aura donc un impact considérable, de l’ordre de plus d’1,4 milliards d’euros, sur l’économie des 16 nations participantes ainsi que sur l’économie européenne tout entière.

"Cet impact, estimé à en moyenne 42 millions d’euros par match de poule, sera ressenti dans de nombreux pays, principalement à travers le chiffre d’affaires généré par le sponsoring et les différentes dépenses des spectateurs. Plus nous avancerons dans la compétition, plus l’impact économique grandira." a déclaré le Professeur Chadwick.

"L’EURO 2008 n’aura pas de prix pour les fans, notamment pour ceux qui vont assister aux matches en Autriche et en Suisse en juin prochain. Si on ne peut pas déterminer le prix de la passion, on peut en revanche prédire l’incroyable impact du tournoi sur les économies nationales, comme le montre notre étude avec le Professeur Chadwick.

"MasterCard est au cœur du football depuis de nombreuses années, via le sponsoring de compétitions telles que le Championnat d’Europe UEFA et la Ligue des Champions, mais aussi parce que notre marque facilite les achats de voyage, de produits dérivés ou de billets pour les matches. A travers les promotions dédiées à nos clients, les nouveaux programmes de carte et les achats facilités grâce aux commerçants acceptant MasterCard, nous aidons les fans de football à vivre une expérience unique et inoubliable." a ajouté Paul Meulendijk, Directeur du sponsoring de MasterCard Europe.

L’impact sur les pays européens émergents : la révolution Russe?
Selon le Professeur Chadwick, la qualification de la Russie aux dépens de l’Angleterre apporte une dimension intéressante à l’EURO 2008.

Au cours des 10 dernières années, la plus grande nation du continent, s’est qualifiée une seule fois pour une compétition européenne (en vue de l’EURO 2004 au Portugal). Le Professeur Chadwick pense qu’il est difficile de prévoir l’impact économique de la participation de la Russie à l’EURO 2008. Ce pays bénéficie d’une économie et d’un niveau de revenus croissants, d’un marché des télécommunications renforcé, de contrats de sponsoring et de droits commerciaux florissants. En outre, les dépenses de voyages et l’intérêt pour le football sont en pleine expansion.

Toutefois, le Professeur Chadwick considère que l’EURO 2008 arrive trop tôt pour avoir un réel impact économique en Russie. L’EURO 2012 en Pologne et en Ukraine devrait permettre à “l’ogre russe” de se réveiller.