Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

« le jour où mon entreprise a failli disparaître ! » : 5 dirigeants témoignent et prennent du recul

 

COMMUNIQUE DE SYNTHESE

« le jour où mon entreprise a failli disparaître ! » :

5 dirigeants témoignent et prennent du recul !

Paris, le 30 Octobre 2007 - Parce que les épreuves et parfois les échecs font aussi partie de la vie et de l’histoire des entreprises, nous avions réuni mardi 23 Octobre 2007, 5 dirigeants qui ont su affronter des difficultés de différents ordres – perte de marque phare, malversations, travailleurs sans-papiers, freins nationaux et corporatistes … - et les surmonter. Au-delà d’un moment de fraternité professionnelle, certains témoignages ont valeur de démonstration des difficultés auxquelles les entreprises doivent encore faire face dans une économie globalisée et judiciarisée.

Du spécialiste de location de linge à l’éditeur de services web, 5 histoires d’entreprise…

Netpartage est un éditeur de services Internet, créé en 2000. Le site Ouah rassemble à lui seul 750.000 internautes membres en France, et 150.000 en Espagne, Allemagne et Italie. L’entreprise a failli cesser ses activités après que l’éclatement de la bulle Internet a atteint de plein fouet ses plans de croissance. Dans le même temps, elle a dû faire face à un concurrent particulièrement décidé à la faire disparaître. Les deux associés d’origine ont patiemment remonté l’activité redevenue aujourd’hui bénéficiaire.

Arc Technology est un éditeur français qui depuis 20 ans a pour objectif et mission l'évolution et le développement de sa solution logicielle ARC+ destinée à tous les professionnels qui ont besoin de modéliser, visualiser et communiquer un projet en 3D. L’ancienne équipe de Direction a mis la société en difficulté et elle aurait pu définitivement déposer le bilan....Cet événement aurait pu annoncer la fin de n’importe quelle entreprise.

Mandriva, née Mandrakesoft en 1998, s'est rapidement établi comme un des fournisseurs internationaux de Linux.  La société a connu des difficultés, est passée par une phase de redressement judiciaire, et a perdu son nom.

Modeluxe Linge Service est la première entreprise indépendante du secteur de la location de linge d’hôtellerie en Région Parisienne. Son chiffre d’affaires 2005 s’élève à 8,5 millions d’euros.  En septembre 2006, dans le cadre de sa cession par le Groupe anglais SUNLIGHT, leader européen du secteur, 18 employés sont licenciés pour avoir présenté de faux papiers au cours de leur embauche.  Une partie du personnel, encadré par la CGT, entreprend alors une grève de solidarité.  En 5 jours, l’entreprise perd 35% de son chiffre d’affaires.

2or3things est une société née dans le sillage de la société Xyleme, start-up issue de l'INRIA et dont la technologie a été reprise par des investisseurs américains. Patrick Ferran, ancien associé de Xyleme, a fondé cette société en 2007.

Dans l’adversité, des stratégies personnelles…

De la prise de responsabilité assumée - Faisant partie du comité de direction, je connaissais les enjeux en cours en termes stratégiques. J'ai donc pu anticiper et réfléchir à la mise en oeuvre à titre personnel de ce que j'avais proposé indique – Patrick Ferran, ex-dirigeant de Xyleme aux découvertes surprenantes qui laissent présager que « l’arbre dissimule parfois la forêt » - Nous avons eu à peine trois jours pour donner une réponse au liquidateur, et avons du faire face à des mauvaises surprises successives, comme la découverte que pour faire face à la grogne des clients et des distributeurs qui attendaient désespérément une nouvelle version, l’ancienne équipe de direction avait promis une mise à disposition gratuite du logiciel qui devait comporter tous les nouveaux développements attendus depuis des mois, voire des années indique Dan Schechter, CEO de Arc Technology.

François Bancilhon, CEO de Mandriva invoque le principe d’expérience comme l’antidote à la surprise totale : une start up est une entreprise fragile, donc j'avais l'habitude des problèmes, mais ni de cette magnitude ni de ce nombre, et le processus de redressement judiciaire était complètement nouveau.

Souvent c’est le choc qui est le mot qui décrit le mieux l’état de la situation vécue par le dirigeant. Non, nous n'étions pas préparés à ce genre de situation. Nous n’avons toujours pas compris l'attaque dont Netpartage a été la  victime. C’était totalement irraisonnable et irraisonnée. La société X a d'ailleurs déposé le bilan en mai 2002. Quatre mois plus tôt, elle nous accablait encore de tous les maux  indique Gérard Glatt co-fondateur de Netpartage.

Pour Robert Ejnes, repreneur de la société Modeluxe, le baptême du feu prend le goût désagréable d’une douche froide : Rien ne laissait présager ni la grève, ni le blocage de l'usine.  Il a donc fallu improviser pour reprendre en main une société qui avait perdu un tiers de ses clients, qui sortait d'un conflit social très grave, et qui devait affronter une restructuration profonde en même temps qu'elle devait reconquérir un marché inquiet. Le tout dans un environnement financier fragilisé.

Un environnement personnel et professionnel essentiel

Mon épouse a été d’une patience infinie et a supporté toutes les difficultés et mes nombreux week-end passés à remonter ma société, déclare Gérard Glatt. Il a fallu se battre avec les seuls moyens de l'entreprise, et trouver les ressources dans mon entourage personnel confirme Robert Ejnes.

Les banques montrées du doigt

Difficile d’oublier le comportement odieux de notre conseiller financier...Refus d’une banque de nous accorder une garantie bancaire équivalente à une somme dont nous disposions et que nous pouvions déposer sur ses comptes…pour ces entrepreneurs, il semble que les établissements bancaire ne les ont aidé qu’en période de croissance et ont fermé la porte quand il s’est agit de les soutenir dans les difficultés.

Les pouvoirs publics et l’administration, pas si déficients qu’on pourrait le penser !

Finalement, nos dirigeants conviennent facilement qu’il est plus aisé de négocier avec son centre des impôts qu’avec son banquier et que nos institutions ne fonctionnent pas si mal pour accorder des aides bienvenues en situation de difficultés. Petite revue des bons points distribués :

·          De la part de l'Urssaf : un étalement inespéré de nos dettes, mais qui a paru naturel à mon interlocutrice à qui j'étais venu exposer notre situation. A la fin de notre entretien, elle croyait autant que nous à notre projet ! – Gérard Glatt

·          De la part du Trésor Public, le versement en juillet 2002, du crédit d'impôt auquel j’avais toujours pensé que nous avions droit et dont j'avais formulé la demande en janvier 2001, malgré les réticences de notre cabinet comptable : 72.000 euros arrivés au bon moment. – Gérard Glatt, Netpartage

·          Nous avons bénéficié d’une aide de 6 000 euros du FRAC, le Fonds Régional d’Aide au Conseil, qui nous a permis de rembourser une petite partie des honoraires des consultants spécialistes du marketing et de la communication à qui nous avons fait appel pour nous accompagner dans notre stratégie de développement – Dan Schechter, Arc Technology

·          Le Minéfi (qui l'eu cru ?) est parvenu en plein mois d'août à débloquer un crédit qui nous était dû – François Bancilhon, Mandriva

·          J'ai obtenu une aide à l'embauche de Oseo quand nous avons engagé un chef de projet que je connaissais – Patrick Ferran, 2or2things

Et maintenant, que reste-t-il de cette épreuve ?

Ce qui reste finalement passionnant dans l’aventure de l’entreprise c’est cette « renaissance perpétuelle » qui fait le ciment des sagas de dirigeants. Voici en synthèse les leçons que ceux-ci ont tiré de l’expérience :

·          Je ne tire aucune leçon. Et je ne donne aucun conseil. Ou bien, si je dois tirer une leçon, ce peut être celle-ci : on ne force pas le destin ; on s’arrange avec lui. L’essentiel c’est la passion. Et donner un conseil, ce serait : suivre son chemin, sans lâcher prise ; avec de l’enthousiasme, on finit toujours par s'habituer aux routes mal pavées. – Gérard Glatt – Netpartage

·          La clé du succès reste liée à deux facteurs principaux : le recrutement d’une équipe de professionnels expérimentés et motivés pour venir composer l’équipe et la restauration de la confiance et de la fidélité des clients existants avant d’aller en conquérir d’autres. – Dan Schechter – Arc Technology

·          la persistance paye, la clarté et l'honnêteté de la communication interne et externe est essentielle – notre communauté d’utilisateur a été en tout point formidable - et il faut retourner à ses valeurs fondamentales et s'appuyer sur elles (simplicité, innovation & ouverture pour nous)….enfin le chef d'entreprise n'a pas le droit de ne pas avoir le moral : employés, clients, actionnaires et  partenaires ont besoin de voir sa conviction complète. Donc, quelles que soient les difficultés, il a le sourire, la forme et le moral et rassure tout le monde (alors que c'est vers lui que convergent mauvaises nouvelles et plaintes) – François Bancilhon - Mandriva

·          Un grand challenge de management dans tous les domaines, surtout dans ceux de la finance et de l'organisation d'une part.  Dans ceux de la communication et du dialogue social d'autre part.  Des conseils : fédérer l'équipe de management autour du projet de redressement.  Ecouter beaucoup et décider rapidement. Expliquer la route choisie pour sortir l'entreprise de l'ornière, en interne et aux partenaires extérieurs.  Regarder toujours devant. – Robert Ejnes, Modeluxe

·          Faire en sorte de garder un bon contact avec la société précédente. Avoir un partenaire est très intéressant pour se soutenir mutuellement. Il faut simplement que les relations soient très claires avec lui dès le départ. Enfin, il faut agir rapidement et se couper de l'ancien environnement le plus tôt possible, afin de se concentrer. – Patrick Ferran, 2or3things

En guide de conclusion nous avons souhaité recueillir le regard extérieur de Maurice Meyara et Hervé Lecesne, co-présidents et fondateurs de RE-CRÉER – www.re-creer.com  :

« En France, à la différence d'autres pays, le chef d'entreprise qui connaît des difficultés est souvent mis à l'index du monde économique. Il a rarement le droit à une seconde chance. Or, entreprendre est un métier à risques. Nous avons fondé l’association RE-CRÉER en 1999 afin d’accompagner les chefs d'entreprise pour construire, ou reconstruire, un projet dans la pérennité. Nous voulons donner aux chefs d’entreprise la possibilité d’échanger avec leurs pairs et avec des experts pour sortir de leur isolement et maîtriser les difficultés que nous rencontrons tous. RE-CRÉER agit aussi auprès des partenaires de l'entreprise pour favoriser une évolution des mentalités et de la législation. »

Contacter un des dirigeants et recevoir le dossier de presse détaillé :

Laurent Durgeat - Agence PRformance
Tél : 01 56 03 55 47 - 06 03 00 36 03
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Informations : www.re-creer.com // Contact presse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.