Facebook Twitter Newsletter Linkedin RSS

Portail de la presse

Comment financer son projet de reprise ?

Banques, clubs de business angels, organismes publics, et réseaux d’accompagnement sont autant de financeurs potentiels pour votre projet de reprise. Explications :

Comme pour un projet de création d’entreprise, le premier réflexe avant de reprendre une entreprise consiste à jeter un coup d’œil sur son compte bancaire. Il est de coutume de dire qu’en deçà de 30% d’apports personnels, les autres financeurs potentiels montrent de véritables réticences à prêter de l’argent à un repreneur. Les banques en sont le meilleur exemple. Derrière la famille et les amis -qui peuvent bénéficier de crédits d’impôts en abondant au capital d’une entreprise- les établissements bancaires constituent la deuxième source de financement la plus courante.

Comble de chance, les banquiers prêtent en général plus facilement à un repreneur qu’à un créateur d’entreprise. Alors même si la tournée de toutes les banques peut s’avèrer parfois fastidieuse, cela vaut le coup de dépenser de l’énergie. En complément d’aides privées, le repreneur peut également décrocher des subventions publiques. Des partenaires locaux (CCI…) comme nationaux (Oséo-BDPME…) peuvent vous guider dans la jungle des aides publiques voire même vous prêter quelques milliers d’euros. Un bon tuyau : se renseigner auprès des réseaux d’accompagnement à la création et la reprise d’entreprises. Ceux-ci accordent des prêts d’honneur pouvant aller jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Mais pour « boucler la boucle », il faut parfois qu’un acquéreur aille plus loin si la banque ne lui ouvre pas les portes en grand. Il existe aujourd’hui des clubs d’investisseurs et des sociétés de capital risques propres à abonder le capital d’une entreprise en passe d’être reprise. Là encore, le dossier doit être plus que bien ficelé et les perspectives de développement solides pour attirer le regard de ces « anges » du business appelés « business angels ». Quoi qu’il en soit, que l’argent vienne de la famille, des banques ou des organismes publics, il faut que l’acheteur se montre convaincant. On ne prête qu’aux riches… et aux audacieux, dit-on.


Contact Presse : Mickaël Esnault
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
http://www.reprise.entreprise.fr